Partagez | 
 

 Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Felicy Senara

MessageSujet: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  Mer 15 Oct - 9:44







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Esprits enflammés et histoire sanglanteFeat libre




30 Mai 2010


"Felicy marchait d'un pas assurée, pendant que ses yeux, restaient étrangement rivé sur une porte légèrement entrouverte.

D'ailleurs, elle voulait à tout prix s'en approcher, comme si elle cherchait là à fuir quelqu'un ou quelque chose. Mais alors qu'elle était à deux doigts d'y parvenir, elle trébucha soudain sur un caillou et elle se retrouva bientôt seule dans une pièce, entièrement ravagée par les flammes.


- Où suis-je? Aidez-moi, je vous en prie. Que quelqu'un vienne à mon aide.


Tremblante, la jeune femme se releva, posa les mains sur le bitume et se mit à genoux. Tandis que son regard affolé glissa ensuite autour d'elle.

Il faisait trop sombre pour savoir exactement où elle était mais elle pouvait entendre son propre souffle, rapeux et paniqué, pendant que les murs devenaient de plus en plus étroit.

- Par pitié. Je ne veux pas mourir ici, je ne....

Mais soudain elle poussa un cri, ses vêtements se consumèrent entièrement, puis son corps disparu dans le brasier sous un nuage de flamme."


C'était si soudain que Felicy se réveilla en sursaut, et tourna la tête sur le côté alors que son réveil affichait seulement 3h du matin.

- Si seulement, je pouvais avoir une nuit entière, rien qu'une nuit. Je vous en serai éternellement reconnaissante.

Couverte du sueur froide, la médium jeta un regard au plafond. Et se mit à supplier le monde des esprits, de lui laisser un moment de répit, histoire de rattraper son sommeil en retard.

D'ailleurs, elle n'avait pas trop compris le sens de ce cauchemars, mais elle pouvait encore sentir les flammes lui lécher la peau. C'est pourquoi, la jeune femme réprima un frisson et s'engouffra alors sous la couette pour avoir plus chaud.

Mais tandis qu'elle fermait les yeux, de nouveau hapée par le sommeil, une voix l'a tira soudain de ses rêveries pour l'a contraindre à l'écouter.

"Aidez-moi, j'ai besoin de vous."

Surprise, Felicy poussa un cri et se défit des couvertures, pendant que l'esprit, penché, se cachait la moitié du visage en la lorgnant d'un oeil abstent.

- Qui êtes-vous?

"Je ne sais pas. Ou je ne sais plus. Tout ce que je sais, c'est qu'il faut que vous m'aidiez. Rejoignez moi à l'usine désafectée. Peut-être que là-bas je saurai."

Puis, avant même qu'elle le questionne à nouveau, il disparut dans un nuage de fumée, laissant la médium à ses questions, sur le plancher de sa propre chambre.

- Je l'espère. Sinon, je ne pourrai rien faire pour vous.

Poussant un soupir, la jeune femme s'habilla. Pourtant elle aurait très bien pu ignorer son appel, faire comme si elle n'avait rien entendu et repartir simplement se coucher, mais sa curiosité et son désir à les aider étaient tels, qu'elle ne pouvait tout bonnement pas se permettre de laisser une âme en peine.

C'est donc une lampe de torche à la main, qu'elle se retrouva bientôt devant l'usine désaffectée, et qu'elle avança à petits pas, vers ce qu'il restait de "Mears Automobile". Mais quand Felicy se retrouva devant l'entrée, tremblante et peu rassurée, un bruit attira soudain son attention et elle se retourna vivement, sur ses gardes.

- Il y a quelqu'un?

© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________



Les esprits sont là. Ils sont attachés à nous. Parfois en bien, parfois en mal. 
Pour trouver la paix, ils doivent passer de l'autre côté
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Theresa J. Cimballi

❙ r a c e : Almost Human
MessageSujet: Re: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  Mer 22 Oct - 20:08






₪۩۞۩Lazar&Theresa&Felicy₪۩۞۩₪

Esprits enflammés et histoire sanglante

"Le feu aux poudres..."



Je ne rêve pas.

Je ne rêve plus, en fait.

Je cauchemarde. De gens. De sang. De meurtres.

Quelque soit le jour, l'heure, dès que je fermais les yeux, je les voyais. Tous. Les murs tapissés de rouge, ses mains couvertes d'entrailles, ces corps éventrés au regard plus vide que le néant et ses flashs de scène plus effroyables, abominables, inhumaines les unes que les autres qui s'enchaînent jusqu'à limer le peu de sens qui subsistait et donnaient une nausée maladive. Jusqu'à la dernière scène, toujours la même. Une femme, au teint pâle, aux long cheveux noir, aux yeux révulsés d'un bleu inquiétant, portant une longue robe aux dentelles les plus raffinés d'un bleu nuit mélancolique lacérée de tâches brunâtres qui naissaient au fur et à mesure que le couteau s'abattait. Cette femme dont soudainement on faisait un parallèle, belle, vivante, souriante, nue sur le lit, le fixant avec envie. Cette femme, en train de dîner, en train de danser, de courir entre les rosiers... Cette femme, qu'il a aimé avant de l'assassiner.

Cette femme, qui l'a maudit, mon ancêtre.

Je me regardais dans la glace. Mon teint était cadavérique, mes yeux rouges et cernés fixaient mon reflet maladif. Des gouttelettes perlaient le long de ma bouche et je fixais leur course sur ma peau, ayant encore le goût dans la bouche du vomis. Je trouvais la force de quitter cet amas de flashs qui venaient percuter avec violence contre mon crâne, me donnant encore plus la nausée. J'attrapais ma brosse à dents et y étalais une bonne dose de dentifrice et de bicarbonate de soude. Dix minutes plus tard, je pris une douche, froide. Comme si j'espérais que ces images qui habitaient ma mémoire depuis trois ans disparaissaient sous le jet froid.

Je n'avais pas pris mes somnifères ce soir là et quand je sortis de la douche, je m'en voulue énormément. Bien qu'il n'y avait personne ce soir à la maison, mes hurlements m'avaient fait presque perdre la voix. Je secouais la tête et m'enveloppais dans une serviette avant de regagner ma chambre. Le parquet sous mes pieds craquaient sinistrement et je dû me faire violence pour entrer dans ma chambre. J'ouvris la porte et retrouvais mon antre. C'était une grande pièce, avec un lit deux places trônant au centre du mur à gauche en à côté d'une armoire murale. La tapisserie aux tons bleus pâles illuminaient un peu la pièce avec le rayon de lune qui traversait la fenêtre qui se découpait dans le mur en face de la porte, jusqu'à gauche d'un bureau en acajou que j'avais hérité il y a des années de cela. Un coffret se tenait au pied du lit, sur lequel je croisais le regard bien vivante de Chucky.

Je m'appuyais contre l'encadrement de la porte, en proie à une nausée qui faisait danser mon estomac. Il était froid, aussi froid qu'une table d'autopsie. Ses émotions qui habituellement étaient envahissantes, s'étaient tue pour n'être plus qu'une froideur extrême. Au départ, ça l'amusait de me voir dans cet état, mais plus le temps passait, plus il semblait serrer les dents à chaque fois que je faisais un saut dans son passé. Là était l'inconvénient de partager son âme avec celle d'un tueur en série, c'est qu'on avait accès à ses souvenirs une fois la nuit tombée.

Je me dirigeais vers mon dressing décidé à sortir prendre l'air. J'attrapais mes sous-vêtements, enfilant des chaussettes, un jeans noir et un pull moulant. Nous étions début mai, mais les nuits étaient encore fraîches. J'attrapais ma veste et sans un mot, je pris le sac et y glissais Chucky. J'hésitais un instant, mais finis par prendre Charlotte aussi. Je sentis tout de suite l'humeur de Chucky s'assombrir à cause de la présence de Charlotte, pendant qu'au contraire, la mienne se calmait doucement. Je sentais la présence de Charlotte et j'étais rassurée. Après tout, elle servait à ça.

Je rejoignis le garage où j'y trouvais ma moto. Je verrouillais la porte derrière-moi et attrapais mon casque j'enfilais par dessus mes cheveux que j'avais séché avant de descendre. J'ouvris le garage et enfourchais ma moto après avoir mis le sac violet dans le compartiment. Tournant la clef, le rugissement du bolide me fit soupirer de plaisir. Ah, je l'adorais. Maman et Papa étant partis pour le week-end, je n'avais pas à me préoccuper à devoir justifier mon absence. Je m'élançais dans la nuit rapidement.

Je roulais sans vraiment savoir où j'allais. Tout autour de moi était silencieux et je faisais un tel bruit que je ne l'entendais même. Je passais devant l'hôtel de ville désert, admirant l'architecture du bâtiment avant de dépasser le garage, puis l'Eglise aux allures sinistres et le cimetière où je ne jetais pas un coup d'œil de peur d'y voir un fantôme, puis fonçais vers Joey's encore ouvert avant de sortir presque la ville. Quelques minutes plus tard, je m'arrêtais à l'Usine désaffectée. C'était le dernier point avant la ville.

Je n'y avais jamais mis les pieds, mais j'étais souvent passée devant. Étrangement, elle m'avait toujours intrigué. Il émanait de cette vieille bâtisse en ruine une aura que mon sixième sens de sorcière captait magnifiquement bien. Le fait de pouvoir sentir le paranormal me rendait légèrement névrosée quand justement ces émanations de la présence du surnaturelle  venaient me titiller. Mais ce soir, j'avais envie d'essayer pour une fois. Je vivais dans la peur de tout ça depuis trois ans maintenant, fuyant tout ce monde comme la peste.

Et pourquoi ça ne changerait pas maintenant ?

Je descendis de ma moto et sortis mon sac que j'enfilais sur l'épaule. A l'intérieur, Chucky avait la nausée. Il n'aimait pas du tout les transports en commun et cela me faisait toujours rire de le savoir aussi mal pour si peu. Même si c'était contraignant, avoir une poupée sereal killeuse incapable de tenir un trajet sans commencer à divaguer, c'était assez épique.

Je m'approchais et poussais la porte branlante. N'ayant pas de lampe de poche, je me contentais de me fier à la lumière de la lune pour ne pas butter sous les décombres. J'avais l'impression de sentir le brûler, mais je me doutais que ce n'était que la mémoire résiduelle du lieu. Le sol noirâtre était couvert de poussière et de débris que j'enjambais avec précaution. J'avais un peu peur, dans le sens que ce lieu était inquiétant. Ma respiration était à peine audible et j'avais une boule au ventre à chaque fois que je tournais la tête, de peur de croiser un fantôme.

Je sentis que Chucky voulait sortir à sa façon dont il semblait préoccupé. Je soupirais, m'arrêtant entre ce qu'il semblait être un bureau et l'entrée d'un couloir. J'ouvris le sac et récupérais la marionnette que je collais contre ma poitrine de façon à ce qu'il pouvait voir devant lui. L'excitation le gagna automatiquement et je dû me concentrer sur mes pieds pour ne plus y faire attention. Malheureusement, son engouement était tel, que je shootais dans une vieille lampe qui s'était écrasée sur le sol bien avant mon passage. Je retins un juron pas très classe.

- Il y a quelqu'un ?

La voix surgit de nulle part et se propagea en un écho sinistre. Je sursautais, manquant de faire tomber Chucky qui me communiqua son mécontentement. Je le rattrapais de justesse et secouais la tête pour retrouver mes esprits. Nous n'étions pas seuls.

Et il semblait que c'était une femme. Je la distinguais en contre bas de la mezzanine sur le pallier de l'entrée. Armée d'une lampe de poche, je peinais à voir son visage, mais je fus rassurée de voir qu'il ne s'agissait pas d'un esprit.

" Remarque, c'est tout de même étrange, que fait-elle ici ?"

Chucky, aussi intrigué que moi, était piqué par la curiosité. Je réfléchis quelques instants, et décidais de m'avancer près de la rambarde pour qu'elle puisse me voir en levant la tête.

- Est-ce qu'il y a une réunion dans le coin ? Parce que s'il y a un buffet, je reste ! Lançais-je en souriant, faisant coucou d'en haut.

Chucky semblait étrangement d'accord.

©Setsu Nekos

____________________________________



۩۞۩

Invité, this city is mad. Run. Quickly...


Dernière édition par Theresa J. Cimballi le Mar 17 Fév - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felicy Senara

MessageSujet: Re: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  Mer 5 Nov - 10:47







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Esprits enflammés et histoire sanglanteFeat libre




Son coeur palpitait encore quand une voix répondit en écho à la sienne.

Tous les sens aux aguets, Felicy sursauta, et se retourna vivement pour finalement apercevoir en haut de la mezzanine, une jeune femme. Elle ne voyait d'ailleurs que sa silhouette, dans l'obscurité environnante, et elle dû alors plisser les yeux pour distinguer son visage.

- On peux dire ça.

Lui rendant son sourire, la médium marqua un silence, et abaissa légèrement sa lampe tandis qu'une question bien particulière lui vint à l'esprit.

Que faisait-elle ici, seule, dans cette usine désaffectée, alors que ce n'était pas vraiment un endroit agréable pour y passer la nuit? De plus, elle sentait deux auras différentes, une humaine et une beaucoup plus difficile à reconnaitre, comme si malgré les apparences, elle était accompagnée.

C'est pourquoi, Felicy resta attentive, tout en jetant parfois des coups d'oeils discrets aux alentours. Puis, ne voyant cependant aucun esprit, elle se décida à avancer, prudemment, de telle sorte qu'elle puisse enfin voir plus distinctement le visage de l'étrangère.

- Moi qui pensais être plus ou moins seule, vous m'avez fait peur. Ma question va paraître peut-être un peu bizarre mais qu'es-ce que vous faites ici?

Sans être particulièrement suspicieuse, la Médium s'arrêta à hauteur de l'escalier, et leva très légèrement son bras, en prenant bien soin de ne pas aveugler la jeune femme. Mais alors qu'elle avait à présent la tête relevée, une sensation de brûlure soudain la traversa, et elle dû se rattraper vivement à la rambarde, pour ne pas tomber sous le poids d'une douleur invisible.

- Excusez-moi...

Car elle avait sentit le fantôme, celui qui était venu la tirer de son sommeil, et même si elle ne le voyait pas, ou plutôt s'il ne se montrait pas, il lui faisait clairement comprendre qu'il avait besoin de son aide.

© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________



Les esprits sont là. Ils sont attachés à nous. Parfois en bien, parfois en mal. 
Pour trouver la paix, ils doivent passer de l'autre côté
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lazar Swann

❙ r a c e : Humain
MessageSujet: Re: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  Lun 2 Fév - 9:33







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Esprits enflammés et histoire sanglante Feat libre




La nuit promettait d'être longue. Pas plus tard qu'hier, Lazar avait interféré un message de la police, concernant un violeur sadique qui sévissait dans les parages. D'après les rapports, c'était un homme dangereux, d'une trentaine d'année, qui prenait pour cible de jeunes étudiantes à la sortie de l'université.

Du matin jusqu'au soir, le justicier avait fait alors des recherches, et il avait fini par regrouper tout ce qu'il pouvait sur lui avant de passer enfin aux choses sérieuses. C'est donc après la fermeture du bar que l'homme était rentré à son appartement, pour prendre ses armes avant de sortir cette fois dans les rues désertes de Ghost Island.

La traque dura des heures pendant lesquelles Lazar, silencieux comme un chat endormi, fouillait chaque recoins de la ville pour obtenir d'avantage d'information. Son couteau et son flingue coincés à l'intérieur de sa veste, il observa chaque détails, chaque empreintes qui pourraient le mener à sa proie, tout en restant là bien sur le plus discret possible.

D'ailleurs, au bout de quelques heures, c'est près de l'usine désaffectée qu'il retrouva enfin sa trace.

- Cette fois je te tiens.

Un sourire sarcastique au coin des lèvres, le justicier sortit donc ses armes, et joua un peu de son couteau avant d'entrer pour de bon à l'arrière du bâtiment maudit.

C'était un lieu sombre et froid, parfait pour un violeur en cavale. L'odeur de pourriture était si forte que l'homme fronça le nez, et se cacha même les narines au fur et à mesure qu'il s'engageait dans la bâtisse.

Mais alors qu'il parvint à une pièce suspecte, où il pouvait entendre le grincement d'un ongle sur un tableau, une voix l'interpella aussitôt et le poussa subitement à atteindre l'entrée.

- Qu'es-ce que vous faites ?! Partez, vous n'êtes pas en sécurité ici.

Car en haut de la mezzanine, une jeune femme s'y trouvait tandis que l'autre, accrochée à la rambarde, semblait prit d'un profond malaise. L'une d'elle était d'ailleurs assez jeune, l'autre devait avoir à peu près son âge mais aucune ne semblait vraiment connaître l'existence du violeur en série.

C'est donc les sourcils froncés que Lazar s'empressa de les rejoindre, sans savoir quand à lui, qu'un autre danger plus important, rôdait aussi dans ces lieux désaffectés.

© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________



Si tu coule le sang d'un innocent, ton propre sang coulera
 
Car je suis la justice.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Theresa J. Cimballi

❙ r a c e : Almost Human
MessageSujet: Re: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  Mar 17 Fév - 17:34






₪۩۞۩Lazar&Felicy&Theresa₪۩۞۩₪

Esprits enflammés et histoire sanglante

"Le feu aux poudres..."



- Moi qui pensais être plus ou moins seule, vous m'avez fait peur. Ma question va paraître peut-être un peu bizarre mais qu'es-ce que vous faites ici ?

La belle jeune femme semblait réellement intriguée par ma présence ici. Bien qu'elle me semblait un peu plus âgée que moi, je me doutais que c'était bizarre qu'une jeune fille ayant la vingtaine se balade toute seule dans un entrepôt en ruines avec une poupée flippante. Mais, j'étais en droit de me poser aussi la question. Je me doutais qu'il n'y avait pas de buffet dans le coin, ce qui ne me laissait pas beaucoup de théories pour les réponses. A Ghost Island, il n'était pas rare de voir des choses étranges et ce qui peut sembler louche pour quelqu'un de "normal' ne l'était pas pour les habitants du coin. Donc sa présence ne me choquait pas, elle m'intriguait juste. Que faisait-elle dans cette usine ? Était-ce une insomniaque quelconque ? Ou alors peut-être plus...

Après tout, depuis que j'avais appris que j'étais une sorcière, cela ne m'étonnerait pas que ce ne soit qu'un esprit. J'avais encore un peu de mal à les différencier quand la fatigue et la nuit se combinaient pour duper. Mais en me rapprochant de la jeune femme, il me semblait bien qu'elle était bien vivante. Pourtant, j'étais prise d'un doute. Elle était d'une pureté que j'avais rarement vue et je ne savais pas si c'était la fatigue, mais il me semblait qu'il émanait d'elle une lumière.

Je finis par lui offrir un sourire tout en serrant Chucky contre moi. Celui-ci n'était pas très heureux de tomber sur quelqu'un. A vrai dire, après la curiosité, venait l'agacement chez lui, généralement. Il me semblait un peu possessif parfois. Comme s'il n'aimait pas l'idée que je sorte ou que je parle à d'autres personnes. Il me rabroua mentalement en sentant le fruit de mes réflexions. Je réprimais un sourire mauvais.

- Hé bien, disons que j'avais envie de me dégourdir les jambes. Je m'excuse de vous avoir effrayée. Mais dites-moi, vous ne seriez pas un esprit ? Lâchais-je en penchant la tête sur le côté.

Autant jouer cartes sur table. Si elle me prend pour une folle, je le saurais tout de suite. Mais alors que j'allais tout de même préciser pourquoi je lui posais cette question, j'entendis un bruit qui me fit tourner la tête. Du haut de ma mezzanine, je distinguais la silhouette d'un homme sur le pas de la grande porte. A cause de l'obscurité ambiante, je ne distinguais que des tatouages et des cheveux sombres. Il me semblait qu'il était plus âgé que moi et étrangement il me disait quelque chose. Où est-ce que j'avais bien pu le voir ?

- Qu'es-ce que vous faites ?! Partez, vous n'êtes pas en sécurité ici.

Sa voix claqua dans l'air comme une menace sous-jacente. J'haussais un sourcil et sentis que Chucky n'appréciait pas du tout ce ton. J'essayais de rester calme pour ne pas empirer sa mauvaise humeur et offris un sourire forcer à l'homme. Après tout, il pouvait être un tueur. Enfin, étrange tueur qui demande à ses victimes de s'en aller. Peut-être un psychopathe ?

Manquerait plus que ça, un copain de Chucky.

Celui-ci me fit sentir que je pouvais aller me faire voir. Je le serrais contre moi et respirais un bon coup.

- On est en sécurité nulle part. Mais je vais vraiment finir par croire que c'est un club privé ici...

Malgré mon ton léger, j'avais comme un mauvais pressentiment...

©Setsu Nekos

____________________________________



۩۞۩

Invité, this city is mad. Run. Quickly...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felicy Senara

MessageSujet: Re: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  Lun 19 Oct - 9:15







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Esprits enflammés et histoire sanglanteFeat libre




Felicy mit plusieurs minutes à se remettre. Adossée à la rambarde, elle sentait son corps et ses membres se refroidir, comme si la mort tentait à présent de la traverser. Une sensation désagréable s’insinua en elle mais elle tenta malgré tout de s’en débarrasser.
Ce n’était pas le bon moment pour fléchir. Elle devait garder les idées claires, surtout que la jeune inconnue, du haut de la mezzanine, la regardait toujours et lui demandait maintenant si elle était un esprit.

- Non, vous pouvez être rassurée, je n’en suis pas un.

Réprimant un sourire, la voyante tenta de se redresser. Elle aurait bien été tenté de lui dire toute la vérité, concernant l’esprit et sur sa véritable présence ici, mais elle ne tenait pas à la mettre en danger. Car elle avait beau dégager une aura particulière, à la limite dangereuse, il y avait aussi chez elle une bienveillance qui la poussait un peu à la préserver. C’est pourquoi, Felicy se contenta de sourire, laissant un silence planer entre elle et son interlocutrice. Mais quand elle s’apprêta à reprendre le fil de la discutions, un homme surgit soudain de la pièce d’à côté, et leur somma de partir.

Décidément, cette escapade nocturne réservait bien des surprises. Alors qu’elle pensait être toute seule, voilà qu’elle se retrouvait maintenant avec deux inconnus. Et visiblement, ce dernier se montrait moins aimable que la jeune femme. Que devait-elle faire? Partir? Faillir à son devoir et abandonner l’esprit à sa peur? Non, c’était impossible. Surtout qu’elle le sentait auprès d’elle, apeuré et de plus en plus angoissé.

- Cette jeune femme a raison. Nous devrions peut-être....

Discuter calmement. Mais à peine avait-elle commencé sa phrase, qu’une porte claqua avec une violence, telle que le bruit résonna dans l’usine désaffectée. Surprise, la jeune médium sursauta.

«Il est trop tard. Ils arrivent. Je m’en rappel maintenant.... Je me rappel de leur visage. Quand ils ont allumé le feux. Quand ils nous ont regardé mourir.»

- Mais de qui parlez vous?

«D’eux. Des enfants qui étaient là.»

Sans prendre la peine de parler à voix basse, Felicy regarda autour d’elle. Et découvrit l’esprit qui, de nouveau, était apparu devant elle. Cette fois, elle voyait clairement son visage. Elle voyait des marques de brûlure parsemer le haut de son corps, des bras jusqu’à la taille. Il lui manquait un œil, ses vêtements partaient en cendre et sur le sommet de sa tête, une vilaine blessure pourfendait son crâne de haut en bas.

Le cœur battant, la voyante recula.

- Effectivement, nous devrions peut être partir.

© Jawilsia sur Never Utopia


____________________________________



Les esprits sont là. Ils sont attachés à nous. Parfois en bien, parfois en mal. 
Pour trouver la paix, ils doivent passer de l'autre côté
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Esprits enflammés et histoire sanglante [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Libre] Raconte moi une histoire s'il te plaît
» Profite du beau temps ( Libre )
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Aux Alentours :: L'Usine désaffectée-