Partagez | 
 

 La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité

MessageSujet: La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]  Mar 17 Juil - 14:07

Une nuit plus fraîche que les autres s’annonçait ce soir là, mais qu’importe, le froid ne troublait plus mon corps depuis déjà un grand nombre d’année, condamnée à errer dans cette même enveloppe charnelle, prisonnière à jamais de mes 17 ans et ce probablement pour les siècles à venir.
Je rabattis d’un geste machinale la capuche de mon pull gris sur ma tête et tout aussi machinalement sortais une Camel de son paquet avant de la porter à mes lèvres et de l’allumer. Je fixai quelques secondes la flamme s’échappant de mon briquet un petit sourire illuminant mon visage, une bourrasque de vent vint alors la faire mourir me ramenant à la réalité. Le briquet retrouva la poche de mon slim.

Sans un mot j’empruntais cette route qui me revenait sans cesse en mémoire lorsque j’avais l’audace de fermer les yeux ne serait-ce qu’un court instant. Soupir. A vrai dire c’était presque devenu machinal mais ce soir là, allez savoir pourquoi, je ne me sentais pas le cœur à l’ouvrage. Vous n’imaginez même pas la clémence qui vous est faite mes très chers, pas de mort ce soir, ou du moins… Pas pour le moment.

Je longeai à présent la route qui quitté Ghost Island. Malgré toutes ces années depuis mon « décès » comme il convient de dire… Elle n’avait pas vraiment changée, les platanes se dressaient toujours fièrement de chaque côté de la route, droits et inébranlables. Quelques trous formés par les allers retours incessants avaient été grossièrement comblés par des employés peu scrupuleux et ne portant visiblement que peu d’attention au travail bien fait…
Un nouveau soupir mêlé de fumée s’échappa de mes lèvres. Pas un chat. Pas le moindre bruit de moteur. Rien. Rien d’autre que le bruit de mes pas faisant crisser le gravier en bordure de la route. Je n’aurai su expliquer quel était ce besoin presque irrépressible une fois par semaine minimum de revenir ici, de refaire ce funeste trajet qui m’avait enchainé ici. J’enfonçai mes mains glaciales comme à leur accoutumée dans mes poches.
La lumière jaunâtre des vieux lampadaires de Ghost Island faisait danser mon ombre au rythme de mes pas. Une aura menaçante. L’annonce d’une danse macabre à venir ? Qui aurait pu le dire ? Il ne me fallu plus que quelques mètres pour quitter la lumière familière et de plonger dans l’obscurité. Cela ne me dérangeai nullement, depuis le temps que mes pas me guidaient vers ce virage je ne risquai pas de me perdre, et après tout que risque réellement un corps déjà mort ? Rien. Il aurait été totalement idiot de nourrir ce genre de peur. Mourir deux fois ? Quelle idée stupide…

Le vent, alors que j’arrivai au pied de cet immense platane se mit à porter à mes oreilles une mélodie, une mélodie que je connaissais par cœur. Que je n’oublierai jamais. Qu’il jouait faisant glisser ses crins de chevaux sur des boyaux de chat. Les années avaient effacée son prénom mais pas cette mélodie. Si mon cœur avait encore battu, il se serait probablement serré dans ma poitrine mais à la place je sentie mes nerfs se contracter comme si cette personne ne jouait pas de son archet sur les cordes de son violon mais sur eux.
Tout en poussant un grognement je relevai les yeux vers l’endroit d’où sembler me parvenir le son. Le cimetière. Il faudrait que j’aille d’ici peu vérifier qui jouait ainsi avec mes nerfs. Je ne voulais plus y penser. Il ou elle serait probablement le prochain à partir…
Mes yeux quittèrent le cimetière de Ghost Island et se reposèrent sur le tronc marqué par le temps. Je m’avançai à nouveau de quelques pas et ma main gauche vint en effleurer l’écorce. Rêche. Dure. Inhospitalière. Mon doigt s’écorcha mais aucun sang ne coula ce qui me fit échapper un léger rire. Mon index continua sa route jusqu’au centre de l’arbre. Juste au-dessus de nombreuses marques d’accidents, là où résidait encore un cœur gravé dans l’écorce ayant subi les ravages du temps.

Je soupirai et hésitai encore, comme j’hésitai chaque soir où je venais ici. Je fixai ce cœur où étaient à présent à peine visibles nos initiales : T.Z et M.S. Je retraçai machinalement les lettres et fini par me décider.
Je pris le petit canif se trouvant dans ma poche arrière et me mis à graver à nouveau les lettres dans l’écorce du vieux platane les rendant de nouveau apparente. Je laissai échapper un nouveau soupir tout en refermant le canif d’un coup sec.
La mélodie du violon continuait de s’insinuer dans tout mon corps par mes tympans, transperçant le peu qui me restait d’âme, me donnant l’impression qu’elle était transpercée de coups de couteaux. Je fermai les yeux quelques instants, me rappelant les nombreuses fois où seuls dans les bois non loin du cimetière de Ghost Island, juste avant que le soleil ne se couche, quand tout était baigné d’une douce lueur orangée, je m'asseyais au pied d’un arbre et l’écoutai jouer son air préféré. Et cette nuit, c’était ce même air qui résonné dans l’air. Mes lèvres s’entrouvrirent et dans un souffle je laissai échapper un prénom, son prénom…

« Méliandre… »

Il m’était revenu sans crier gare sans que je ne m’en aperçoive, sans prévenir. Je crois pouvoir le dire, même si j’ai perdu toute sensation, oui je crois bien qu’à ce moment là j’ai eu mal. Comme si le palpitant à présent absent de ma cage thoracique s’était serré. Était-ce ça avoir mal ?
Je portai ma main sur ma poitrine et fermai les yeux quelques secondes. Et cette mélodie qui raisonnait encore et toujours… Insupportable.
J’avais envie d’hurler, envie de me ruer là bas, dans ce fichu cimetière et lui arracher son violon des mains. Je sentais la folie monter en moi, l’envie subite de lui faire du mal, l’envie qu’il soit le prochain sur la liste, l’envie qu’il souffre comme je souffre.
Ma main resta posée sur ma poitrine et je me laissai aller contre le platane, mon front reposant contre la gravure que je venais de rafraîchir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alex Johnson

❙ r a c e : Humain, démon..... c'est compliqué cette famille
MessageSujet: Re: La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]  Jeu 19 Juil - 11:31

Cinq heures. Cinq heures de transport pour accéder à Ghost Island. Comme c'était épuisant. Comme Alex dû prendre son mal en patience. Celui-ci passant de voiture en voiture tandis qu'une certaine lassitude se faisait ressentir. « Zackinou... Ma tête de pioche. Où es-tu donc allé crécher? »

Poussant un soupir, l'homme passa nonchalamment ses doigts dans une chevelure quelque peu dépareillé par le voyage et son long séjour en prison. Enfin, broussaille et verdure laissèrent place aux habitations, Johnson remerciant son chauffeur dès lors qu'ils arrivèrent alors qu'il fut ainsi déposé sur le rebord de la route. En l'occurrence, en face d'un cimetière.

- Joyeux emplacement. Avec un peu de chance, Loïc y trouvera des amis.

Un sourire. Un sourire moqueur étirant ses lèvres. Depuis sa toute première apparition, le fantôme prenait un malin plaisir à le suivre où qu'il aille. De la cuvette des toilettes jusqu'à son lit d'infortune tandis qu'Alex aimait à l'appeler : « Le macabé pot de colle » ou, encore mieux, « Zombi sans ami ».

Par ailleurs, où était-il en cet instant précis? Ses prunelles glissant sur les alentours en quête de le trouver, l'homme n'y rencontra cependant que noirceur et absence. Étonnant. Oui. Fort étonnant mais tellement jouissif.

- Champagne!

Sa voix claquant tel un fouet dans cet halo de silence. Une certaine euphorie s'y lisant sans qu'il ne la contrôle vraiment. Un haussement de sourcil. Un geste de victoire. Passé outre cette libération éphémère, Alex regarda plus attentivement ce lieu qui respirait le vide et l'amertume. La mort et le sang. Comment diable Zack avait pu choisir cette ville? Elle était tellement morne avec ses routes et ses chemins rocailleux. Ennuyeuse par sa chaleur insoutenable et son manque d'esthétisme.

Haussant les épaules comme choisissant de s'en moquer, l'homme brisa son immobilité afin de se fondre dans l'obscurité. Ville pourrit ou non, Johnson avait la ferme intention d'y retrouver son frère. En serait-il enchanté? Alex était loin d'en être sûr cependant comment lui en vouloir tandis qu'il l'y avait, quelque peu, aidé.

- Content ou pas. Me voilà enfin petit frère.

Un regard. Une silhouette attirant son attention. Rompant sa marche aussi vite qu'il l'avait entamé, l'homme resta quelque instants muet. Attentif face à cette ombre qui prenait peu à peu l'apparence d'une femme. Une femme épeuré d'après son allure et son corps crispé.

Aussi étrange que cela puisse paraître, elle dégageait également une aura glacial. Une aura semblable à celle de Loïc alors qu'elle possédait une peau contraire à la nuit. Une peau blanchâtre à en faire pâlir les vivants tandis qu'elle semblait à la fois invisible et intouchable.

Avait-il à faire à un mort vivant? Son don revenait-il, un temps soit peu, le hanter? Choisissant de ne pas en avoir peur, Alex se laissa plutôt pousser par une vive curiosité. Morte ou non, elle pourra peut-être l'aider. Faciliter ses recherches et lui épargner ainsi des efforts nullement désiré.

- Excusez-moi de vous déranger Fan... Mademoiselle mais je recherche quelqu'un. Peut-être pourriez-vous m'aider?

« Fantomette » Mais pourquoi diable avait-il voulu l'appeler ainsi? Si Zack avait été présent, il se serait une fois de plus cogné contre un mur. Non seulement cette « jeune femme » avait l'air attristé, perdue dans de profondes pensées mais en plus, cela pouvait sonner comme une insulte. Une insulte nullement voulu alors qu'il avait la fâcheuse manie de parler sans réfléchir.

Par ailleurs, avait-il vraiment à faire à un fantôme? Après tout, ce n'était qu'un ressentit. Une supposition qui pouvait très bien n'en être qu'une. Un sourire jovial éclairant son visage, Alex ne laissa paraître aucun gène, ses iris cherchant les siens comme pour les percer de leurs lueurs tandis qu'il la questionna simplement de ses prunelles dorées....

____________________________________



Watch me smile. All the joy you can see in my laugh is not real. I say I'm fine when I'm not.

Watch me laugh because my smile is a lie.


Dernière édition par Alex Johnson le Jeu 30 Aoû - 7:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]  Jeu 26 Juil - 5:00

Ma main quitta l'emplacement de feu mon cœur lorsqu'un bruit de pas faisant crisser le gravier de la route attira mon attention. Quelqu'un se diriger en ma direction. Une voix se fit entendre peu de temps après. Un homme. Un homme jeune. Sa voix ne m'était nullement familière. Je laissé échapper un petit rire. Quelle personne normalement constituée souhaiterait venir s'installer dans une ville aussi perdue que Ghost Island. Pauvre fou... Il était humain, c'était une certitude. Un humain certes, mais l'aura qu'il dégagé me semblait pourtant avoir quelque chose de différent, quelque chose de plus que tous ceux que j'avais déjà rencontré depuis que j'étais « revenue ».

Les pas finir par se tarirent. Un petit sourire naquit sur mes lèvres. Il venait de se rendre compte qu'il n'était pas seul. Surpris. Oui sûrement, il est rare de voir des gens dehors à cette heure tardive ou matinale, chacun son point de vue...
Je sentais son regard dans mon dos, me détaillant comme il le pouvait dans la pénombre, il était probablement en train d'analyser la situation, avait-il compris en face de qui ou de quoi il se trouvait ? Peu de chance, je n'avais jamais rencontré d'humains capable de différencier créature urbaine d'être humain, mais j'avais entendu dire que pourtant certains d'entre eux en étaient capables. Cependant ils faisaient partis de ce que l'on pourrait nommer légendes pour nous les créatures. Créature, je n'aimais pas cette appellation, trop péjorative...
Mais là n'était pas la question, ou du moins ce n'était pas ma préoccupation première sur le moment, mon attention se reporta sur l'homme sans pour autant que je ne retourne vers lui.

Je pouvais entendre les battements de son cœur. Ce n'était pas un battement affolé ou peureux, non, mais un battement caractéristique de curiosité. Un rire intérieur résonna en moi et je me mis à murmurer à voix presque inaudible que la curiosité était un bien vilain défaut et que parfois on l'apprenait à ses dépends...
Je dois avouer que percevoir ce rythme incessant me rendait jalouse, ce bruit sourd qui ne résonnait plus depuis bien des années au fin fond de ma cage thoracique.
Le jeune homme fini par ouvrir la bouche.

« Excusez-moi de vous déranger Fan... Mademoiselle mais je recherche quelqu'un. Peut-être pourriez-vous m'aider ? »


Cette fois je ne pu retenir mon rire et me retournai vers l'étranger et sans lui laisser le temps de rajouter quoique ce soit je plantai mes yeux bleu glacés dans ses iris dorés me cherchant avant d'ajouter sur un ton tout aussi glacial.

« Tu allais dire Fantomette non ? Pourquoi t'arrêter en si bon chemin ? A moins que ce ne soit fantôme ? J'ai bien des surnoms tu sais mais je t'avoue avoir tout de même une préférence pour Talia... »

Je me tu quelques secondes et le regarda de haut en bas. Oui il y avait vraiment quelque chose de différent chez cet humain sans que je puisse dire de quoi il s'agissait. Extérieurement il ne semblait pourtant guère différent même s'il avait une apparence beaucoup plus négligée que bien des personnes que j'avais pu croiser ici même. Peut être venait-il de loin, ce qui expliquerait ce peu de « propreté » et ces cheveux ressemblant plus à un champ de bataille qu'autre chose.
Il n'était pas de Ghost Island, ça j'en étais sûre, mais ses traits me rappelaient une personne, une personne que j'avais déjà vu, je n'avais aucun doute là dessus pourtant je n'arrivai pas à mettre un nom ni sur l'homme en face de moi ni même sur celui à qui il ressemblait.
Je me mis alors à continuer.

« Tu sais, nous cherchons tous quelqu'un. Mais crois-tu réellement trouver cette personne ici ? J'ai bien peur qu'il y ait peu à trouver ici à Ghost Island. »


Un nouveau rire m'échappa et je sorti de ma poche mon paquet de Camel. Je portais la cigarette à mes lèvres et l'alluma. Je le détaillai encore quelques secondes tout en tirant sur ce seul petit bout de bonheur qu'il me restait. Je laissai échapper une bouffée de fumée.

« Oublies le vouvoiement, j'ai déjà l'impression d'être assez vieille comme cela... Dis moi plutôt qui tu cherches ou ce que tu cherches. As-tu perdu un fantôme ? C'est probablement ce qui est le plus présent ici. »

Mes yeux n'avaient pas quitté les siens, froids et vides. La mélodie avait cessée depuis son arrivée mais je ne m'en aperçu qu'à l'instant mes yeux surpris se relevèrent vers le cimetière et mes doigts se crispèrent sur ma cigarette.
Un léger soupire de soulagement s'échappa d'entre mes lèvres. Je scrutai une dernière fois le cimetière et vis vaguement une silhouette se déplacer entre les tombes un violon à la main, cette vision blessa un peu plus mon être, comme si elle était familière, familière et perdue, douloureuse. Une expression pouvant sembler humaine traversa mon visage mais disparue presque aussi tôt. Soupçon fugace du peu d'humanité restant en moi. Mes yeux se reposèrent sur l'étranger.

« Je t'écoute. »


Ma voix n'avait pas flanchée contrairement à ce que j'aurai pensé. Je ne savais pas trop comment cette nuit finirait ni même qui il était. D'ailleurs il ne s'était même pas présenté, mais au fond je n'étais pas sûr de vraiment vouloir savoir qui il était, rien ne garantissait qu'il serait encore vivant demain, la colère était certes moins présente maintenant que cette mélodie s'était tue, mais il en fallait tellement peu pour qu'elle ressorte à nouveau. Attention à toi pauvre petite créature. Un faux pas, un seul et tout peut partir... Tout peut partir si vite. Vous n'êtes pas grand chose sur cette Terre, en as-tu seulement conscience ? J'en doute fortement...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alex Johnson

❙ r a c e : Humain, démon..... c'est compliqué cette famille
MessageSujet: Re: La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]  Jeu 30 Aoû - 7:58

« Tu allais dire Fantomette non ? Pourquoi t'arrêter en si bon chemin ? A moins que ce ne soit fantôme ? J'ai bien des surnoms tu sais mais je t'avoue avoir tout de même une préférence pour Talia... » Les iris de la femme s'ancrant dans les siens. Un rire fluide et délicat s'échappant de ses lèvres. Au moins, elle ne manquait pas d'humour. Lui offrant un large sourire en guise de réponse, Alex passa de nouveau sa main dans ses cheveux dépareillés.

Ainsi, c'était bel et bien un esprit. L'un de ces êtres qui le hantaient jour et nuit telle une vieille habitude. Le sondant de haut en bas, Talia se mua quelques instants en silence. Glissant de plus belle ses prunelles aux siennes, sa voix virevolta dans l'air lointain. « Tu sais, nous cherchons tous quelqu'un. Mais crois-tu réellement trouver cette personne ici ? J'ai bien peur qu'il y ait peu à trouver ici à Ghost Island. » Il fallait avouer qu'elle n'avait pas tord. Cette ville puait le vide et l'ennui. Un véritable désert qui n'avait rien d'attrayant.

Pourquoi l'homme avait-il la certitude que son frère y demeurait? Tout simplement parce que « Monsieur pot de colle » le lui avait murmuré. Certes, il aurait pu ne pas le croire. Se foutre ouvertement de sa gueule et le titiller un peu avec humour cependant, sans savoir réellement les raisons, Loïc avait été formel.

- C'est vrai que cette ville est un peu comme le trou du cul du monde mais oui. Je suis sûr qu'il se trouve aussi. Pour tout vous avouer, je me demande même pourquoi. M'enfin, c'est son problème. On a tous un moment de faiblesse.

Un sourire. Un même sourire jovial et séduisant éclairant son visage. D'après « Zombi sans ami », Zack avait perdu la femme qu'il aimait dans une circonstance soudaine et atroce. Peut-être étais-ce là les raisons de sa présence en ce trou. Se tapir pour mieux oublier.

« Oublies le vouvoiement, j'ai déjà l'impression d'être assez vieille comme cela... Dis moi plutôt qui tu cherches ou ce que tu cherches. As-tu perdu un fantôme ? C'est probablement ce qui est le plus présent ici. » Un nouveau rire. Une étincelle d'amusement et de sarcasme flottant dans ses yeux. Sortant de sa poche un paquet de cigarette, l'esprit en ramena une à sa bouche. Tableau quelque peu étrange quand cette femme semblait aussi fragile qu'une fleur fanée.

A ses dires, Alex ne put retenir un rire. Un rire grave qui se percuta en écho dans la rue dépourvue d' humanité. En y réfléchissant. Oui. Il avait perdu aussi un fantôme, Loïc jouant, de toute évidence, aux abonnés absents tandis qu'il ne s'en portait que mieux. Enfin libre de sa présence alors que le macabé avait parfois la fâcheuse manie de lui porter sur les nerfs.

- J'en ai aussi perdu un mais lui ne me manque pas. Si tu vois ce que je veux dire. Je cherche plutôt un homme bien vivant. Zack Taylor. Taille moyenne. Belle gueule comme la mienne. Regard de chien battu....

Accompagnant ses paroles par des gestes désordonnés, Johnson ne quittait nullement le regard froid de Talia. Par ailleurs, celle-ci se fondait dans un silence presque macabre. Un silence mélancolique accentué par le souffle du vent cet celui du cimetière. Que lui était-il arrivé? Comment était-elle morte? Tant de question qui ne trouvèrent encore aucune réponse. Devait-il le lui demander? Manquant une fois de plus de tact par la même occasion?

- C'est mon petit frère.

Non. Pas maintenant. N'effaçant en rien son sourire, l'ancien prisonnier la questionna de ses iris émeraudes. Des iris quelque peu enjôleurs et bon vivant alors qu'il se sentait parfaitement à l'aise.

Au loin. Dans le cimetière de Ghost Island. De nombreux fantômes apparaissaient. Tristes et chantants tandis qu'ils erraient parmi les tombes. Perdus à jamais dans ce monde qui n'était pourtant plus le leur.....

____________________________________



Watch me smile. All the joy you can see in my laugh is not real. I say I'm fine when I'm not.

Watch me laugh because my smile is a lie.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]  

Revenir en haut Aller en bas
 
La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli. [Alex]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres ... [ft lost comets]
» Harry J. Potter ♦ « On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière »
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Les Coulisses :: Archive des Sujets-