Partagez | 
 

 Lorsque le destin s'en mêle | Hayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité

MessageSujet: Lorsque le destin s'en mêle | Hayden  Lun 7 Mai - 21:04

LORSQUE LE DESTIN S'EN MÊLE
Hayden & Théodora


La pluie martelait les fenêtres de la résidence Jayers. Le temps était gris et maussade, l'atmosphère électrique aussi bien à l'intérieur qu'à l’extérieur. On dit souvent que les caprices de la météo influence l'humeur des gens, Théodora en avait la preuve depuis ce matin. La tension entre ses parents était palpables sans qu'il semble y avoir de raison valable, des futilités qui prenaient des proportions inimaginables... Rien de très inhabituel, le père de la jeune femme n'était pas ce qu'il y a de plus facile à vivre. Heureusement il passait énormément de temps dehors dans ses papiers ou avec ses maîtresses ... Un doux moment de tranquillité. La jeune femme soupira en entendant un nouveau éclat de voix avant de se lever et de se diriger vers la salle de bain. Elle avait envie de boire un verre, de sortir simplement ! Elle enfila un jean, une chemise, une veste, attrapa ses clés de voiture et franchit très rapidement la porte de la maison.

Le moteur vrombit à nouveau avant de s'arrêter une fois de plus. Théodora frappa le volant. Saleté de voiture ! Des mois qu'elle menaçait de rendre l'âme, un petit tour chez la garagiste et une fois comme neuve la voilà qui tombe en panne. A cet instant la jeune femme était en train de maudire la terre entière ! Elle sortit de la voiture, claquant la portière avec humeur. La pluie avait cessé, laissant place à une bruine. Elle ouvrit le capot, et une légère fumée s'en échappa : Mauvais signe ! Très mauvais signe. Elle le ferma, de toute façon la mécanique ce n'était pas franchement son truc : un euphémisme pour dire qu'elle n'y connaissait rien du tout. La demoiselle jeta un rapide coup d'oeil aux alentours : Personne ! Qui serait assez fou pour oser s'aventurer dehors entre deux averses ? Le confort d'un canapé dissuaderait les plus courageux. Elle pesta à nouveau. Deux choix s'offraient à elle... Soit elle faisait un long détour soit elle coupait par le cimetière. Théodora n'était pas fan de ce genre d'endroit, trop lugubre et morbide pour elle. Jamais elle ne s'y rendait bien que des gens qu'elle aimait s'y trouvaient, dernière demeure pour l'éternité. Le souvenir de la forêt se faufila dans son esprit, des émotions fortes, très fortes ! Elle n'était pas passé loin de l'inévitable.

Théodora marchait d'un pas ni trop lent, ni trop rapide. Elle slalomait entre les tombes dont la pierre s'était noirci avec le temps. L'endroit était calme, peut être trop calme, mais toujours terriblement oppressant. La jeune femme n'était pas une grande peureuse, elle n'avait jamais eu peur du noir, ni des clowns ou des araignées bien qu'elle déteste ces dernières comme toute personne saine d'esprit. On pourrait même aller jusqu'à dire qu'elle aimait l'effet de l'adrénaline qui se diffusait dans son sang, elle aimait avoir peur. Un bruit attira son attention, la faisant sursauter... Un petit lapin venu grignoter les trèfles qui poussaient entre les tombes. Elle sourit se sentant idiote et continua son chemin. Les nuages commençaient à se dissiper, d'ici une bonne heure, la ville serait plongé dans une semi-obscurité. Raison de plus pour accélérer le pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Lorsque le destin s'en mêle | Hayden  Mer 9 Mai - 22:47

    Jeudi 29 avril …

    2 : 35
    Dodo. Hayden s'allongea enfin sur le lit. Pas pour bien longtemps bien sûr. Mais un peu de repos ne serait pas de refus. Même les yeux fermés, il voyait encore les crimes qui entachait l'image de la charmante petite ville de Ghost Island. Ils étaient encore relativement restreints, ce qui signifie ici qu'ils restaient étrangement élevés mais sans plus. Pas d'excès dans l'excès. Mais il en viendrait d'autres ! Des meurtres, des disparitions ou des viols ce n'est pas ce qui manquait par ici. Ah ! Si seulement les escrocs locaux avaient su se contenter de dealer comme ils l'avaient toujours fait ! Là, ça dépassait les bornes depuis quelques mois. Au vue des circonstances, son repos était on ne peut plus agité. L'adjoint du chef de la police se demandait même parfois comment son prédécesseur, son propre père aurait pu gérer la situation. Son propre père.
    Cela faisait déjà un an. Un an passé. Plus d'une triste année déjà que Mr Sanderson avait eu une attaque fulgurante. Plus d'une année de faits inexpliqués, d'affaire mal élucidée, une année de frustration, que Hayden était devenu le nouveau Mr Sanderson de la maison familiale et de la ville même en tant qu'adjoint du chef de la police.

    7 : 02
    Encore un mauvais rêve venu troubler sa nuit déjà agitée ! Le corps couvert d'une sueur presque animale, le jeune homme s'était finalement remis de ses émotions et extrait de son lit. La peur avait le don de saisir même les plus braves si elle le désirait. Hayden venait d'en faire l'expérience. Mais parler de ce cauchemar maintenant n'aurait plus aucun sens. Il l'avait déjà oublié sur le coup. Hop ! Refoulé dans l'inconscient ! Comme par enchantement ! Quelle merveilleuse machine que l'être humain ! Enfin … dans toute sa médiocrité …
    Hayden regarda les chiffres rouges qu'indiquait son réveil, tapi juste à côté de lui, sur la table de nuit. Cette drôle d'expérience nocturne avait au moins eu le bénéfice de le réveiller à l'heure pour le boulot. Comme chaque matin, il fila donc sous la douche, se savonna abondamment le torse et tout le reste du corps. Il s'attarda davantage sous les aisselles pour faire disparaître tout souvenir olfactif de la terreur passée. Une fois tout propre et bien vêtu ; une fois tout son rituel matinale respecté à la lettre, il abandonna la maison pour une nouvelle journée de travail. S'il avait été de meilleure humeur, il aurait presque pu chantonner un certain « Heigh Oh ! Je m'en vais au boulot ! » Ce à quoi se résumer sa vie professionnelle et affective. Résumé de sa vie tout court.

    8 : 01
    « Heigh Oh ! Il y a beaucoup de boulot ! »
    Enfin, il ne pouvait pas vraiment se plaindre, au moins il avait un travail, donc un revenu … Donc les moyens de vivre décemment, en parfait petit américain capitaliste sifflotant dans sa tête cet air entêtant de nains communistes évadés d' une certaine mine de diamants dans un certain conte de fée. Un Américain quand même !
    En y repensant, le destin était tout de même capricieux. Alors qu'il avait fuit de son plein grès Ghost Island des années auparavant, il était revenu pour succéder à son père au poste de police. Il endossait maintenant l'uniforme dont il rêvait gamin, qu'il avait détesté pendant toute son adolescence et ses années à l'université, et qui lui apportait finalement une certaine satisfaction à présent. Si son père n'avait pas cassé sa pipe aussi vite ? Il aurait continué à bosser comme un dingue sur les bancs des amphithéâtres pour de grandes ambitions. Travailler au FBI. Devenir profiler. Et pourquoi pas ? Mais ces rêves-là, ses rêves, étaient bien loin maintenant.
    Finalement, face à un destin toujours aussi touille-merde qu'à l'accoutumée, l'Homme finissait toujours par s'adapter. Plus ou moins.


    *~*~*~*~*

    18 : 00
    « Heigh Oh ! Je rentre du boulot ! »
    Autant ne pas se le cacher, la tache avait été titanesque ou pharaonique – tout dépend si vous préférez une référence gréco-romaine ou égyptienne – mais Hayden avait réussi, comme par miracle, à en venir à bout en évitant les heures supplémentaires. Le hasard n'avait peut être pas sa place en fin de compte. Il y a, voyez-vous, que le jeune homme, en repensant à son parcours dans la Police, s'était retrouver à raviver le souvenir de son défunt père, qu'il avait jusqu'ici laissé un peu tomber dans l'oubli au profit des nombreuses affaires qu'il devait traité quotidiennement et qui ne manquait pas par ici. L'idée de venir le voir sur sa tombe lui était ensuite venu à l'esprit, comme par enchantement. Bien qu'il soit en réalité logique pour un fils d'honorer un peu la mémoire de son paternel. Il y a aussi qu'il y avait un peu moins de travail à fournir exceptionnellement en cette belle journée pluvieuse. Hayden avait donc obtenu bizarrement l'autorisation de son supérieur, ce cher bon vieux Humphrey de quitter le poste avant dix-neuf heure, ce qui ne lui était pas arrivé depuis un bon moment. En fait, ça ne lui était même jamais arrivé de partir avant vingt heure jusqu'ici.
    C'est donc le visage un peu tendu que le policier, au volant de sa voiture de fonction se rendit au cimetière municipal, le genre d'endroit pas très accueillant et presque laissé en friche. Un lieu où on n'aurait pas idée de passer passer les vingt-deux heures. La pluie continuait de battre frénétiquement le pare-brise du véhicule, tandis qu'à la radio AC/DC braillait gaiement. Arrivé à bon port, le fils Sanderson gara habilement son véhicule, saisit un parapluie et sorti rejoindre la tombe familiale, comme guidé par les mains d'un destin franchement capricieux. Si seulement il avait fait beau !

    18 : 28
    Droit comme un piquet, le parapluie serré fermement dans sa main droite, Hayden observait en silence la sépulture de son défunt père. Il repensa encore une fois au bouleversement que son décès avait entraîné dans sa propre vie et dans celle de sa mère. Lorsque le destin s'en mêle, il ne fait jamais les choses à moitié. Sa mère était devenue un espèce de légume et la ville un putain de merdier – pour rester poli. Et il avait ces deux fardeaux à sa charge. Mais il n'était pas là pour se plaindre. Mine de rien il aimait son métier et il aimait celle qui lui avait donné le jour. Le jeune homme caressa furtivement le marbre où était inscrit en lettres de fer le nom de : HOWARD SANDERSON. Dieu le garde. Paix à son âme. Ou encore le fameux RIP au lieu de « Rest In Peace » pour économiser de la place et du métal Qu'importe la tournure polie qui suivait. Il était parti et c'était ça qui faisait mal.

    – Hé ! P'pa. Ça faisait longtemps. Tu nous manques à nous tous ici, tu sais. J'espère que le rosbif est bon au moins à la table du Grand Barbu. Et le vin aussi !

    Silence complet.

    – Je voulais aussi te dire que je …

    Il n'eut pas le temps de finir sa phrase. Par fierté masculine, les mots se bloquaient dans sa gorge. Dire qu'il l'aimait ? Qu'il était désolé de ne pas lui avoir dit plus tôt ? Qu'il regrettait que la dernière chose qu'il lui ait dite avant de ne plus le revoir en vie était qu'il le détestait ? Avoir attendu si longtemps pour être revenu, sachant qu'il ne serait jamais rentré s'il était toujours de ce monde ? C'était là trop de sentimentalisme pour un homme. Surtout qu'un témoin inopportun venait de faire son apparition. Il ne pourrait plus aller plus loin dans ses remords et ses regrets à présent. Hayden se redressa vivement et regarda vers la jeune fille mouillée qui approchait. Il lui semblait reconnaître la progéniture du maire véreux du coin. Elle avait l'air vachement ennuyée. Et merde. Au moins, il avait finalement arrêté de pleuvoir …

    – Ms Jayers ? Un problème ?

    Dans son éducation, on ne lui avait pas appris à laisser une demoiselle dans le besoin. L'adolescente – du moins, il la percevait comme telle, – même si elle n'était pas une des personnes qu'il appréciait le plus dans cette ville, restait une personne à aider s'il le fallait. A vrai dire, il n'avait pas vraiment de choses contre elle. C'était surtout contre son père. Mais les rumeurs disaient aussi qu'elle savait très bien être aussi pourrie que lui. Sur cent personne, il fallait que ce soit un membre de la famille Jayers qui l'interrompe dans son recueillement. Franchement ! Lorsque le destin s'en mêle !
Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque le destin s'en mêle | Hayden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsque le destin décide que je dois prendre un bain de boue! |Teny]
» [X] A morning in autumn [PV Hayden]
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Loominëi , la déesse du destin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Les Coulisses :: Archive des Sujets-