Partagez | 
 

 Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Sandy E. Wood

❙ r a c e : Démon
MessageSujet: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Jeu 26 Aoû - 19:09

    Pourquoi avait-elle choisit ce boulot déjà ? Ah oui car c'était un travail tranquille, surtout à Ghost Island. Enfin ça s'était avant le boum du surnaturel. Maintenant c'était devenu le pire boulot de toute la ville après celui des policiers car eux aussi avaient leur lot de clients, plus ou moins vivant. Cela dit les vivants étaient beaucoup plus gavant que les morts. Comme la bonne femme au yorkshire de la chambre 25 qui passait son temps à lui téléphoner pour tout et n'importe quoi. «Mademoiselle j'ai un problème avec le robinet de la salle bain, avec la télé, mon repas est froid,le serveur n'est pas très courtois, faites sortir votre chien il fait peur à Bigoudi » Elle aurait bien aimé lui dire ce qu'elle pensait d'elle juste une fois et puis qui appel son chien Bigoudi ? Vraiment, le chien lui même doit trouver se nom aussi débile qu'humiliant. Et puis ce tailleur qu'elle détesté, inconfortable mais esthétique. Qu'est-ce qu'elle avait chaud tellement qu'elle avait déboutonné les premiers boutons de sa chemise bravant l'éthique pour le confort.

    Bref après une journée comme celle-ci Sandy n'avait plus la force de supporter qui que se soit. Le téléphone de la réception sonna sans que la jeune femme ne prit la peine de répondre. Si elle entendait encore une fois cette femme elle allait péter un plomb et depuis qu'elle était la disciple de Bérith , péter un plomb pouvait finir très mal. Sandy quitta le bureau pour aller dans les cuisines. En plus de ça elle avait une faim du tonnerre, elle n'avait même pas eut le temps de manger depuis le matin. Elle regarda un instant le cuisinier lui faire un sandwich puis le mangea tout en discutant avec lui de la femme de la 25. Apparemment elle n'était pas la seule qui ne pouvait plus la supporter. Quand le carillon de la porte d'entrée retenti Sandy quitta la cuisine pour l'accueille un peu moins énervé et une assiette pleine dans les mains pour nourir le monstre qui faisait peur à Bigoudi


____________________________________




"Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l'intérieur de nous, et parfois ils gagnent."
- Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Ven 27 Aoû - 11:57

Tim C. Briant - Note personnelles (Dictaphone) – 20h42

« … Est-ce que vous croyez au Karma? Ce fabuleux principe selon lequel on aurait, que ce que l'on mérite et que chacune de nos mauvaises actions nous apporterait un lot de répercussions toutes plus embarrassantes les unes que les autres.
Moi j'y croyais.
Jusqu'à aujourd'hui.

Enfin quoi? N'y a-t'il aucune justice dans ce monde? Qu'est-c que j'ai bien pu faire de si ignoble pour mériter une journée comme celle que je venait de passer?! Non mais vraiment!! Je me fais virer de chez moi avec les grandes pompes et sans même pouvoir récupérer ma caution!! Ma patronne m'envoie faire un reportage ridicule sur une poignée de phénomène plus ou moins ésotériques, le tout dans une ville remplie de cinglés superstitieux, qui plus est qui ont l'air de s'être tous ligués contre moi pour me faire perdre mon temps!
Et enfin, Ô apothéose de cette parfaite journée, je me retrouve à devoir louer une chambre de bonne dans un motel. Un motel... Bon sang... Je suis quoi, maintenant? Un Biker?!! Je suis censé me trouver une poule et passer une nuit torride?... »

Fin d'enregistrement.



Je ferme les yeux alors que des images écœurantes se forment dans mon esprit. Ce n'est VRAIMENT pas le moment de penser à ça. Je jette mon dictaphone dans mon sac en bandoulière et je me décide à sortir de ma voiture. Quitte à passer une mauvaise journée, autant que ça se finisse vite. Au moment de verrouiller la portière, je me recoiffe vite fait dans le rétroviseur, et je visse un chapeaux sur ma tête pour cacher mon visage. J'ai une mine affreuse avec mes yeux tirés par la fatigue et mon teint cireux. Je crève la dalle, mais je sais très bien que j'ai pas les moyens de payer la chambre ET la bouffe, alors je laisse mon estomac se plaindre et je serre les dents. Foutue caution. Foutu proprio voleur de fric, foutue patronne qui me retient des mois de salaires pour un rien, foutue ville sans parking adaptés... Vous connaissez le mythe du poète maudit, au talent brimé, fatigué, maigre, affamé, vivant reclus dans son appartement comme une bête solitaire?
Et bah c'est à peu près à ça que je ressemble, là maintenant tout de suite. Un Baudelaire des temps modernes... Avec un peu moins de talent, quand même... j'ai pas tant de prétentions.

Autant vous dire que je suis vraiment d'une humeur de chien en passant la porte d'entrée. Dans ma poche, il y a une poignée de billets froissés, tout juste de quoi me payer la plus petite chambre qui existe, et encore, je sais pas pour combien de temps. Je marche un peu voûté, pour pas qu'on voie à quel point je suis pâle... En y repensant, je dois vraiment avoir l'air flippant. Manquerait plus qu'on me flanque dehors.
Quand je lève les yeux, je suis un peu surpris de rencontrer ceux d'une femme. Moi qui m'imaginait les réceptionnistes de motel comme de vieilles harpies aigries par le métier, c'était étonnant de trouver là une personne si jeune, et, avouons le, tout à fait charmante (Et nous parlons là d'un compliment réellement désintéressé, ce qui en double la valeur, au moins). Aussitôt, je me sens un peu coupable de ma mauvaise humeur. A contrecœur, je dessine un sourire maladroit (Plus le temps passe plus je prend des manières de collégien hétéro... c'est plutôt agaçant...) sur mon visage, essayant de ne pas trahir le fait que j'ai vraiment faim et qu'une partie de mon esprit est déjà en train d'échafauder des plans farfelus pour lui voler l'assiette qu'elle a dans les mains.
Ce que je ne ferais jamais, sachez le, mais tout de même, j'en suis arrivé là... Je me fait un peu pitié à moi même, sur ce coup là...

-Bien le bonsoir, Mademoiselle...


Oh bon sang! J'avais vraiment dit 'Bien le bonsoir'??!! Je n'ai pas eu le temps d'y réfléchir que j'ai déjà la main sur le comptoir, dans une tentative de pose assurée et détendue.

- Si ça ne vous dérange pas... Je voudrais savoir à combien est votre... disons plus petite chambre...


Et voilà, on y est... Tim le clochard. Me voilà catalogué... Et en plus je suis un clochard au sens de la conversation vraiment déplorable...

- Je reste en ville quelque temps. C'est pour... un reportage...


Bon, au moins, comme ça elle saura que j'ai un travail, et il y a une petite chance pour qu'elle ne me fiche pas dehors immédiatement...
Comme pour me rappeler que le destin m'as pris en grippe et qu'aujourd'hui est bel et bien la pire journée de ma vie, c'est cet instant précis que choisis mon estomac pour se manifester... disons... bruyamment. Pour sauver l'honneur, je tente une brève quinte de toux, et je baisse les yeux, mortifié.
Dans ma tête les mots « achevez moi » résonnent en boucle comme un mauvais mantra.


Dernière édition par Thimothy C. Briant le Lun 30 Aoû - 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sandy E. Wood

❙ r a c e : Démon
MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Ven 27 Aoû - 18:24

    Sandy observa un instant l'homme qui venait d'entrée dans le motel. A sa démarche et sa tenue on pouvait tout de suite voir qu'il ne venait pas d'ici. Encore un nouveau, venant surement des grandes villes. Assez classe et beau gosse, le genre de personne qui se borne au stéréotypes que l'on se fait des petites villes comme Ghost Island. Ouais juste un mec de passage qui vient faire un tour juste pour pouvoir raconter à ses amis que la vie dans les petites ville est encore moyenâgeuse. Où c'était encore un bourge comme la 25 qui vient juste pour le frisson, pour voir si Ghost Island est vraiment un endroit maudis.

    Bien le bonsoir Mademoiselle ?

    Sandy chuchota cette phrase entre ses dents suivit d'un sourire qu'elle essaya de dissimuler baissant la tête vers son ordinateur. Qui disait encore ça de nos jour ? La jeune femme reprit une expression neutre et releva la tête.

    -La plus petite ? … 20$ la nuit ou 100 la semaine.

    Bon cela le rayé des deux catégories dans lesquelles elle l'avait injustement classé. Elle le dévisagea un instant tout en se mordillant la lèvre inférieur. C'est vrai qu'il n'avait pas vraiment bonne mine, un instant Sandy ce sentit bête des idées préconçues qu'elle c'était faite sur lui. Elle n'aimait pas vraiment les stéréotype des gens de la ville alors qu'elle n'avait rien à leur envier. Mais elle vivait depuis toujours à GI des gens de la ville elle en avait vu défiler beaucoup, tous aussi insupportable les uns que les autres.

    Il venait faire un reportage sur cette ville ? Vraiment, mais qu'avait-il fait pour être envoyé faire un reportage sur un ville dont le nom n'apparait pas sur les cartes ? Sandy ne put y réfléchir plus ses réflexions étant stoppé par le grognement que venait d'émettre le jeune homme. Bon soit il avait un faim du tonnerre soit c'était un loup-garou. Un léger sourire fit une apparition au coin des lèvres de la jeune femme quand celui-ci toussota pour dissimuler vainement ce bruit. Au même instant elle sentit la douce chaleur de son chien qui venait de se lever de sous le bureau. Le boxer s'étira un instant regarda Sandy puis le jeune homme avant de s'affaler de nouveau sur le sol. A croire que la chaleur avait eu raison du chien. Elle reprit l'assiette qu'elle tenait plus tôt entre les mains se désintéressant un instant de l'homme pour la posé par terre à côté du gros chien qui se leva aussitôt pour manger goulument.

    Ce qu'elle s'apprêtait à faire n'était pas du tout son genre. Sandy était d'ordinaire froide et agaçante avec la plupart du temps ne cherchant nullement la sympathie des gens préférant de beaucoup leur indifférence. Elle se leva tout en frottant ses mains sur sa jupe puis regarda de nouveau le l'homme

    -Je pense que ce serait une bonne idée si vous mangiez.

    Elle s'écarta du bureau sans même lui demander de payer sa chambre. Et sans même lui demander son avis. En réalité elle n'avait que faire de son avis elle avait décider ce qu'elle allait faire et allé le faire.

    -Le restaurant se trouve derrière la porte bleu sur votre droite, installez vous et attendez moi. Et n'essayez pas de discuter.

    Sans même le regarder elle avança vers les cuisines lui chercher quelque chose à manger dans les frigos. Elle avança d'un pas sûr sans se retourner pour ne pas entendre les objections du jeune homme. Dans la cuisine elle demanda au cuisinier de préparer le plat du jour et alla chercher une entrée dans le frigo.

    Elle entra dans le petit restaurant une petite assiette entre les mains.

____________________________________




"Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l'intérieur de nous, et parfois ils gagnent."
- Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Sam 28 Aoû - 9:05



Pour le coup, je suis bien conscient qu'elle n'acceptera aucun refus de ma part. Ma bouche reste ouverte une seconde, puis je la referme, me sentant un peu idiot. Alors qu'elle s'éloigne, j'ai un drôle de sentiment, comme de la gène mélangé à de la reconnaissance [Et aussi un peu de faim, je crois] tourbillonnant dans mon estomac. Je me redresse, jetant un œil aux alentours et au Hall d'entrée quasiment vide, à l'exception d'un très vieil homme enfoncé dans un fauteuil. C'est amusant parce qu'il est tellement replié sur lui même qu'on croirait qu'il fait partie du meuble. Mes yeux s'attardent une seconde sur lui, puis je me décide à bouger.

Je redresse mon sac qui glisse dangereusement sur mon épaule et je pousse la porte. C'est désert. Ou pratiquement. Ça donne une espèce d'atmosphère glauque à l'endroit, mais ça ne me dérange pas outre mesure [Après tout le glauque c'est ce pourquoi on m'as envoyé ici alors...].
Comme je me sens un peu idiot, là, debout comme un piquet, je me choisis une table au hasard et je m'assois rapidement. C'est marrant comme on se sent un peu un voleur dans ce genre de situations. Non, pas un voleur... disons un intrus. Oui, voilà. Quelqu'un qui n'est pas sensé se trouver ici, et qui pourtant dénote comme un artiste clown au milieu d'un enterrement [Loin de moi l'idée d'être un artiste clown, je suis bien trop cynique pour ce jeu là...].

Comme j'ignore combien de temps ça va lui prendre avant de revenir, je me sens inutile. Mes pieds s'agitent sous la table, et mes doigts tripotent machinalement mon dictaphone. Puis, sans trop savoir pourquoi, je le tire de mon sac et je l'allume.
Parfois les gens trouvent ça bizare que je parle à une machine à longueur de journées. Certains de mes amis me disaient que ça rendait sénile, ou schizophrène... Moi je trouve ça plutôt libérateur, ça aide à y voir mieux dans sa tête, ça permet d'écarter les pensées vagabondes pour ne garder que l'essentiel, et l'enregistrer pour s'en souvenir par la suite, quand le temps aura effacé ces réflexions de notre mémoire.

Tim C. Briant - Note personnelles (Dictaphone) – 20h 55

J'ai jamais cru qu'il pouvait y avoir des gens fondamentalement bons, et d'autres fondamentalement mauvais. Même si parfois c'est dur à croire, on peut toujours trouver une petite parcelle de gentillesse même au fond des brutes les plus épaisses et des tyrans les plus cruels. Enfin, c'est ce que je crois. Je suis un optimiste de nature, peut-être que c'est un peu trop idéaliste, peut-être que je me trompes du tout au tout, mais...
J'avais jamais compris auparavant pourquoi c'était si dur d'accepter la charité. Peut-être qu'on se sent inférieur, ou privé de sa liberté de choix. Moi je pense que c'est surtout parce qu'on se sent redevenir comme un enfant. Un tout petit bébé dépendant des adultes pour survivre. J'avoue que c'est plutôt désagréable sur le coup, mais on surmonte. Comme à peu près tout ce qui est désagréable d'ailleurs.
Enfin bref, le fait est qu'à l'instant, cette jeune femme que je ne connais ni d'Ève ni d'Adam, et qui doit probablement en voir en moi qu'un clochard de plus, paumé dans une ville qui ne veut pas de lui, et qui n'attend rien du monde, cette femme vient de me faire la plus belle faveur de toute ma vie, ou sinon des six derniers mois.
Sérieusement, je pense qu'il faut savoir accepter les cadeaux quand ils viennent. Même si ça me gène un peu de m'imposer comme ça, si elle le fait, que ce soit par compassion, par pitié ou je ne sait quoi d'autre, je n'ai aucune raison de me montrer plus impoli encore en refusant.
Ça et puis j'ai envie de la connaître, de lui parler. C'est pas juste un repas, ou une chambre, ou peu importe qu'elle m'offre, loin de là. C'est de la chaleur humaine, une discussion, un sourire, autre chose que les rabrouades que j'ai essuyé toute la journée. Et j'avoue que c'est... agréable...

Fin d'enregistrement.


Ma voix résonne un peu dans la salle vide. Comme j'aperçois du mouvement sur ma gauche, je termine d'enregistrer la date et l'heure, puis j'éteins l'appareil en vitesse, et le range dans mon sac. Non que j'aie peur qu'on me le vole ou je ne sais quoi, c'est juste que je trouve ça impoli de se parler à soi même quand on a un interlocuteur à qui parler.

Comme je ne savait pas trop quoi dire, je tente un peu d'humour, plus pour me détendre moi même qu'autre chose, il faut bien l'avouer.

- Vous savez que dans certain pays, on vous vénèrerait pour moins que ça...


Dernière édition par Thimothy C. Briant le Lun 30 Aoû - 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sandy E. Wood

❙ r a c e : Démon
MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Lun 30 Aoû - 11:09

    En entendant la réflexion du jeune homme Sandy ne put s'empêcher de sourire. Elle s'approcha de lui et en lui tendant assiette et couverts lui répondit sur un ton amusé.

    -Rha le rêve .Je savais bien que je m'étais trompée de pays... J'espère que vous avez bon appétit, Paul vous prépare un repas de fête. J'en suis même jalouse...

    Sandy s'assit en face du jeune homme ne trouvant rien de mieux à faire que de venir discuter avec lui. Il était plutôt marrant, plus que toute la population de Ghost Island réunit. C'est vrai qu'on ne croisait pas tous les jours un homme qui retranscrit ses pensées sur un dictaphone. Elle le regarda un instant se demandant ce que pouvait bien chercher un journaliste ici. Il n'y avait rien d'intéressant ici. Enfin si il y avait bien toutes ses créatures qui venaient d'un commun accord semer le trouble dans cette ville. Fantômes, démons et créatures en tout genre n'étaient pas du genre discret. Et puis maintenant elle en faisait partie à sa manière étant la disciple d'un démon. Enfin pour l'instant ses pouvoirs se résumaient à faire tomber des armoires et lire de manière très approximative dans les pensées des gens. Rien de bien stupéfiant comparé à Bérith lui même. Et puis beaucoup moins flippant que tous ces fantômes qui vivaient sous la ville sans que personne ne le sache. Rien qu'à cette idée Sandy sentit une légère douleur dans la jambe. Cette sensation n'était pas réelle, elle dépendait plus du souvenir. Car même si cette entaille ne remontait qu'à une semaine le sang du démon qui coulait en elle lui permettait de guérir plus vite.

    -Au fait moi c'est Sandy...Vous venez faire quoi réellement par ici ? Je veux dire Ghost Island est bien l'endroit le plus mort que je connaisse alors pourquoi quelqu'un voudrait faire un reportage ici ?

    Tout en disant le mot mort Sandy ne put s'empêcher de sourire. C'était réellement bien choisit, ce mot définissait exactement ce qu'était la ville. Une ville où la plupart des gens n'était plus tout à fait vivant mais pas réellement mort.

____________________________________




"Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l'intérieur de nous, et parfois ils gagnent."
- Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Lun 30 Aoû - 17:21

Je ne sais pas trop si c'est l'effet de la faim ou le cuistot qui est un génie, mais je dois bien avouer que c'est mille fois meilleur que tout ce que j'aurais bien pu imaginer manger dans un Motel. C'est fou le nombre d'à-priori que je détruisait au cours de la même soirée. Cette ville était vraiment un endroit à part. Comme si le Destin avait fait en sorte que tout, absolument tout à cet endroit soit étrange. Ghost Island était une Bulle à l'intérieur de laquelle tout s'inversait.

Flûte, celle là il faut que je la garde, je l'enregistrerais plus tard... Retravaillée, ça pourrait faire une bonne intro...

Enfin Bref.

Retour à la jeune Sandy avant de m'égarer dans mes pensées...

Sandy...
J'ai connu une fille qui s'appelait Sandy. C'était au cours élémentaire, ça remonte à loin. C'était ma voisine de classe, un drôle de petit bout de fille, elle sautait partout. Elle passait son temps à ramasser les escargots et à les enfermer dans sa boite à goûter. Les pauvres, ils finissaient toujours par s'échapper mais jamais je ne l'ai vu abandonner. On était plus ou moins amis.
Ça remonte à la grande époque, une des parties de mes souvenirs que je garde les plus précieusement.

BREF!!
FOCUS JEUNE HOMME!!
ON TE POSE DES QUESTIONS!!

Me rappelant mentalement à l'ordre (Parfois, il vaut mieux être dur avec soi même que désagréable avec les autres), je ramenait mon attention sur la conversation.

- C'est charmant... Si je me souviens bien, ça vient de l'Italien, Alessandra, qui signifie à la fois « qui repousse les Hommes » et « qui protège les hommes ». C'est un prénom puissant, en général les gens qui le porte ont de sacrés caractères, mais ce sont des personnes sur qui on peut toujours compter.

Eh bah va-y! Bonjour l'angoisse... Après le clochard, le petit génie prétentieux...

Je passai une main sur la nuque, embarrassé. Je ne manquai décidément aucune occasion pour avoir l'air idiot, c'était presque désespérant. Une vraie tête d'ampoule. Pas étonnant que la plupart des gens me détestaient au lycée...

- Le mien est beaucoup moins cool... Je m'appelle Thimothy.

« L'enfant né en l'honneur de Dieu » Moi. Athée, homosexuel, et journaliste en plus de ça... La vie a un drôle de sens de l'humour parfois. Je dois bien être la plus grosse déception de Dieu à ce jour. D'ailleurs c'est pour ça que j'ai un Karma pourri, quand j'y pense. Je dois avoir fâché quelqu'un là haut...

- En fait, pour ne rien vous cacher, je me suis un peu embrouillé avec mon boss...

Un peu? C'est un euphémisme ça... Mais bon, passons. On est pas là pour les détails.

- On m'as assigné à la rubrique « sciences de l'occulte », le nouveau Hobby des ménagères, apparemment... Enfin Bref. Je me suis renseigné, et apparemment il y a pas mal de boucan qui se fait autour de cette ville et de son fameux « Carnaval de manifestations bizarres » Et me voici! Un jeune journaliste paumé qui se fait grogner dessus par les passants.

Je marquais une pause, cherchant mes mots. Après tout, ce n'était vraiment pas le moment d'être désobligeants ou désagréables. Surtout pas après tout ce qu'elle avait fait pour moi. Si j'étais un mauvais hôtes, je crois que je ne me le pardonnerait jamais...

- C'est moi où c'est pas quelque chose dont on aime parler par ici...?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sandy E. Wood

❙ r a c e : Démon
MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  Mer 22 Déc - 21:04

    Elle n'avait pas vraiment fait attention à ce que pouvait signifier son prénom auparavant. Mais dit comme ça ça lui plaisait bien. Elle se reconnaissait assez dans le côté «qui repousse les Hommes». C'est vrai depuis quand n'avait-elle pas eu de vrais amis ? Et même si elle considérait Adja et Zack comme tel elle ne les connaissait pas encore assez pour que ce soit vraiment le cas. Et quand au côté «qui protège les Hommes» jusqu'ici elle n'avait pas vraiment été doué. Elle n'avait pas su protéger Eliot et il en était mort.

    Elle lui sourit l'air un peu distraite.

    -Étonnant... je ne vous demanderais pas comment vous savais ça

    Thimothy elle trouvait ce prénom plutôt accrocheur et pas aussi nul qu'il semblait le croire. Il devait sans doute y avoir une convention quelque part qui faisait que chaque personne peu importe son prénom arrivait toujours à un stade où il le trouvait pas à son image.

    -J'aime assez.

    Sandy l'écouta parler jouant avec le sel. Bien sur qu'il devait s'être brouillé avec son patron pour ce retrouver dans cette ville où la moyenne d'âge est de 60 ans.
    Science de l'occulte, et évidement c'était bien pour tout ces phénomènes étrange qu'il avait été assigné ici, au milieu de ces vieilles maisons, et de ces histoires de fantômes qui se trouvaient de plus en plus n'être plus vraiment des histoires.
    Elle s'approcha soudainement vers lui comme si elle s'appéter à lui faire une confidence et d'une voix légèrement audible lui dit.

    -Vous faire grogner dessus... et encore vous avez de la chance ils paraient même qu'ils mordent quelques fois.

    Elle se rassit brutalement sur sa chaise son dos de nouveau collé contre le dossier. Elle cherchait quoi lui dire. Il était évident qu'elle n'allait pas lui dire que les gens de Ghost Island avait peur car eux savaient que ce qui se tapissait dans le noir n'était pas que le fruit de leur imagination, ni une sorte hallucination collective.

    -Ghost Island est un petit village... et comme dans tous les villages de nombreuses histoires circulent personne n'en parle pourtant tout les monde les connait. Les gens y sont très superstitieux et je pense que d'une certaine façon ne pas parler de ces choses c'est la meilleur façon qu'ils ont trouvé pour les rendre moins réelle...

____________________________________




"Les monstres et les fantômes existent. Ils vivent à l'intérieur de nous, et parfois ils gagnent."
- Stephen King
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jounaliste à GI ? [pv: San/Thimothy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un conseil anti constitutionel a Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Les Coulisses :: Archive des Sujets-