Partagez | 
 

 ► L'histoire de Ghost Island ◄

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Crossroad

❙ r a c e : Issue du Chaos
MessageSujet: ► L'histoire de Ghost Island ◄  Sam 25 Jan - 19:15


L'histoire de Ghost Island


Une ville pas comme les autres

« De nombreuses rumeurs courent sur cette ville. J’y ai fait un arrêt alors que je me rendais à Kennewick et j’ai été saisi par l’atmosphère lourde qui règne là-bas. Je peux sans nul doute dire que Stephen King n’a rien inventé avec Salem. Non que je sois tombé sur un vampire mais il se passe beaucoup trop de choses anormales à Ghost Island. Et le plus étrange, c’est que les habitants semblent s’être habitués à cette anormalité. » Jackson Kins, auteur de Une Petite Ville de l’Etat de Washington.

Ghost Island fut fondé en 1932, après l’essor mystérieux d’une entreprise vendant des voitures. John Mears s’installa ici pour fonder sa propre marque de voiture, qui selon lui, s’implanterait sur le marché et se forgerait un nom dans l’histoire de l’automobile. L’ennui était qu’il s’installa sur un territoire loin de toute civilisation, acheté une bouchée de pain auprès d’un vieux fou.
John Mears se retrouva dans l’incapacité de tout revendre et la ruine lui pendait lamentablement au nez. Dans cet endroit à des lieux de tout civilisation et accessible que par une route, il était évident que l’entreprise ne ferait pas long feu.

La légende veut que Mears se rendît au carrefour à la sortie de ce qui est aujourd’hui Ghost Island et fit un pacte avec le démon des croisements. Il demanda à ce que l’usine soit prospère. Le démon exauça son souhait en échange de son âme. Peu à peu, des habitants des villes voisines vinrent s’installer à cet endroit et Ghost Island fut fondée.

L’histoire de ces lieux est peu commune, car c’est justement ici que s’était établie une colonie, issue de l’expédition Lewis et Clarke. Pour une raison inconnue, la moitié des colons fut frappée d’une étrange maladie et les lieux furent abandonnés. Le nom de la ville provient de la manière qu’avaient les Amérindiens vivants dans les environs de nommer cet endroit. Ghost Island, la ville maudite.

En 1954, des fouilles archéologiques ont eu lieu dans un champ près de la ville et un étrange journal a été retrouvé. Ecrit par un certain Anthony Smith, il raconte l’histoire de la colonie. Des propos incohérents concernant le massacre d’une tribu indienne vivant dans les environs et une étrange malédiction s’abattant sur la colonie. Le journal a été analysé par de nombreux spécialistes qui affirment qu’il date de 1807, année où les derniers colons se sont enfuis de Ghost Island. Cependant, personne n’a jamais trouvé la fameuse nécropole. Le journal est à présent conservé à la mairie de Ghost Island.

John Mears décéda en 1959, alors que Ghost Island s’était déjà considérablement agrandie. On raconte qu’il était nerveux et qu’il prétendait avoir vu en ces lieux des chiens de l’Enfer. On retrouva son corps dans sa maison, déchiqueté de toutes parts. Son entreprise eut un succès considérable dans la région mais à sa mort, Mears Automobiles ferma ses portes, faisant mystérieusement faillite. Depuis la fermeture de l’usine, la ville n’a plus eu l’essor d’antan.

De nombreux phénomènes inexpliqués se sont produits à Ghost Island depuis sa fondation et surtout depuis la fermeture de Mears Automobiles. En 1962, par exemple, une histoire macabre défraya la chronique. Un père de famille tua sa femme et ses deux enfants dans un accès de folie. Lorsque la police l’arrêta, l’homme parlait d’esprits lui ayant ordonné de le faire. Le père de famille se suicida en prison avant que l’interrogatoire ne permette de tirer l’affaire au clair.

En 1963, trois ans après la fermeture de Mears Automobiles, un étrange incendie se déclara dans l’usine, brulant une partie des locaux. L’usine était désaffecté donc personne ne fut blessé mais le gardien de nuit jura avoir vu une ombre rôder dans les environs. Les habitants les plus superstitieux murmurent que l’esprit de John Mears hanterait encore les lieux et que sa présence aurait déclenché un incendie.

Il ne se passa pas une année sans que quelque chose d’étrange ne se produise à Ghost Island ou dans ses environs. Des cas de possessions démoniaques, de maisons hantés ou encore de mort suspecte. Si Ghost Island demeure célèbre, c’est avant tout car c’est l’une des seules villes à avoir eu recours aux exorcistes le plus de fois en une décennie.

« Chaque maison, chaque bâtiment semble avoir son fantôme. Je me suis rendue à l’école communale de la ville et j’ai été sidéré de voir que les lieux semblaient également hantés. Il y a une force étrange dans cet endroit. Une force qui fait que de nombreux phénomènes ont l’air de converger sur cette ville, sans qu’on en sache la raison. La ville est chargée d’un lourd passé et chaque habitant à sa propre histoire de fantôme à raconter. » Jackson Kins, auteur de Une Petite Ville de l'Etat de Washington.

On ne compte désormais plus les manifestations dites paranormales dans cette ville. Seuls les faits marquant restent dans la mémoire collective, comme en 1999, la fermeture définitive du Roosevelt Asylum, cet ancien hôpital pour soigner la tuberculose reconvertit en hôpital psychiatrique en 1958. D’après le personnel soignant, les patients se seraient révoltés. Un massacre sans nom a été perpétré en 1999. Beaucoup de patients auraient raconté que des esprits venaient les voir en pleine nuit pour leur demander de tuer les infirmiers. A l’époque où l’asile a été ouvert, la lobotomie et les électrochocs se pratiquaient encore. Seraient-ce les esprits des anciens malades qui réclameraient vengeance ? Ou bien serait-ce les forces libérés par l’infirmière en chef, vingt ans avant la fermeture du Roosevelt Asylum qui auraient engendré cette folie ? Le mystère reste entier.
Aujourd’hui, Ghost Island semble s’être accoutumée à cette anormalité…

« Ghost Island n’a pas fini d’étonner et d’émerveiller. La ville produit une sorte de manifestation morbide pour tous ceux qui n’y vivent. C’est une ville chargée de mystères qui ne se résoudront peut-être jamais. Dans une société où la science explique tout et renie tout ce qui n’est pas explicable, la vérité concernant Ghost Island ne sera peut-être jamais dévoilée. » Jackson Kins, auteur de Une Petite Ville de l’Etat de Washington

Narja - Never Utopia

____________________________________



Revenir en haut Aller en bas
 
► L'histoire de Ghost Island ◄
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GHOST ISLAND
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: L'Hôtel de Ville :: La Bibliothèque-