Partagez | 
 

 I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Dim 1 Fév - 18:58


I'm starry-eyed by our love.

Zack & Céleste








On m’a toujours dit qu’il était facile de voir ce que je ressentais. On dirait parfois même que je suis transparente. Expressive, c’est bien le mot, et je l’ai toujours été. Je ne suis pas le genre de fille renfermée qui cache ses sentiments, pour moi ça c’est tout simplement impossible. J’ai besoin de dire ce que je ressens. J’ai besoin d’exprimer ce que je vis. Je ne sais pas, je suis née ainsi, la nature m’a rendue ainsi. Et malgré tous les événements qui m’ont bouleversée au fil de ma vie, je ne me suis jamais retournée vers moi-même ou cacher une parcelle de mes émotions. C’est étrange, n’est-ce pas ? Peu de gens en sont capables, mais apparemment, je fais partie de cette mince partie. Je n’ai pas non plus peur de dire ce que je pense, sauf bien sûr si je sais que cela peut blesser ceux que j’aime. Ma défunte mère dit que c’est plutôt bien, qu’il faut savoir assumer ce que l’on fait, ressens, ou est. Elle a même ajouté qu’ainsi, mes proches apprendront à me connaître plus facilement et que les relations seront toujours plus franches… après, c’est à mes amis et mes autres liens d’en décider.

Trêve de paroles philosophiques et de tranche de vie sur ma petite personne. Ce qui m’a amenée droit à ce sujet, j’ai les remarques que me font mon entourage ces temps-ci. Mes amies au collège n’arrêtent pas de me dire que je suis plus souriante, dynamique et heureuse que jamais. Elles ne m’ont jamais vu ainsi. Bien sûr, je n’ai pas tardé à m’en apercevoir moi aussi. J’ai une hausse d’énergie, un nombre de sourire plus fréquents et je suis capable de faire des blagues plus rigolotes que d’habitude. Plus que jamais, ma joie est contagieuse et tout me paraît lumineux autour de moi. Comme un ciel pleins d’étoiles, qui éclairent mon chemin comme jamais auparavant. Je ne pensais jamais revivre cette espèce d’euphorie quotidienne après la mort de mes parents, et l’extinction de ma famille en général. De toute manière, ils ne sont pas disparus, ils ne le seront jamais. Ils vivront toujours dans mon cœur et je les aimerais toujours. De plus, je dois avouer que je vois de plus en plus Meredith, qui me semble de meilleure humeur de jour en jour. Se réjouit-elle de me voir aussi contente, maintenant ? Comme tous les autres ? Je les vois. « Enfin, elle se ré-ouvre totalement à la vie. » « C’est bien triste cet événement, mais elle n’avait pas de raison de faire un deuil aussi longtemps. », etc. Et, plus que tout, je redécouvre la Céleste d’antan.

La Céleste qui disait « je t’aime » à tous ses proches. La Céleste qui voulait toujours voir le bon côté des choses. La Céleste qui se fiche de l’avenir et de ce qui pourrait se passer, tant que ceux qu’elle apprécie soient sains et sauf, et auprès d’elle. La Céleste qui vivait toujours heureusement, souvent excitée. La Céleste… extrêmement joyeuse. Bref, la jeune femme enfantine à jamais. Je me rappelle beaucoup de mes souvenirs tellement touchants… qui étaient tout aussi magnifiques, maintenant. Des souvenirs que j’avais enfouis au plus profond de moi pour ne jamais me rappeler la douleur de la perte de mes parents. Maintenant, j’ai beau y repenser, rien qui ne s’apparente à la tristesse ne vient me chercher. Mon cœur s’emballe, je suis si…

Amoureuse.

Il n’y a que l’amour qui puisse autant de contrôler et me rendre aussi folle. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais on dirait que cela m’affecte vraiment. Ne dit-on pas que l’amour donne des ailes ? Je pense sincèrement que c’est le cas, car je me sens tellement légère, bien, en ces moments-ci. En fait, je ne suis pas ignorante. Je me rends de plus en plus compte que je file le parfait amour. Jamais comme auparavant. Peut-être parce qu’avant c’était des amours d’enfance, rien de très sérieux, alors que maintenant, je commence à embarquer dans l’âge adulte, dans les histoires sérieuses… je sais, elles ne seront jamais comme dans les comptes de fée, mais… Qui sait, finalement ? Je me sens comme une princesse auprès de lui.

C’est difficile à exprimer comme sentiment. À chaque fois que l’on voit cette personne, notre cœur se met à battre fort, et tout est dirigé vers lui ou elle. On a envie d’aller se coller à elle, d’aller lui dire des mots doux et de rester à ses côtés pour l’éternité. C’est comme si notre cœur tombait malade, puis se guérissait automatiquement. Ou les bulles dans les boissons… En fait, je m’égare, là. Ce genre d’événement me rend tellement rêveuse ! Rien ne pourra m’arrête de sourire, maintenant.

Rien, parce que je m’appelle Céleste Beauchamp et je suis amoureuse de Zack Taylor.
Enfin, peut importe comment je m’appelle, comment il s’appelle, l’important c’est ce que nous sommes, mais surtout ce que je vis et ressens pour ce type. Je me souviens encore des premiers jours où je commençais à ressentir cette sensation poindre en moi. J’ai dû l’assumer mais essayer de le cacher, pour une des rares fois de ma pauvre vie. Et puis, il y avait l’histoire de la marque, qui m’empêchait de vivre parfaitement ma vie et me bloquait à chaque fois que je voulais le lui avouer. Heureusement, tout ça est derrière. Enfin, ma chère Theresa, ma sœur de cœur, a réussit à l’ôter à jamais. Et, comble du bonheur, Zack avoue depuis quelques temps qu’il ressent quelque chose envers moi de plus fort que de l’amitié… j’espère qu’il a su nourrir ce sentiment comme je l’ai fais de mon côté, et il s’est avéré qu’il est beaucoup plus fort que je ne l’avais pensé au début.

C’était il y a quelques journées, mais je m’en souviens comme si c’était hier. Peut-être était-ce parce que c’était l’une des occasions qui m’a le plus marquée dans ma vie ? Peut-être bien, et même fort possible.

Ce soir, j’avais eu l’une de ces idées. Je savais qu’il s’était remis de ses blessures de la dernière bataille que notre groupe avait vécue. À vrai dire, il ne l’aurait pas été si l’élixir de guérison accélérée fourni par Castiel ne lui avait pas été ingéré. Mais je ne voulais pas qu’il reste trop longtemps ici, son grand frère, que je ne connaissais pas vraiment risquait de s’inquiéter et de nous faire son nerveux, quitte à venir ici, et ça ne nous tentait nullement pas. Alors on s’est dépêché de le remettre sur pieds, et ça a marché. J’espère qu’il n’avait pas trop mal, qui sait, les cicatrices restaient peut-être encore…


Je venais de sortir de ma douche. Juste pour ressentir tous les sentiments en moi et me sentir encore mieux, j’avais mis l’eau tiède, presque froide… c’était tellement bon, de faire différent, comme avant, exactement comme on le faisait avant. Mon regard se posa sur les vêtements que j’avais rapidement entassés là. À vrai dire, je ne m’étais pas spécifié, j’y étais allée classique, peut-être parce que je n’aime pas être habillée chic et aussi parce qu’il faisait frais dehors et que petite robe de soirée ne fut pas de mise. Il y a avait bien sûr un pantalon style jean serré, à la limite du legging et l’un de mes chandails confortables préféré, à manches courtes, blanc pâle, un peu transparent, avec un petit cœur bleu dessus, et le bas assez « lâché ». Un look d’adolescente, j’aurais dit. Un look que je n’avais pas mis depuis longtemps et qui m’allait pourtant bien.

Rapidement, j’ai enfilé le tout et j’ai jeté un coup d’œil à l’extérieur. Le Soleil commençait tout juste à se coucher, je voyais les couleurs vives s’éteindre au loin, et la nuit s’installer peu à peu. C’était magnifique, mais j’aurais tout le temps de l’admirer plus tard. Je me mis à espérer que mon chéri n’avait rien d’organiser ce soir. Doucement, je sortis de la salle de bain, lentement, descendant les marches menant à l’entrée de mon manoir, me mettant à tourner dans le hall, les yeux fermés, sentant l’air de la pièce me caresser doucement. Trêve de plaisance, je suis sortie dehors, j’ai frissonné, mais je n’en avais rien à faire de la brise tiède, qui me fouetta la joue, mais tout doucement. J’ai fixé mon point; un grand arbre bien joufflu, assez vieux, centenaire même, à quelques dizaines de mètres de là. J’avais beaucoup de terrain, à vrai dire, la pelouse parfaitement taillé témoignait du terrain impeccable que j’avais hérité à la campagne. Étrangement, je me sentais tellement seule et vide ici.

J’ai marché jusqu’à l’arbre et déposer ma main sur son tronc épais qui témoignait de son âge.

- Mon vieux… j’espère que tu es aussi résistant que tu l’étais il y a quelques mois.

Doucement, je déposai mes pieds sur la branche la plus basse, puis monta d’une autre, et enfin d’une autre, prêtant attention au moindre craquement inquiétant, au moindre risque de tomber. J’avais l’air d’une professionnelle, comme si je l’avais fait cent fois dans ma vie… en fait, c’était pas mal la vérité. Souple comme un chat, je réussis à me trouver deux branches entrecroisées qui formaient un confort douillet, une place où je pourrais m’installer quelques instants. Je m’y couchai, l’œil vers le ciel, voyant, à travers les feuilles dispersées, le ciel briller, s’assombrir peu à peu, les étoiles apparaître.


Oh, oh, starry eyed
Hit, hit, hit, hit, hit me with lightning

Handle bars, and then I let go, let go for anyone
Take me in, and throw out my heart and get a new one

Next thing we're touching
You look at me it's like you hit me with lightning
Ahhh

Oh, everybody's starry-eyed
And everybody glows
Oh, everybody's starry-eyed
And my body goes
Whoa oh oh ah ah
Whoa oh oh ah ah
Whoa oh oh




Doucement, je cherchai mon cellulaire dans ma poche, je ressentais tellement le besoin de le voir, de lui parler, de passer du temps avec lui. Je l’aime. J’avais besoin de lui. Mon doigt se promena sur les touches et réussis à taper son numéro, puis je le mis sur les stéréos et le déposa sur mon ventre, l’air perdu. Lorsque j’entendis sa voix répondre, c’est à peine si j’attendis dans un temps de silence avant de dire quelques mots.

- Zack…

Qu’allait-il répondre à ça ?

- Viens chez moi.

C’est tout ce que je voulais exprimer. J’espère que le ton de ma voix allait révéler le reste. Mes yeux fixaient le ciel brillant, je n’écoutais plus ce qu’il disait, je voulais qu’il vienne, qu’il me découvre là, rêveuse, et qu’il vienne me parler, me rendre visite, me dire des mots doux. M’aimer. Pour cette soirée qui s’annonçait si belle…

Bientôt, il raccrocha. J’espère ne pas trop l’avoir agacé à rien n’avoir dit d’autre de plus. Mais j’espérais que ce silence passe pour une entente. J’espérais entendre le moteur de sa voiture vrombir dans l’entrée.

Je me mis à l’attendre, lentement, dans le silence de mes mots perdus.

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Dim 1 Fév - 22:49






I'm starry-eyed by our love


♫ Suddenly my eyes are open,
Everything comes into focus, oh.
We are all illuminated,
Lights are shining on our faces, blinding. ♪


A refaire parce que la créatrice de Zack est aussi un boulet international qui au lieu de cliquer sur "citer" clique sur "editer" et perd donc ainsi une réponse de plusieurs pages qu'elle n'a bien sûr par enregistré dans son ordinateur.
*facepalm de la mort*





____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.





Dernière édition par Zack Johnson le Ven 20 Mar - 14:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Dim 1 Fév - 23:48


I'm starry-eyed by our love.

Zack & Céleste








- Mais dégage, bordel ! Non… pas toi, Céleste. Je parlais à… Je t’expliquerais plus tard.

Je fronçai un sourcil à la première phrase, me demandant s’il s’adressait à moi. Je fus quasiment courroucée, jusqu’à ce que j’entende le bruit d’un objet qui s’envolait dans les airs et tombait plus loin, et qu’il se mit à m’expliquer la situation. Mon âme s’apaisa et je continuai d’écouter ses dernières paroles.

- Je me prépare et je viens. Je serais là dans une demi-heure.

Lorsqu’il raccrocha, je ne pus m’empêcher de faire un petit « ok », à peine audible. Les émotions furent trop fortes d’un coup, et je me perdis encore plus loin, dans la brume de ma cervelle…

La tête appuyée sur le tronc, sentant les deux branches s’entrecroiser dans mon dos, je fixai le ciel, sans aucune émotion apparente. En fait, tout fut véhiculé dans mes yeux, qui se mirent à refléter les millions d’étoiles qui commençaient à poindre tranquillement alors que les dernières lueurs du Soleil disparaissaient à l’horizon. N’avez-vous jamais vu tous ces points brillants dans la nuit ? C’est encore plus magnifique de les voir paraître peu à peu le soir. C’est un spectacle que j’ai souvent pu admirer dans ma vie, et pourtant, lorsque je la revis, je ne m’en lasse jamais. Elle me rappelle toujours que la vie, c’est comme un rêve. En plus dur. Mais ça reste en base un rêve. Il m’arrive de penser qui a créer d’ailleurs ce fameux rêve. Est-ce Dieu, comme disent les chrétiens ? Ou bien un autre, qui n’a pas de nom encore donné ? Maintenant, après avoir connu Ghost Island, ses phénomènes et sa vie surnaturel, je suis prête à croire à tout ce que je verrai… ou je penserai.


So we burst into colors, colors and carousels,
Fall head first like paper planes in playground games

Next thing we're touching
You look at me it's like you hit me with lightning
Ahhhh

Oh, everybody's starry-eyed
And everybody goes
Oh, everybody's starry-eyed
And my body glows
Whoa oh oh ah ah
Whoa oh oh ah ah
Whoa oh oh


Pendant que ma tête s’égarait dans les méandres de mes pensées, je me mis à penser à tous ceux que j’aimais profondément. Theresa, ma sœur de cœur. La première à m’accueillir dans cette ville maudite. Stacy, ma première amie de collège qui m’avait présentée à tous les garçons de l’école sans succès. Castiel, le grand idiot qui restait un grand frère pour moi. Mais surtout, Zack, mon Zack, celui que j’aime plus que tout. Il m’a fait courir d’énormes risques sur une assez courte période, mais en quoi cela est-il si important ? J’aurais tout fait pour lui, je sais que j’aurais pu mourir sans regret si c’était pour lui que je le faisais. Je serais prête à tout pour lui. Je l’aime. Je t’aime, Zack.

Je me souviens de notre première rencontre. Oui, celle dans le garage. Il m’avait semblé bien ombragé. À l’époque, il avait presque tout perdu dans sa vie. Son tout, c’était son ancienne petite amie. Il l’aimait tellement, je l’ai vu dans ses yeux alors que je découvrais la vérité d’une manière assez particulière; j’avais réussis à démystifier les ondes qui l’entouraient, et elles m’avaient donné ce récit particulier. C’est fou comme les gens comme nous, s’ils pensent trop fort à un événement, peuvent nous communiquer ses détails mais surtout ses émotions. C’était un récit extrêmement triste, et j’avais tout de suite compris son comportement, sa manière de vivre, comme s’il avait presque tout arrêté. Non, il ne vivait plus, il survivait. J’ai eu pitié de lui, je ne voulais pas le voir plus longtemps ainsi, alors j’ai décidé de me donner un défi, d’apprendre à le connaître, mais surtout de lui réapprendre à vivre et non à survivre.

Peu à peu, une amitié s’est nouée entre nous. Je ne sais pas comment, nous sommes si différents, lui et moi ! Mais qui aurait cru que notre relation allait changer du tout au tout ? Je ne me souviens plus de notre chemin, mais je trouve ça tellement étrange, de me voir, là, amoureuse, alors qu’il y a quelques mois, je le considérais comme l’un de mes meilleurs amis seulement. C’est fou comme le destin peut parfois drôlement tourner. Bien tourner ? Pour moi c’est sûr. Mais je ne sais pas si cela apportera du bien à lui. Je me doutais bien, à voir ses rires, ses sourires et ses activités plus fréquentes, que j’ai eu un effet positif sur lui, mais je ne savais pas où il s’arrêtait ni sa vraie signification.

Notre amour était fait de couleur. Une fleur à éclore. C’était tellement beau, de l’exprimer ainsi. Une larme de joie, me remémorant tous nos beaux instants ensembles, se mit à couler sur ma joue droite, puis sur celle de gauche, alors que je ne quittai pas la toison étoilée du regard.

Je n’entendis que quelques instants le bruit typique de la voiture de Zack. Tout comme la mienne, il s’agissait d’un vieux modèle, et nous avions la même passion pour ces genres de voitures. Cette ressemblance enfin trouvée me fit sourire légèrement, bien que mes pensées fussent encore égarées lorsque je le vis sortir du véhicule, l’air un peu songeur. Pour ma part, je rangeai mon téléphone dans ma poche de mon pantalon et me retournai légèrement, l’apercevant s’approcher du manoir.

J’avais envie de lui crier de venir me rejoindre, lui dire que je l’aimais, lui dire des beaux mots, mais quelque chose en moi s’amassa comme une boule qui bloqua dans ma gorge. Je ne pus que l’observer jusqu’à ce qu’il se rendre à la porte du manoir et sonne. Ce fut comme pour moi un signal, comme si j’avais été à l’intérieur du bâtiment, et aussitôt, je fus debout, sautant de l’arbre. Je ne tardai pas à sentir l’herbe tiède et douce sous mes pieds, et je m’aperçus aussi que je n’étais pas chaussée, ni avec des bas ni avec des souliers. J’étais totalement nue pied, et j’adorais la sensation d’être plus proche de la nature, de sentir les éléments me toucher comme une caresse sublime.

Ce fut pour moi un encouragement. Je m’adossai contre le tronc de l’arbre, le regard qui ne quittait pas celui pour qui mon cœur battait fort. Je puisai enfin la force nécessaire de l’appeler.

- Zack ! Zacky !

L’appeler par son surnom me donna un souvenir de la familiarité, et aussitôt je retrouvai un peu plus d’aplomb, à la limite du courage. Mais je ne voulais pas quitter ma place. Je voulais faire comme dans l’un de mes rêves. Qu’il vienne me rejoindre sous l’arbre. J’avais déjà envie de le serrer dans mes bras, de sentir son odeur, d’enfoui le visage dans son cou. J’avais envie de lui dire tout ce qui se passait dans mon cœur, de lui dire deux simples mots qui pourraient suffire…

Mais, bien sûr, ma tête, elle, voulait passer par tous les chemins, aussi tentai-je de me calmer en attendant qu’il m’aperçoive et me rejoigne.

Je t’aime, Zack.

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Dim 15 Fév - 23:24






I'm starry-eyed by our love


♫ Suddenly my eyes are open,
Everything comes into focus, oh.
We are all illuminated,
Lights are shining on our faces, blinding. ♪


Zack redressa la tête en entendant la voix de Céleste. Il regarda autour de lui avant de l’apercevoir, plus loin, sous un arbre. Elle l’attendait depuis un moment, visiblement.  Un bref instant, il se demanda depuis combien de temps elle était là et si elle l’avait vu hésiter avant de sonner.
Il se forçait à afficher un air calme pendant qu’il se dirigeait vers elle, ignorant l’impression d’avoir l’air incroyablement stupide. Il n’était plus un adolescent et pourtant, il n’était pas loin de se comporter comme tel. L’hésitation, la maladresse… A croire qu’il n’avait jamais eu de petite-amie avant. C’était d’autant plus drôle que dans l’histoire, c’était lui, le plus vieux.

Elle était là, en train de l’attendre. Et elle l’avait appelé par ce surnom. Il en avait l’habitude, des surnoms. Son frère lui en avait trouvé plein. Du classique « Zackinou » à « Tête de pioche ». Sans compter les diverses insultes que seuls des frères et sœurs pouvaient se lancer sans avoir peur de s’en manger une.  Berith l’appelait « gamin » quelque fois.
« Zacky » en revanche, c’était nouveau. Il ne savait pas qui avait trouvé ça en premier. Sans doute Theresa qui avait déjà fait le jeu de mot « Zacky Chan » et qui fière de l’avoir trouvé, l’avait répété en boucle.  Mais quand c’était Céleste qui le disait, Zack n’était pas excédé. Il ne grinçait pas des dents comme il le faisait avec la marionnettiste – devrait-il plutôt dire sorcière maintenant ? – il pouvait même presque dire qu’il appréciait ce surnom. Mais uniquement quand c’était Céleste qui le disait.
Parfois, il se demandait comment il avait pu être aussi aveugle. Maintenant qu’il avançait vers elle et qu’il sentait malgré lui le sourire qui s’étirait sur son visage, il savait qu’il était bel et bien sous le charme de cette tête de mule qui avait insisté pour réparer sa voiture elle-même au garage lors de leur première rencontre.

Il sourit de plus belle en entendant le « Je t’aime, Zack » qu’elle pensait si fort que ses barrières mentales, s’il avait pensé à les redresser avant de venir, n’aurait pas pu retenir ces mots.  Elle l’aimait. Pour ce qu’il était. Lui, le type qui passait plus son temps à grogner qu’autre chose. Lui, qui hier encore pensant qu’il serait incapable d’aimer à nouveau.
Qu’il avait été bête.
Quand il arriva à sa hauteur, poussé par une force inconnue, il lui prit la tête entre les mains pour déposer un baiser sur ses lèvres. Cela risquait de la surprendre et à vrai dire, Zack était le premier surpris par sa réaction. Mais après tout, ils n’étaient que tous les deux. Il pouvait se laisser aller.

- Moi aussi dit Zack avec un grand sourire en la lâchant et s’écartant, faisant ainsi référence à ce que Céleste avait pensé et ce qu’il avait entendu.



____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.





Dernière édition par Zack Johnson le Ven 20 Mar - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Sam 7 Mar - 22:05


I'm starry-eyed by our love.

Zack & Céleste








J’avais perdu l’habitude d’être amoureuse. En fait, non, je ne devrais peut-être pas dire cela comme ça, c’est trop étrange. Aimer n’est pas une habitude, enfin peut-être que oui, j’en sais rien. Toujours est-il que notre cœur s’habitue à vivre avec, et lorsque cela nous quitte, on finit par en perdre la sensation, et limite à l’oublier. C’est ce qui était arrivé avec moi. Et vous savez, l’amour, c’est totalement étrange. C’est comme si on tombait malade, qu’on revivait, et ainsi de suite. Je pourrais comparer cette sensation à n’importe quoi d’autre, mais les idées ne me viennent plus en tête. Je me brouiller de plus en plus, et je perds au fur et à mesure de mon assurance.

D’habitude, pourtant, je suis à l’aise, presque partout, avec presque tout le monde. Même avec mes anciens amoureux et amoureuses, j’étais excitée, énergique, mais surtout osée. Cette fois, on dirait que mes sentiments s’entremêlaient et que j’avais de la misère à les démêler, qu’ils venaient entraver mes pas, me brouiller les moindres pensées qui osaient s’infiltrer dans ma tête. Plus je le voyais s’approcher et franchir les derniers mètres qui nous séparaient, plus un étrange phénomène s’emparait de moi.

Bon sang, je rougissais ! Je ne pouvais pas y croire, mais c’était bien le cas, je rougissais. Heureusement, le teint que j’avais m’empêchais de trop le laisser paraître, mais quand même. Depuis quand cette occasion m’est-elle arrivée ? Plus j’y réfléchis, plus ça va loin. Je dirais même que ça date de la première fois que je l’ai rencontré. Je me souviens, quand je m’étais approchée de lui et que notre peau s’était frôlée. J’avais aussitôt reporté l’attention sur l’aide que je pourrais lui apporter, parce que je ne voulais pas lui compliquer la vie, tout ça.

Bon sang, je pensais que tout le monde pouvait virer gêné, inexpérimentée, sauf moi. Et pourtant, je venais de me rendre compte que c’était le cas. Je n’y étais pas habituée, et pourtant, je me rendis compte que mon organisme ne le perçu pas comme une menace, mais bien au contraire, une récompense, car franchement, j’adorais ça. J’adorais me perdre dans ses bras.

Et soudain, plus que quelques centimètres nous séparaient. Il n’attendit pas pour me prendre le visage entre ses mains et m’embrasser. Je ne bronchai pas, je ne reculai pas une seconde, de toute façon je me serais frapper au tronc, mais en tout cas, je répondis même avant même qu’il se recule et que je puisse l’observer. C’est à ce moment que mon cœur fit un boom et que je me sentis renaître, à ses côtés.

C’était vraiment l’homme le plus beau que j’ai jamais vu de toute ma vie. Ses cheveux presque couleur corbeau, qui contrastaient tellement avec ses yeux. Et, oh bordel, ses yeux ! Ils étaient d’un si beau bleu, un bleu si glacial, si expressif, si profond… J’aurais pu passer des heures à l’admirer ainsi, mais les mots me manquaient, aussi espérais-je qu’il comprenne à quel point je l’aimais.

Il me surprit lorsqu’il me répondit « moi aussi ». J’avais quasiment oublié qu’il pouvait lire dans les pensées. Mais peut-être que la mienne avait tant résonné qu’il pouvait l’entendre de là. Bon sang, mais qu’est-ce que je dis ? Je perds tous mes moyens, je…

Je ne peux m’empêcher de le serrer dans mes bras. D’enfouir mon visage dans son cou. Bon sang, ça m’avait manqué. J’avais encore l’impression d’être une adolescente qui vivait sa première grosse histoire d’amour… mais c’était peut-être le cas, justement. Mes doigts serrèrent ses avant-bras que je tenais fermement. Il est à moi. Pas touche. Ce sont les seules pensées qui me traversèrent en ce moment si magique.

Je réussis à le relâcher un peu, non sans avoir déposer un petit baiser sur sa joue au passage, amusée, avant de sourire. Je me sentais revivre, maintenant.
Je ferais mieux de me taire, sinon je vais dire n’importe quoi. Alors, doucement, je lui prends sa main, et je commence à sautiller (enfin, si on pouvait dire ça, j’avais l’impression de retourner en enfance et de faire des petits pas énergiques plutôt) en retournant vers le manoir.

- La contemplation d’étoiles, ça sera plus tard, car elles n’apparaissent pas toutes encore.

C’est tout ce que je puis dire. Autant lui faire penser à la vraie Céleste, celle qu'il aime. Celle qui fait toujours des petites remarques mignonnes comme ça.

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Ven 20 Mar - 14:49






I'm starry-eyed by our love


♫ Suddenly my eyes are open,
Everything comes into focus, oh.
We are all illuminated,
Lights are shining on our faces, blinding. ♪


Le corps de Céleste contre lui, cette chaleur qu’elle dégageait... Il avait l’impression que des années s’étaient écoulées. Il avait presque oublié la sensation que produisait le simple fait d’aimer et d”être aimé en retour.  
Elle était si joyeuse, si... Zack se retint de penser au mot «innocente». Pouvait-on définir ainsi quelqu”un qui était capable de faire face à des ennemis sans flancher une seule seconde, ni même songer un instant que cela puisse mal se terminer pour elle ?
Elle lui en avait fait des frayeurs. Elle avait cette tendance à prendre des risques sans se soucier d’être potentiellement blessée, tant qu’elle pouvait protéger ceux qui comptaient pour elle.
Elle sautillait à présent, comme une enfant. Il se mit à rire alors qu’elle prenait sa main.  Finalement, innocente était le mot.

La contemplation des étoiles, ça sera plus tard, car elles n’apparaissent pas toutes encore.
Zack leva les yeux vers le ciel et comprit ce qu’elle voulait dire. Il ne faisait pas tout à fait nuit et on n’en voyait que quelques unes.  Et alors qu’elle l’entraînait vers le manoir, Zack se demanda quand était la dernière fois qu’il avait contemplé les étoiles.
Au plus profond de lui-même, il connaissait la réponse. Ce fut pourquoi il décida de faire abstraction de la réponse. Il n’avait pas besoin de ça, maintenant. Il était avec une personne qui comptait pour lui. Et il était hors de question qu’il refasse les mêmes erreurs qu’avec Sandy.

C’était amusant, de voir combien les choses avaient changées depuis son départ. La prise de conscience qui avait suivi et qui avait poussé Zack à s’ouvrir davantage aux autres. Il n’était plus le même qu’à Eugène, mais il n’était pas non plus le même qu’à son arrivée à Ghost Island. Au départ, il n’avait qu’une envie, se barrer de ce trou le plus rapidement possible. Et maintenant qu’il avait compris que ses amis étaient ici, ceux qui lui avaient tendus la main alors qu’il était au niveau le plus profond du gouffre qu’était son désespoir, il ne ressentait plus le besoin urgent de se tirer d’ici. Il y avait bien quelque chose qui le retenait ici. Et ce n’était pas une force innommable digne des pires romans de Stephen King. C’était bien ses amis et Céleste. Et chose surprenante, il commençait même à l’apprécier, cette ville. Elle voulait sa mort depuis qu’il était arrivée, mais c’était ici qu’il avait fait des rencontres extraordinaires.
Petit à petit, il commençait à établir des projets sur le long terme. Il y avait l’appartement qu’il louait avec son frère. Il y avait Céleste. Il y avait Samuel et Adja. Il y avait Theresa. Il y avait des personnes qui comptaient un peu plus chaque jour pour lui. Des personnes qu’il avait fini par laisser entrer dans sa vie. Les nuages sombres qui flottaient au-dessus de sa tête s’éloignaient peu à peu. Et peut-être qu’un jour, il parviendrait à voir l’horizon. Un jour.  Il ne savait pas quand. Mais un jour.

Il resserra sa main sur celle de Céleste et alors qu’ils marchaient toujours en direction du manoir, il la lâcha pour passer son bras au-dessus des épaules de cette fille joyeuse et têtue qui avait débarqué dans sa vie comme un ouragan.



____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Lun 20 Avr - 16:06




I'm starry eyed by our love.
Zack Jonhson & Céleste Beauchamp ♥
Comment n’ai-je pas pu le voir plus tôt ? Comment n’ai-je pas ressentit ce coup au cœur, chaque fois que je le voyais, et ce, depuis notre rencontre ? Comment nous sommes-nous mentis tout ce temps ? Enfin, moi, je me mentais. Même si j’ai été la première à assumer mes sentiments pour Zack. Mais comment ai-je fait pour les ignorer ? Tout ce temps, on jouait les amis, à la limite des meilleurs amis, et moi, toujours en n’écoutant pas mon cœur, je le suivais, je faisais comme lui : amis, amis. Seulement amis. Nous ne nous sommes jamais vu d’une autre façon. Les arguments ont toujours été les mêmes. Mais maintenant, ils ne le sont plus. Ils n’ont plus le droit de l’être, tout comme cette manière d’acter que nous avions toujours eue ensemble. De la rencontre au garage jusqu’à avant ce soir. Trop jeune ? Allons, cinq ans de différence, ce n’est pas la fin; ce n’est pas le pire gouffre que j’ai vu dans ma vie. Différents ? Quelle différence ? Tout les deux ayons subit des pertes, raison de plus pour augmenter notre compréhension. Et dans un couple, il faut être différent, parce que j’ai toujours appris que ça équilibre.

Dans un couple ? Est-ce que à partir de cette nuit ce serait officiel ? Cette histoire finirait-elle aussi bien que nous l’espérions ? Je pense que oui. Il n’a pas fait ce chemin pour rien, il n’est pas venu ici pour juste flirter avec moi, ça sonnait trop creux, il fallait que l’on œuvre pour devenir quelque chose. Nous deux, c’est important, on ne peut pas passer à côté, je le sens, je le sais. Ça me fait tout bizarre. J’ai… j’ai l’impression d’être de retour dans mon cœur et mon corps d’adolescente, à rechercher un mec à aimer. Mais ça n’avait jamais été comme ça, ni avec June, mon ex fille, ni même avec mon ex gars, le jeune lycéen footballeur séducteur, Matt. Je n’avais jamais ressenti des sentiments aussi forts, aussi intense, pour une personne. C’était un nouveau sentiment pour Zack. C’était vraiment un grand amour, et je sentais qu’on était relié par ce lien singulier.

Et c’est alors qu’on chemina vers l’entrée de mon manoir. Et que c’est dans ce moment ou il passa son bras sur mes épaules, que je réalisais une chose. C’avait toujours été lui. J’avais beau avoir eu cent cinquante choix à Ghost Island, des mecs plus normaux, plus joyeux, plus sportifs, différents bref, j’avais toujours eu des yeux pour lui. Il ne l’avait jamais remarqué ? Les derniers instants avant que je lui avoue, il me semble que mes yeux brillaient déjà d’une manière si différente, rien que pour lui. Je me souviens même d’un jour, alors que je suis allée lui rendre visite à son garage, et que quelques amis m’avaient accompagnés, ils m’ont ensuite proposé de venir avec eu au bar, mais je me suis même pas retournée pour leur dire que ça allait, j’allais rester ici; non, tout mon attention était sur lui. Lui. Zack.

Je secouai vivement ma tête, et je me sentis rigoler doucement. Toutes les scènes que je lui avais fait voir. J’étais une drôle de fille. C’était un gars avec un drôle d’entourage, alors, on allait bien ensemble, non ? En tout cas, une chose est sûre, c’est qu’avec moi, la vie n’a rien de calme. Et, un instant, j’espérai qu’il s’adapte. Parce que je ne suis pas facile. Mais peut-être avait-il l’habitude ? Peut-être que son ex me ressemblait plus que je le pensais, vraiment ? Non, fallait pas que je dise ça, c’était irrespectueux. Je n’avais aucune raison de regarder dans le passé, car ceci était une histoire purement moderne, qui allait probablement être un projet d’avenir. Car j’étais loin d’être prête à tout laisser tomber. Il faisait déjà parti des catégories de personnes les plus importantes. Je ne le traitais plus d’ami, en fait. Non, Zack était devenu quelqu’un d’autre, à mes yeux.

Bientôt, je lui fis monter le perron qui servait de balcon au manoir. Et, sans m’en apercevoir, je me retournai pour le regarder, prenant les devant, mais en reculant trop, je me frappai contre la porte d’entrée.

- Aïe !

Je vis ses yeux bleus si magnifiques briller d’une lueur inquiète.

Mais je ne tardai pas à rire, voyant bien l’idiotie que j’avais commise en étant si concentré sur mon amour. Notre amour n’avait rien de tragique; il était pur, joyeux, mais surtout, plein de lumière.

Nos visages étaient à quelques centimètres. Alors je l’ai doucement rapproché et j’ai appuyé mon front contre le sien, mes yeux se fermant pour profiter du moyen de douceur, alors que doucement, ma main vint caresser sa joue droite, dans un geste lent et tranquille. Chaque contact ne me rendait que plus calme, voulant profiter au maximum de la moindre scène romantique. C’était, bon sang, comme dans un film. Ou c’était meilleur que dans un film.

- Je ne sais pas comment j’ai pu passer à côté de toi tout ce temps, murmurai-je. Et ne rien dire.

C’était plus fort que moi.

- Bon sang, je sens que je vais faire une crise cardiaque, tu peux pas imaginer, ajoutai-je, en sentant mon cœur battre plus fort sous le contact; il fallait toujours que j’ajoute mon sens de l’humour singulier à chaque instant.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Sam 16 Mai - 21:35






I'm starry-eyed by our love


♫ Suddenly my eyes are open,
Everything comes into focus, oh.
We are all illuminated,
Lights are shining on our faces, blinding. ♪


Zack ouvrit la bouche pour prévenir Céleste avant qu’elle ne se cogne. Mais c’était déjà trop tard. Il grimaça en imaginant la douleur qu’elle dut ressentir sur le coup et coula vers elle un regard inquiet. Mais quand elle se mit à rire, il se détendit tout de suite et un grand sourire se dessina sur ses lèvres.  C’était fou. Il n’y avait qu’elle pour le faire sourire de cette manière. Alors qu’il croyait ne plus être capable de sourire réellement, elle avait réussi.

La voix de Céleste n’était qu’un murmure. Il se posait la même question. Mais cela dit, en ce qui le concernait, cela ne l’étonnait absolument pas. Il y avait longtemps qu’il était passé maître dans l’art de se voiler la face. Il n’avait pas su voir les sentiments de Sandy pour lui et il aurait pu perdre Céleste s’il ne s’était pas ressaisi au dernier moment. Il avait failli passer à côté de tellement de chose.
En temps normal, il se serait posé des questions sur ses sentiments pour Céleste, mais pour une fois dans sa vie, il n’avait pas envie de réfléchir. Il n’avait pas envie de passer des heures à retourner les évènements dans sa tête, ni à se demander si c’était bien sage. Pour une fois, juste pour une fois, il estimait qu’il avait le droit de faire ce qu’il voulait.
Et ce qu’il voulait, là, c’était être avec elle. Il s’écarta lentement de Céleste pour la regarder et glissa une de ses mèches de cheveux derrière son oreille.

Au-dessus de leurs têtes, il entendit un battement d’aile. Il leva les yeux à temps pour apercevoir un corbeau qui s’envolait. Chose qui était tellement banale qu’elle ne semblait pas avoir sa place à Ghost Island. Il recentra son attention sur Céleste.

- Céleste... Il faut que je t’avoue quelque chose.

Il ne savait pas pourquoi, mais les mots étaient sortis d’eux-mêmes, comme un cheveu sur la soupe. Etrangement, il ne se sentait pas angoissé à l’idée de cracher enfin le morceau. Parce qu’il en avait assez de mentir, assez de se cacher. Il pensait que se terrer dans un trou perdu lui permettrait de souffler et quand on voyait où ça l’avait mené, on comprenait qu’il en avait plus qu’assez de fuir. Il était temps d’affronter.
Zack s’écarta donc doucement de Céleste et s’adossa à la balustrade, en espérant trouver le courage nécessaire de balancer une partie de la vérité. Il y avait tant de chose que Céleste ignorait sur lui alors qu’il en savait pas mal sur elle.  Il leva les yeux vers elle. Il devait voir sa réaction. Parce qu’au stade où ils en étaient dans leur relation, il était plus que temps de dire certaines choses.

- En vérité, je ne m’appelle pas Zack Taylor, mais Zack Johnson.

Si on excluait Alex pour cause de lien du sang et Castiel, parce que ses dons, c’était de la triche, seul Scott était au courant de sa véritable identité. Il l’avait connu bien avant tout ce merdier. Zack Johnson, l’élève qui dormait pendant ses cours et qui arrivait quand même à maintenir une moyenne plus qu'acceptable.
Sandy, Samuel et Adja ne savaient pas. Theresa non plus. Il n’y avait donc que quatre personnes qui savaient. Et Céleste en faisait à présent partie.




____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Sam 16 Mai - 22:07




I'm starry eyed by our love.
Zack Jonhson & Céleste Beauchamp ♥
J’étais si heureuse d’être là, à ses côtés, enfin libre de faire ce que je voulais bien. Sa présence était une joie qui suffisait à elle-même, et sa voix, une mélodie si douce à mes oreilles, si rauque ou aigue pouvait-elle être, cela m’importait peu, puisqu’elle venait de lui, la personne que j’aime du plus profond de moi. Et ce petit bonheur qu’il venait de créer en moi ne pouvais être brisé, sous aucun cas. Un sourire s’était, pour de bon, dessiner sur mon jeune visage, et je refusais de quitter des yeux l’être qui m’était si cher. En ce moment, tout aurait pu arriver, absolument tout, et pourtant, rien ne m’aurait semblé important. Rien.

Et c’est ainsi que lorsqu’il se recula légèrement, annonça qu’il avait quelque chose à m’avouer, je ne fus qu’à peine surprise. Nous avons tous ces démons, qui nous colle à la peau, et des fois, ce n’est pas qu’au figuré. Je trouvais même que c’était le moment parfait de révéler tout sur soi. Nous étions en pleine intimité, tout près, personne ne pouvait nous écouter, nous espionner. Puis il pouvait dire tout ce qu’il voulait, je l’écouterais, peu importe. Parce que je l’aime, et quand on aime une personne, il faut savoir se montrer compréhensible, présent pour elle. Exactement comme je voulais faire. Il pouvait déverser sa conscience, s’il le désirait. Je ne le jugerais pas.

- Alors vas-y, Zack. Dis-moi ce que tu veux. Je suis toute ouïe.

Et lorsqu’il a reprit qu’il ne s’appelait pas Zack Taylor, mais Zack Johnson, là, j’avoue avoir été un peu surprise. Cela voulait sûrement dire qu’il avait quelques secrets à cacher. Mais quels secrets ? Ce n’était même pas important. Parce que s’il le révélait là, à moi, c’est que moi, il ne voulait pas me faire du mal, il ne voulait pas me mentir avec cela. Alors tout ce que j’ai pus faire, c’est sourire, d’un air presque amusée, croiser mes bras sur ma poitrine, tourner la tête sur le côté, laissant échapper un petit rire sarcastique.

- Zack Johnson ? Ça a beaucoup plus la classe. Et c’est tout ? Tu n’avais qu’un nom à me cacher ?

Reprenant mon sérieux, je plantais mon regard dans le sien, me rapprochant. Je voulais qu’il comprenne que je ne lui en voulais pas. Peut-être que d’habitude, j’aurais été une furie, mais maintenant, j’avais l’impression d’être une adulte en pleine possession de ses moyens, que je pouvais lui faire confiance, et je voulais qu’en retour, il le sache.

- Écoute, on a tous des trucs à cacher. On a tous des trucs qui sont arrivés et qu’on cherche à cacher. On a tous nos raisons de mentir, de porter de faux noms, de raconter des fausses histoires. L’important c’est… ce qu’on a décidé d’être, maintenant, tu vois. Je pourrais m’appeler Nora Sergent, on s’en fouterait. Bon c’est sûr que ça ne marcherait pas avec Legolas Vertefeuille, hein, par contre. Mais je peux t’assurer, pour ma part, que je suis bien Céleste Beauchamp.

Je soupirai et repris.

- Tu peux me faire confiance, si tu veux que ça reste entre nous, ça restera entre nous, crois-moi. Et je suis persuadée que tu es vraiment celui que tu m’as laissé paraître tout ce temps. Ce n’est pas un nom différent qui changera mon opinion sur ton sujet, tu comprends.

Cependant, je ne pouvais m’empêcher de me rendre compte qu’il venait de piquer ma curiosité. Alors je me suis encore plus rapprochée, pour lui faire face, planter ses pupilles dans les miennes.

- Tu n’es pas obligé de répondre mais… pourquoi tu avais changé de nom ? C’est… pour… l’amusement de la chose ? Genre… ou que tu préférais Taylor comme nom de famille ? Tu dois avoir une raison. Mais tu n’es pas obligé de me répondre, si tu ne veux pas.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Sam 16 Mai - 23:00






I'm starry-eyed by our love


♫ Suddenly my eyes are open,
Everything comes into focus, oh.
We are all illuminated,
Lights are shining on our faces, blinding. ♪


Non, il n’avait pas qu’un nom à lui cacher. Et maintenant, il ne savait pas s’il devait aller plus loin dans ses révélations. Parce que même s’il lui faisait confiance, il avait appris à la connaître et s’il lui disait TOUTE la vérité, il savait très bien ce que Céleste allait faire. S’en mêler pour résoudre ce sac de nœud.
Quel bordel. Si seulement les choses avaient été aussi simples.
Il l’observa, sans rien dire, pendant qu’elle lui disait que ce n’était pas si grave que ça.
Ah, Céleste. Douce Céleste. Si seulement tu savais…
Zack eut un sourire qui n’avait rien à voir avec celui qu’il avait plus tôt. Ce n’était pas un sourire amusé, c’était un sourire triste.
Et Céleste s’approcha doucement, l’air inquiet. Elle ne riait plus, elle ne plaisantait plus. Il n’était pas obligé de lui répondre. Mais il lui devait ça.

- Je n’ai pas changé de nom pour le fun, si tu veux savoir. Et je n’ai pas échoué ici par choix.

Il baissa la tête, s’humectant les lèvres. La cicatrice qu’il avait sur l’épaule, souvenir douloureux de cette fabuleuse soirée, la marque de sa propre survie commençait à le démanger et à brûler. Il se retint de poser la main dessus. Ce n’était que dans sa tête, il le savait.

- Zack Johnson est recherché par la police pour le meurtre de sa petite-amie.

C’était direct et brutal, mais il ne pouvait l’annoncer que de cette manière. Il planta son regard dans celui de Céleste pour lui montrer qu’il ne plaisantait pas. Elle devait savoir à quoi elle s’engageait avec lui, pourquoi il avait refusé de la laisser entrer si longtemps dans sa vie. Pourquoi il repoussait sans cesse ceux qui allaient vers lui.
Parce que ses lendemains étaient incertains. Parce qu’en plus de voir sa vie devenir un digne film d’horreur, il devait vivre avec l’idée qu’un jour peut-être la police lui mettrait la main dessus. Et que personne ne le croirait s’il disait la vérité.
Pendant longtemps, il avait même cru que c’était le véritable meurtrier. Qu’il avait perdu la tête et qu’il avait tué Christina puis tout oublié. Maintenant, avec tout ce qu’il avait appris, avec son immersion dans un monde qu’il ne connaissait pas mais qui avait toujours été là, il savait qu’il n’avait rien fait, qu’il était innocent. Que le véritable assassin de Christina était toujours là et qu’il l’avait laissé en vie, lui, pour une raison inconnue.

- Ce n’est pas moi, Céleste. Je ne l’ai pas tué. Tu dois me croire. Je… Je ne sais même pas par où commencer. C’est…tellement flou que même moi, j’ai du mal à y voir clair dans cette histoire. Le véritable meurtrier est quelque part dehors, et je ne sais même pas ce que c’était et pour quelle raison il a fait ça. Je ne sais pas pourquoi je suis toujours vivant et pas elle. Je ne sais rien et ces questions m’obsèdent tellement qu’elles me rendent dingue.

Zack n’arrivait plus à s’arrêter. Les choses devaient sortir, il ne pouvait plus s’en empêcher.

- En plus de ça, j’atterris dans cette ville bizarre, je découvre des choses que je n’aurais jamais dû découvrir. Je découvre l’existence de démon, de sorcière, de loup-garou et j’en passe. Je me mets à lire dans les pensées des autres et à percevoir celles des morts et c’est comme si la terre entière avait pour projet de me faire passer l’arme à gauche. Ma vie est un bordel monstre et je ne sais plus où j’en suis… Et puis toi, Céleste, tu apparais comme un ouragan... Je ne t’ai pas laissé entrer pour toutes les raisons que je viens de te dire. J’avais peur de ce que tu allais découvrir sur moi et j’avais peur d’en souffrir. Alors j’ai préféré me montrer distant pour te protéger de tout ça et aussi pour ne pas avoir à en souffrir.

Il s’arrêta enfin. Il avait bien conscience que c’était beaucoup pour Céleste, qu’il en avait dit beaucoup plus qu’il en avait l’intention au départ. Il eut un sourire en coin, observa toujours cette fille qui le regardait à présent sans trop savoir comment réagir face à ses révélations.

- Mais faut croire que la vie en a décidé autrement…





____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Sam 16 Mai - 23:39




I'm starry eyed by our love.
Zack Jonhson & Céleste Beauchamp ♥
Ok. C’est le seul mot qui passa dans mon esprit à ce moment-là. Ses paroles avaient débité si vite, elles représentaient tellement d’émotions, de sentiments, d’événements, que je fus incapable de prononcer le moindre mot, la moindre syllabe. À la place, je l’écoutais inlassablement, sans jamais le stopper. Parce que ça avait beau le faire souffrir de tout avouer, de tout repenser à ces souvenirs douloureux, on dirait que cela, avait, en même temps, le don de le soulager d’un certain poids, sinon il ne se serait pas tant ouvert que cela. Oui, il s’était ouvert, et sans hésitation il lui avait tout raconté. C’était une forte preuve de confiance, surtout lorsque l’on racontait des étapes aussi dures dans sa vie.

Au début, sa première phrase m’a grandement fait sursauter. Elle avait ce petit quelque chose de sec, et même de rude, tellement c’était franc, rapide. Malgré tout, j’étais persuadée que ça ne résumait pas toute l’affaire. Il n’avait pas tué sa petite amie, j’en étais convaincue dès l’instant où ces mots avaient franchis ses lèvres. Zack ne tuait pas. Il ne pouvait tuer. Je le connaissais que trop bien, malgré le fait qu’il venait de me révéler son vrai nom, un faux nom ne change pas ce que l’on est au fond de soi.

Et ces paroles… Ces paroles… Comment avait-il fait pour passer par-dessus autant d’épreuves ? Comment se faisait-il qu’il était encore là, sur pieds, à me parler, si expressivement, de tous ses problèmes ? Il n’y avait qu’une raison; il était fort, fort de l’esprit. Courageux. Et rien qu’à cette simple pensée, je l’aimais encore plus. Mais je ne pouvais pas croire qu’une personne comme lui avait pu subir tant d’épreuves dures. Habituellement, c’aurait été trop pour un simple humain. Je compatissais.

Et je comprenais.

Parce que moi aussi, j’en avais vu de toutes les couleurs, sans qu’il ne le sache. J’étais ravie qu’il me l’avoue là, parce qu’à mon tour, je pourrais l’encourager en racontant mon histoire. Je ne sais pas si cela allait le rassurer, mais autant dire tout ce qui traîne derrière nous, nous rattraper, en tant qu’amis, qu’amoureux, ou je ne sais trop quoi. Alors, doucement, je me suis à mon tour appuyée sur la balustrade, prenant doucement sa main dans la mienne, pressant ses doigts contre les miens. J’ai même osée laisser tomber ma tête sur son épaule, dans un geste tendre, cherchant à le réconforter.

- Tu n’as jamais mérité cela. Je… je suis tellement désolée. Je sais que ce genre d’événements est dur à supporter, et même impossibles, des fois. Je m’y connais aussi.

J’ai pris une lourde inspiration, et moi aussi, je me suis mise à parler, tout comme il l’avait fait.

- Céleste Beauchamp a déjà été surveillée par un centre de jeunes en détresse parce qu’elle a essayée de se suicider. On doit sûrement avec des personnes à sa recherche encore aujourd’hui…

Je ne pus m’empêcher de laisser échapper un petit rire moqueur, contre moi-même. Quand je pensais tout ce que j’avais vécue, et comment j’avais réagis, j’étais vraiment pathétique, comparée à lui, qui s’était montré fort, certes un peu renfermé, mais... bref.

- Je comprends ce que tu ressens. C’est affreux. Ça fait maintenant environ deux j’ai perdu mes parents. Ils m’avaient laissé pour une soirée entre amis à la maison. Ils ne sont jamais revenus. Le lendemain, on a découvert leurs corps mutilés, l’œuvre d’une espèce de tueur en série. Tu sais, les mois qui ont suivis, ça a été l’Enfer. Quand tu vois tes proches, sur une table d’autopsie, ou des policiers qui t’interrogent sur ce qu’ils t’avaient dit la dernière fois… Leurs dernières paroles… Et sans savoir qui est leur meurtrier, sans savoir si leur enquête a avancé au fil du temps…

Je redressai ma tête, plissant les yeux, fixant au loin, dans le vide, alors que je sentis quelque chose d’humide couler sur ma joue droite, puis sur ma gauche.

- Je n’ai pas toujours été très… bien… Tout a déboulé. En mal. Je suis devenue alcoolique, à quinze ou seize ans. Et puis après ça a encore plus empiré, et tout est devenu noir, et j’ai cherché à me tuer. Mais on dirait que le destin voulait autre chose, alors il… quelqu’un m’a sauvé et je me suis retrouvée vivante. Il voulait peut-être que… que je devais te rencontrer.

Et lentement, un sourire a illuminé mon visage alors que je lui ai lentement fait face, sentant des larmes sur mes joues, mais cherchant à les stopper dès l’instant où je les sentis. Pas question de me montrer faible…

- Ensuite, je me suis enfuie. J’ai disparue. J’ai roulé jusqu’ici, sans me douter de ce qui m’attendait. Ici, je n’ai pas cessé de voir des morts, de les entendre. Sauf que moi, j’avais l’habitude, avec ma… ma grande sœur. Je la vois, tu comprends. Je la vois. Or, elle est morte avant ma naissance. C’est fou, hein ? Bref, ce n’est pas intéressant. Tout ça pour dire que je n’aurais jamais cru ressentir quelqu’un qui comprendrait ma douleur. Viens là.

J’ai étiré mes bras et ai tendrement entouré son cou, le serrant doucement contre moi, pour lui donner un peu de réconfort, réconfort qu’il méritait depuis tellement de temps mais qu’il n’avait peut-être jamais pu avoir. Et en même temps que j’enfouissais mon visage dans son épaule, j’avais une nouvelle conviction. J’allais trouver ces meurtriers, j’allais les arrêter et les faire souffrir pour ce qu’ils avaient fait. Et j’allais protéger Zack.

- Je vais te protéger. C’est promis. Ils ne pourront rien te faire. Ils ne pourront rien nous faire. Je suis là. Je serais toujours là, si tu as besoin de moi.

Toujours. Compte sur moi.

Qui pouvait autant souffrir d’injustice, de tristesse ? Il ne le méritait pas.
Et contre mon gré, je me suis sentie sangloter en silence. L’homme que j’aimais avait tant souffert, et c’est comme si moi aussi, je me mettais à souffrir pour lui.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Dim 19 Juil - 16:07






I'm starry-eyed by our love


♫ I’ve been looking for an angel,
Been looking for an angel, angel
To kill the aching in my heart
Don’t leave me lost here in the dark ♪


Zack garda le silence du début à la fin. Céleste avait vécu des choses pas drôles aussi. Parfois, la vie semblait vous choisir comme bouc émissaire, juste pour le sport. Bordel, Céleste n’avait que dix-huit ans. Comment avait-elle pu venir à bout de tout ça, toute seule ?
Quand elle fut contre lui, il entoura sa taille de ses bras. A croire qu’ils s’étaient bien trouvés. Zack ferma doucement les yeux. S’il y avait une bonne raison à tout ceci, elle lui échappait.
Avoir partagé tout ce qu’il gardait avec Céleste le forçait à replonger tête la première dans un merdier auquel il tentait d’échapper. Mais cela lui ôta également un fardeau.  Cela faisait toujours des mensonges en moins à raconter.

En revanche, il avait le sentiment que Céleste n’allait pas simplement se contenter de rester loin de cette affaire, mais qu’elle allait s’en mêler. C’était plus qu’un sentiment. C’était Céleste après tout. Et si Zack comprenait, parce que si la situation avait été inversée, il aurait probablement fait la même chose, il ne cautionnait pas pour autant. Certaines histoires sont faites pour être oubliée. Et Zack avait pris la décision – tardive, certes – d’oublier son ancienne vie. Plus rien ne le rattachait à celle-ci, hormis son frère ainé. Vivre dans le passé ne l’avait pas aidé. Il était grand temps qu’il pense à son avenir. Plus les jours passaient et plus il voyait la possibilité de refaire sa vie, d’avoir un futur.
Il s’écarta doucement de Céleste, pas assez pour briser leur étreinte cependant et se mit à sourire.

- Et si on passait à des choses plus joyeuses ? C’est une soirée bien trop belle pour qu’on ressasse de mauvais souvenirs.

Tout en prononçant ces mots, il déplaça une de ses mains pour la poser sur la joue de Céleste et essayer une de ses larmes avec douceur.

- Pas de marque pour nous empêcher d’être ensemble, pas d’amis ou de frère gênant, rien que nous deux.

Et pas de fantômes pot de colle pour se mêler de mes conversations, pensa Zack, non sans songer à l’esprit qui s’était attaché à son frère. Il faudrait qu’il trouve une solution pour celui-là. Non pas que partager un appartement avec un fantôme le dérange – si, en vérité, ça le dérangeait carrément. Les esprits n’ont pas la notion de vie privée et encore moins de tact, surtout quand ils avaient été victimes d’une mort violente et que la rancune renforçait leur présence.

Mais il y avait un temps pour ça. Pour l’heure, il devait se focaliser sur Céleste et lui. Profiter de ce bref moment de répit que l’univers semblait bien vouloir leur accorder. Peut-être même que c’était trop beau pour être vrai, mais qu’est-ce qu’il en avait à faire, à l’heure actuelle ? Il était avec elle, au prix de nombreuses épreuves qui avaient failli les tuer tous les deux. Alors, maintenant, il était temps qu’il arrête de se questionner avant de tout gâcher à nouveau, comme il l’avait fait à de trop nombreuses reprises.
Oui, pour une fois, juste profiter de l’instant présent était une bonne idée.




____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Céleste Beauchamp

❙ r a c e : Je suis techniquement en grande partie humaine. Mais apparemment j'ai du sang de sorcière et d'ange.
MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  Ven 21 Aoû - 22:38




I'm starry eyed by our love.
Zack Jonhson & Céleste Beauchamp ♥
Cela me réchauffa le cœur de me rendre compte qu'il m'avait vraiment faire confiance. Il m'avait tout raconté, et ce, même si cela avait été dur, même si cela aurait pu être dangereux. Parce qu'avant tout, monsieur était pourchassé par la police. Métier que j'avais décidé de suivre. Peut-être allais-je pouvoir l'aider. Bon, de toute manière, si je trouvais quelconque façon de le faire, pas une seconde je n'hésiterais. Passer sa vie en cavale, ça doit pas être génial du tout. Tout de même, quelque chose en Zack me poussait à croire qu'il ne voulait pas que je m'en mêle, et pourtant... Je me sentais presque obligée. Ma dernière pensée se porta, malgré tout, sur son ancienne petite amie, et je compris dès lors. Je n'avais rien à faire dans son passé. Il en avait terminé, je ne devais pas m'en mêler, je devais continuer de vivre avec lui tel que cela se passe. Ce n'était pas critique, après tout. Et tant que c'était avec lui, j'étais prête à accepter n'importe quelle situation. Pourvu qu'il ne me laisse pas. Ce qui m'étonnerais.

Il coupa net à toutes ces paroles obscures en disant qu'il était peut-être mieux de profiter de cette soirée en amoureux, sans mauvais souvenirs. Il avait raison. Nous étions ici et profiter du temps à deux, pas pour parler de nos mauvais moments. Et je savais que cela allait lui faire du bien. Et alors seulement je sentis mon cœur s'apaiser, et je sus que je serai capable de le divertir toute cette soirée, voire même cette nuit. À la fin, il n'allait plus tenir debout. Un sourire taquin se dessina sur mes lèvres. Très bien, monsieur avait exposé sa sentence, qu'il en soit ainsi. Avec plaisir.

- Absolument rien, entre nous, répétai-je, en me dirigeant vers la porte, posant ma main sur la poignée.

Au même moment, un petit jappement d'impatience me répondit, et je levai les yeux au ciel.

- J'avais dit absolument rien, n'est-ce pas ? C'était sans parler d'Hailey, répondis-je en parlant de mon husky, faussement agacée.

J'étendis mon bras, lui saisis la main, et sans lui demander son reste, ouvrit la porte et le tirai à l'intérieur. De toute façon, Zacky aimait bien les animaux. En général. J'ai cru l'apercevoir plusieurs fois. Et puis Hailey n'était pas du trouble, vieille comme elle est, elle se couchait sur son coussin et ne disait plus rien.

- Rebienvenue chez moi. Mais ce qui est à moi est à toi, donc, plutôt, rebienvenue chez nous.

Je comptais bien le faire rigoler en cette belle soirée, et il n'allait pas regretter d'être venu ici. Je m'immobilisai quelques secondes, réfléchissant à ce que nous pourrions faire. C'était pas compliqué... On pourrait clôturer la nuit par un bon film classique. Un Disney, tant qu'à y être, ou l'un de ces films romantiques que seul les filles - ou bien même quelques rares filles - aiment bien. Oh puis il y bavait trop de trucs à faire, l'important c'était tout simplement de passer le moment ensemble et en profiter. Bref ne se soucier de rien. Tout me paraissait moins sombre, avec lui...

Et c'est comme ça qu'on passa le temps ensemble ; simple, en amoureux ou en ami, rêvant d'avoir une vie aussi parfaite, profitant de cet instant précis...

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson  

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm starry-eyed by our love • Ft. Zack Johnson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» alec & ocyllie • starry eyed
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Aux Alentours :: Autres Lieux :: Alentours de Ghost Island-