Partagez | 
 

 ► La Malédiction : Le journal d'Anthony Smith ◄

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Crossroad

❙ r a c e : Issue du Chaos
MessageSujet: ► La Malédiction : Le journal d'Anthony Smith ◄  Sam 25 Jan - 19:31


La Malediction de Ghost Island
Le 10 Octobre 1805, l’expédition Lewis et Clark remonte le long de la Snake River en direction de la Columbia. Ils découvrent ainsi cette région habité par une tribu amérindienne. Après avoir sympathisé avec eux, ils repartent et arrivent le 16 octobre vers la Columbia. Plusieurs mois après, une colonie s’installe vers la Snake River. De juin à décembre 1806, tout se passa sans encombre. Mais en Janvier 1807, les trois quarts des colons sont décimés. Ils moururent tous de maladies étranges. Les documents trouvé à l’époque de événements laissent perplexes. Il s’agit du journal du fils d’un des colons, Anthony Smith. Les derniers jours racontés dans son journal ont étonné les spécialistes et certains prétendent qu’il ne s’agit que de fabulation. Nous avons pris la liberté de ne publier que les feuillets que nous jugeons intéressant.

Journal d'Anthony Smith


28 Novembre 1806

Mr Harker est venu trouver Père ce matin. Il dit que les « sauvages » ne veulent pas partir. Mon père est l’un des seuls qui ne veut pas les chasser, estimant qu’ils étaient là avant nous. Malheureusement, le reste de la colonie n’est pas de cet avis. J’ai assisté à la violente dispute qui les a opposé ce matin. Mr Harker disait que si nous ne les chassions pas, ils allaient venir nous massacrer dans notre sommeil. En entendant cela, Emily s’est mise à pleurer. Mon père s’est tourné vers moi, me faisant signe de m’occuper de ma sœur. Je l’ai donc emmené dans sa chambre pour lui donner sa poupée préférée. Elle m’a regardé du haut de ses grands yeux bleu en me disant qu’elle ne voulait pas que « les sauvages viennent nous tuer dans notre sommeil » Je l’ai réprimandé en lui expliquant que ce n’était pas des sauvages, mais simplement des personnes qui n’avaient pas le même mode de vie que nous et qu’ils n’avaient pas l’intention de nous tuer. J’ai tenté de la rassuré du mieux que je pouvais et elle a finit par jouer avec la poupée que Mère lui a laissé avant de mourir. Ma sœur n’a que six ans, elle ne peut pas comprendre les choses du même angle que nous. Quand je suis sorti de sa chambre, William est venu me trouver pour me dire que Père avait mis Mr Harker dehors. Il me raconta la conversation qu’ils avaient eu après mon départ. Mr Harker voulait que Père vienne avec eux pour les aider à chasser les quelques indigènes isolés qui vivent encore dans les environs. Mais Père a refusé. J’ai l’intime conviction que les choses ne vont pas s’arrêter ici.

Plus tard :
J’ai tenté de mentionner la dispute de ce matin lors du diner. Mais mon père n’a pas voulu dire quoique ce soit en présence de Emily et de William. Ils ne sont pas idiots, ils savent bien que quelque chose se trame ! Mais mon père a gardé les lèvres scellés.
Plus tard, lorsque j’ai couché Emily et William, je suis retourné avec mon père dans le salon. Et ce fut seulement à cet instant qu’il m’a fait part de ses craintes. Mon père avait peur que Mr Harker ne guide les autres colons vers la colonie pour massacrer les indigènes. Pourvu que rien de tel ne se produise. Le sang risque de couler. Mon père a ajouté qu’il ne restait plus qu’à prier pour qu’un tel drame soit évité.
Je tombe de sommeil car je suis resté avec mon père jusque tard dans la nuit. Je pense que j’en saurais plus demain matin.


1er Décembre
Les choses commencent à prendre le tournant que je craignais. Le ton commence à monter entre les autres colons et mon père. Ce matin, alors que nous marchions dans la colonie pour nous rendre chez l’épicier, nous avons eu droit à des regards chargés de colère. Et hier, j’ai été pris à parti par le fils de Mr Harker et d’autres jeunes que je ne connaissais que de vue. Ils m’ont dit que j’étais un traitre à ma patrie et que si je voulais pas finir en enfer, il fallait que je les accompagnes. Ces imbéciles n’ont rien compris. S’ils massacrent les autres, ce n’est pas au paradis qu’ils iront, cela est certain. Et depuis quand ne pas vouloir répandre le sang était trahir sa patrie ? Cet imbécile de Jim a la tête embrumée dans les idées de son père.
Au train où vont les choses, il nous sera impossible d’empêcher le massacre. Mon père en a parlé au pasteur ce matin, et celui-ci pense la même chose que nous. Grâce à lui, nous avons pu rassembler quelques personnes qui n’étaient pas prise dans la folie meurtrière engendré par Mr Harker. Parmi eux, il y a la femme de Mr Harker qui ne semble pas partager les idées de son mari. C’est une femme très intelligente, l’une des rares que j’ai vu aussi cultivée. La voir s’opposer à son mari n’est pas étonnant. Elle fait preuve aussi d’un grand courage pour oser affirmer ce qu’elle est. Peu de femmes oseraient faire ceci. Il y aussi le précepteur de William et Emily et le voir ici ne m’a nullement étonné. J’ai ainsi compris que nous n’étions pas les seuls à craindre le massacre. Beaucoup proposaient des solutions radicales comme tuer Mr Harker mais mon père les fait revenir à la raison. Dans ces situations-là, il est d’un calme que j’admire. J’aimerais tant être comme lui. Il a réussi à calmer tout le monde. Il ne reste plus qu’à attendre à présent. Mon père et des amis vont tenter de prévenir les indigènes mais vu qu’ils ne parlent pas la même langue que nous cela va être difficile. Il compte s’y rendre demain à la première heure. Malheureusement, je ne pourrais pas les accompagner car je devrais surveiller Emily et William. William a onze ans, il peut bien surveiller Emily le temps que nous rentrons. Mais mon père n’a rien voulu savoir. Quand cessera-t-il de me voir comme un enfant ? J’ai bientôt dix-sept ans !


2 décembre
La tentative a échoué. Mon père a réussi à leur faire comprendre ce qui allait se passer mais ils refusent de partir. Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre que Harker mène les autres jusqu’à leur tribu… Mon père m’a pris à part tout à l’heure pour me dire qu’ils comptent les en empêcher. Ils ne savent pas quand Harker compte attaquer mais comme sa femme est sa confidente, elle pourra nous informer. Mon père m’a fait promettre d’emmener Emily et William si jamais les choses venaient à dégénérer. Je n’aime pas ça. Je crains que les choses prennent le mauvais tournant prédit par le pasteur. Je dois m’attendre à ce que mon père s’en aille à tout moment. Faites qu’il s’en tire indemne. William et Emily sont trop jeunes pour avoir à subir une deuxième perte. Tout cela m’ôte l’envie d’écrire. Mais je me sens forcé de consigner tout cela. Une raison inconnue me pousse à agir ainsi. J’ai la conviction que quelque chose de très mauvais va s’abattre sur nous. J’espère que ceci n’est qu’une mauvaise impression, et non quelque chose de véritable… Emily m’appelle, elle a peur du noir en ce moment, je suis donc forcé de rester avec elle jusqu’à ce qu’elle s’endorme.


20 Décembre
Mon dieu… Ils les ont tous massacré ! Ils se sont rendu dans le camp et les ont tués. Quelle horreur. Je ne peux pas croire qu’ils aient fait ça ! Mon père et les autres ne sont pas arrivés à temps. Ils n’ont été prévenu que trop tard. Mme Harker devait nous prévenir mais elle a été retrouvée morte au domicile de son mari. D’après les médecins, il l’aurait battu à mort. Sa femme de chambre est venue trouver mon père pour lui expliquer ce qu’elle avait vu. Il semblerait que Mr Harker ait découvert que sa femme était de notre côté. Rien ne l’arrête, cet homme est un monstre ! Lorsque mon père est revenu, il était couvert de sang. Et tenait quelque chose dans ses bras. Un bébé. Il m’a expliqué que la mère du petit lui avait confié avant de mourir. Emily est entré à ce moment-là et je n’ai pu réagir assez rapidement pour lui cacher la scène qui se déroulait. Elle s’est mise à pleurer et William a accouru. Mon père a donc été forcé de leur expliquer. Il a ajouté que le médecin devait venir pour le bébé dans quelques instants et m’a donc chargé de préparer la table pour que le petit puisse être observé.

Plus tard
Le bébé est mort. Il n’a pas tenu le choc apparemment. Le médecin nous a dit qu’il n’avait que quelques jours à vivre, car il n’était pas assez vigoureux pour survivre sans sa mère. La nature a fait son travail visiblement. Emily s’y était attaché trop rapidement. Elle a pleuré quand elle s’est rendue compte qu’il ne respirait plus. Je comprends sa douleur mais il fallait malheureusement nous y attendre. Mon père n’a pas dit le moindre mot après le départ du médecin, il s’est contenté de regarder les flammes de la cheminée sans dire un mot. Mais au fond de moi, je savais qu’il bouillonnait de colère envers Mr Harker. Je dois m’occuper d’Emily, je reviendrais sans doute plus tard.

21 décembre.
Mon père m’a tout raconté hier soir. Après que nous ayons enterré le bébé dans le jardin, je suis allé coucher Emily et William. C’est lorsque je suis descendu du salon et que je me suis assis sur les marches sans dire un mot que mon père a daigné prendre la parole. Il m’a tout décrit. Les flammes, les cris, le sang… Tout ce qu’il avait vu. Et son impuissance face à la fureur des autres. Il avait l’air épuisé et il portait encore ses vêtements trempé de sang. Il m’a aussi dit qu’il fallait s’attendre à ce que Mr Harker dirige les autres colons contre nous. Il veut que nous partions d’ici, afin d’échapper à ses manigances. Il dit qu’il veut nous proteger, Emily, William et moi. Il a été très mystérieux sur cela mais je n’ai pas cherché à en savoir plus, terrifié à l’idée que les habitants du camp ne viennent tuer mon frère et ma sœur. Je ferais mieux de préparer mes bagages.

23 Décembre
Mr Harker est mort. On ne sait pas comment cela est arrivé. Mais la seule chose que je peux dire, c’est qu’il l’a mérité. Cet homme était vil et cruel et cela a causé notre perte à tous. Il est mort dans de conditions mystérieuses. Un de ses amis a assisté à ses derniers instants et ce qu'il nous a raconté était invraisemblable. Selon lui, Harker hurlait qu'il voyait des esprits et qu'ils voulaient sa mort. A mon avis, cet homme, si on peut encore l'appeler ainsi après ce qu'il a fait, a trop forcé sur l'absinthe et en a payé le prix. Au moins, ma famille et moi pouvons être tranquille maintenant qu'il n'est plus une menace. Sans doute y a-t'il une justice divine.

24 Décembre :
Après Mr Harker, c'est au tour de son ami de mourir. On a retrouvé son corps ce matin. Et il avait les yeux écarquillé par la terreur. Là cela en devient étrange. Deux personnes meurent dans les mêmes conditions en deux jours. Je ne comprends pas. Mon père me demande de rester à l'écart mais comment ne pas vouloir trouver une explication.

30 Décembre
Les gens du village meurent les uns après les autres, tous victimes d'une étrange maladie qui les rend fous et qui leur fait voir des esprits malfaisant. Est-il possible de mourir de peur ? Mon père songe à quitter cet endroit avec nous. Je ne veux plus rester ici. Trop de choses se sont passés. Nous allons bientôt partir.

10 Janvier
Une épidémie étrange semble avoir terrassé les trois quarts du village. Et chose étrange, il ne s'agit que de ceux qui sont allés massacrer les indigènes et de leurs familles. Je trouvait cela étrange que nous soyons épargnés. Mais je commence à croire qu'il s'agit d'une malédiction envoyé par les survivants pour venger leur tribu. Mon père trouve cela absurde, il dit simplement que les actes qui ont été commis sont punis. Pourtant, aucun de ceux qui se sont opposé à Harker ne sont touchés par cette maladie. Je suis sûre que le massacre a quelque chose à voir. Il ne faut pas être idiot pour le comprendre. Le pasteur pense qu'il faut brûler les corps pour limiter les risques d'épidémies. Demain, tous les cadavres seront rassemblés et tout sera brûlé.

11 Janvier
J'ai encore du mal à croire à ce que j'ai vu !
Lorsque que le pasteur a adressé une prière et que le forgeron a lancé la torche sur le bucher, aucun des corps n'a pris feu. Même après plusieurs tentatives. Tout le monde a crié à la sorcellerie en moins de temps qu'il le faut pour le dire et maintenant tout n'est qu'hystérie générale. Tout le monde a peur. Et ça se comprend. Je pense qu'il est grand temps de partir avant que cette hystérie collective ne fasse des morts.

13 Janvier
Tout est clair maintenant. Alors que j'étais en train de préparer la charrette avec William pour le départ, un des membres de la tribu est apparu de derrière un buisson. Il m'a fait comprendre qu'il voulait voir mon père. William est allé le chercher. Quand il est arrivé, il m'a demandé de rentrer à l'intérieur pendant qu'il parlait avec le nouvel arrivant. Au bout d'une heure, mon père est rentré et m'a ordonné d'aller chercher le pasteur. Ce que j'ai fait. Comme il ne voulait pas que j'assiste à leur conversation, je me suis caché pour les écouter. Et j'ai appris que c'était bien une malédiction. Mon père a raconté au pasteur que les survivants de la tribu avaient lancé un sort sur le camp et que seuls ceux qui s'étaient opposé à Harker étaient épargnés. Selon mon père, Harker et ceux qui l'avaient aidés ne trouveraient jamais le repos. Et cette terre est donc maudite désormais. Mais il fallait que nous partions rapidement d'ici. Le pasteur a tout de même insisté pour que l'on enterre les corps. Mon père lui a dit qu'il faisait ce qu'il voulait mais qu'il allait nous emmener, moi Emily et William loin d'ici.

21 Janvier
Ghost Island est loin désormais. Nous l'avons appelé ainsi avant de la quitter. Plus personne n'y vit. Le pasteur veut que nous construisions une sorte de nécropole pour les corps. Mon père trouve que ce projet est fou. Mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Alors, chaque jour, le pasteur et des ouvriers qualifiés iront sur les lieux. Ainsi personne ne saura jamais ce qui s'est passé, à part nous. Personne à part nous ne se souviendra des morts. Mais selon le pasteur, il faut que ces morts aient un endroit décent comme dernière demeure. Mon père m'a fait jurer de ne parler de cette histoire à personne et de dire que la version officielle pour ces décès était une épidémie. A présent je ne souhaite qu'une chose... Oublier cet endroit. Demain, à l'aube... J'accompagnerais les ouvriers. Et j'irais enterrer ce journal. Ainsi, personne ne saura jamais ce qu'il s'est passé. Et ce secret restera à jamais enfouie. Ghost Island est un endroit maudit. Et jamais personne ne doit y vivre.


Ce journal a été retrouvé lors de fouilles archéologique en 1954. Ghost Island a gardé son nom à cause des habitants superstitieux. Il est désormais exposé à la mairie de la ville comme preuve archéologique malgré les invraisemblances. Anthony Smith est mort en 1820, victime d'une accident lors de la construction d'une maison. Emily s'est marié à certain Donald Meyer et sa descendance vit désormais à Kennewick. Quant à William, nous n'avons aucun document montrant ce qu'il est devenu suite à cette affaire. La seule chose que l'on peut savoir est qu'il s'est également marié, peu de temps après la mort de son frère.
Narja - Never Utopia

____________________________________



Revenir en haut Aller en bas
 
► La Malédiction : Le journal d'Anthony Smith ◄
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Drame haïtien: résultat de la malédiction ou de l'irresponsabilité
» Malédiction hollandaise ?!
» [S16] La Malédiction du Monastère de la Mort...
» Malédiction / Curse
» Malédiction ! (DC Lagon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: L'Hôtel de Ville :: La Bibliothèque-