Partagez | 
 

 The Ghost Of You (Zack&Sandy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: The Ghost Of You (Zack&Sandy)  Jeu 2 Avr - 17:49






The Ghost Of You


♫ Get the feeling that you're never
All alone and i remember now
At the top of my lungs, in my arms she dies
She dies♪



Burden of Sacrafice by Full Blown Rose on Grooveshark


Les souvenirs étaient parfois plus douloureux que les blessures elles-mêmes. Ils étaient comme une marée, recouvrant un poteau déchiqueté. Il y avait des moments où l'eau recouvrait le tout, dissimulant ce bout de bois parmi tant de chose. Parfois, la marée était assez basse pour le laisser à découvert, montrant le bois gorgée d'humidité et sur lequel était accroché quelques mollusques. C'était à ce moment-là qu'ils étaient les plus douloureux. A découvert.
A cet instant, la marée était presque inexistante. Il n'y avait que du sable sec et ce poteau, seul, au milieu de l'étendue.

I feel the darkness blanket over me
Seems like forever I've been paralyzed
What is the reason you have come to beckon me
I feel the energy rush through my veins.

Eugène était toujours la même. Quatre années ici suffisaient pour vous donner l'impression que vous aviez passé toute votre vie dans ses rues, ses parcs, dans le climat de l'Oregon.
Il faisait affreusement beau. Le soleil se reflétait sur les carrosseries rutilantes, sur les vitrines des magasins et sur l'eau des fontaines. Il y faisait agréablement chaud pour un mois de mai. Rien à voir avec la chaleur étouffante de Ghost Island, cette chaleur qui vous collait les vêtements à la peau et qui pour peu, ferait presque fondre l'asphalte des routes.
Zack avait toujours trouvé l'emplacement de ce cimetière incongrue. En plein milieu du campus. Quelle meilleure façon de bien commencer la journée que de voir des rangées de tombes avec des gens en train de se décomposer dessous ? Fantastique. Et là, alors qu'il était en train de le fixer et de chercher le courage de sortir de la voiture pour le traverser, il le haïssait encore plus. Parce qu'il savait qu'au bout d'un certain nombre de pas, il trouverait une tombe portant le nom de Christina Carter.

- Zack ?

Il tourna la tête. Sur le siège passager, Sandy était là. Elle était là, avec lui.

- N'y vas pas si tu ne sens pas prêt...

Zack demeura silencieux. Avaient-ils fait tout ce trajet pour rebrousser chemin ? Aujourd'hui précisément ? On était le 30 avril. Le jour où Christina aurait eu vingt-quatre ans s'il n'avait pas insisté pour qu'ils sortent ce soir-là. Il ne pouvait pas fuir. Il prit une profonde inspiration.

- Allons-y.

Sandy hocha la tête. Zack la regarda ouvrir la portière et sortir avant de faire de même. Cinq heures plus tôt, ils étaient encore à Ghost Island.

Take my hand
Rescue me
Justify
Set me free



A précisément 4h05, Zack tournait en rond dans la chambre du motel. Il était réveillé depuis une heure. Une heure à aller jusqu'à la fenêtre, observer le ciel, se reculer et faire marche arrière pour retourner vers le lit.
Il n'arrivait pas à sortir de son esprit la date. Cette date. Le 30 avril. Un jour comme les autres pour le reste du monde. Mais pas pour lui. Aujourd'hui, plus que les autres jours, la douleur était plus puissante. Plus étourdissante. Un creux dans sa poitrine qui gagnait en superficie au fil des minutes qui s'écoulaient.
A 4h35, il s'était levé de sa chaise avec la ferme intention de se rendre à Eugène.
Depuis qu'il avait fui, il n'y était pas retourné. Pas une seule fois. Il savait que se pointer là-bas signerait son arrêt de mort. Qui le croirait ? Qui accorderait foi à ses propos ? Tout l'accusait. Pourtant, aujourd'hui, il devait y aller. C'était plus qu'important, c'était vital.
Quand il boucla enfin son sac, il était 5h02 exactement. Il ne manquait plus qu'une note à griffonner pour expliquer à Sandy la raison de son absence. Une note dans laquelle il ajouterait qu'il avait l'intention de revenir. Pour une raison inconnue, il savait que même s'il comptait s'éloigner de Ghost Island, quelque chose le ramènerait ici. Cette ville agissait comme un aimant.
5h04. Zack glissa la note dans sa poche et saisit son sac. Il ne pouvait pas se débiner maintenant. Sa décision était prise. Il s'avança vers la porte et l'ouvrit.
Sandy était là, devant lui. Un silence leur tomba dessus et ils se fixèrent, tout aussi surpris l'un que l'autre.

- San... Qu'est-ce que...
- J'allais te poser la même question
répondit-elle en désignant son sac à dos.

Zack fronça un sourcil.

- Tu comptes t'en aller, c'est ça ? demanda Sandy. C'est bon, tu te barres de cette ville pour de bon ?

Il resta figé un instant. Il avait presque l'impression de se faire engueuler, là. Il secoua la tête et écarta légèrement Sandy de sa route pour sortir.

- Non. J'ai un truc à faire aujourd'hui mais je reviens.

Il sentait le regard de sa meilleure amie peser sur lui pendant qu'il fermait la porte à clé. Elle allait vouloir en savoir plus. Voire même l'accompagner. C’était précisément ce qu'il voulait éviter. Il devait faire le chemin jusqu'à Eugène seul.  Mais demander à Sandy de se taire et de laisser faire les choses, c'était comme demander au soleil d'arrêter de briller.

- Oui, c'est ça. C'est quoi ton truc ?

Zack rangea la clé de la chambre dans la poche de sa veste, à côté de la note qu'il comptait initialement déposer sur le comptoir à l'intention de Sandy. Il n'avait pas envie de lui dire. Ni envie de lui mentir sur sa destination. Il commença à s'éloigner. Il entendait les pas précipités de Sandy derrière lui.

- Taylor ! J'te parles ! Tu vas me répondre, merde ?

Il s'arrêta, poussa un soupir et se tourna vers elle. Oui, elle était furieuse. Et... elle portait une robe ?! Sandy avec une robe ? Zack tenta de dissimuler sa surprise. Nan, il avait autre chose à faire que de s’étonner sur la robe de Sandy. Il secoua la tête et se concentra sur la façon dont il allait amener la réponse.

- Je...

Merde. Pourquoi c'était si compliqué ?

- Je dois aller à Eugene.
- A Eugene ?
répéta Sandy, incrédule. Mais qu'est-ce que tu vas faire là-bas ?

Zack se mordit la lèvre, le regard fuyant. Elle allait vouloir l'accompagner. Il en était certain.


Break me down
Make it right
Burden of sacrifice

Et elle l'avait fait. Le vent soulevait doucement quelques pans de sa robe alors qu'elle resserrait ses bras autour d'elle. Il faisait plus frais ici.
Le creux dans la poitrine de Zack était à présent de la taille d'un trou noir dans lequel tout sentiment positif se ferait engloutir. Il était là, devant le cimetière, avec Sandy. Et ils ne leur restait plus qu'à entrer.  Il lui tendit le bras pour qu'elle s'y accroche, en silence.  Elle hocha la tête et le fit sans faire le moindre commentaire. C'était étrange de voir que quelques semaines plus tôt, ils se lançaient des noms d'oiseaux dans la tête. Et qu'elle l'obligeait à aller dans les endroits les moins recommandables de la Terre entière. A présent, ils étaient proches, et personne ne forçait personne. C'était ensemble qu'ils affrontaient les obstacles.
Ils avançaient, le vent accompagnant leur pas. Zack ne disait rien, Sandy non plus. Ils ne faisaient qu'avancer, un pas après l'autre. Le creux grandissait au fil des secondes, à mesure que la distance qui les séparaient de la tombe de Christina diminuait.

Comment un endroit si triste pouvait être aussi ordonné ? Des tombes bien alignées, des fleurs partout... Tant de beauté dans ces lieux frisaient la vulgarité. Avec ce soleil qui brillait en prime. De la lumière. Se trouvaient-ils bien dans un cimetière ? Un endroit où le désespoir plantait ses griffes à l'intérieur de votre être pour ne vous lâcher qu'une fois que vous vous serez éloigné ? Inconcevable.
Zack n'avait jamais mis un pied dans ce cimetière. Il s'était toujours contenté de passer devant quand il empruntait le trajet appartement-université et inversement. S'il tournait la tête, il pouvait apercevoir le grand bâtiment dans lequel il avait passé tant d'heures à suivre les cours, se faire réveiller par Scott alors qu'il s'était endormi une fois de plus pendant qu'il expliquait comment les légendes traversaient les continents ou encore à rester plus longtemps pour rattraper le travail universitaire qu'il avait en retard. C'était à une autre époque. Une époque où tout allait bien. Où son seul problème était de savoir quelle excuse il allait trouver pour échapper au repas familial du dimanche. Maintenant, ironiquement, il l'avait, sa bonne raison pour ne pas s'y rendre.

Il avait envie de s'enfuir, maintenant. Faire volte-face, quitter ce maudit cimetière et rouler jusqu'à Ghost Island. Quel idiot. Pourquoi était-il revenu ici ? Mais qu'est-ce qui lui était passé par la tête ? A quoi s'attendait-il en remettant les pieds dans le coin ? Sandy dût sentir son agitation et serra son bras un peu plus fort.  Juste ce qu'il lui fallait pour se ressaisir. Silencieusement, Zack la remercia. Il pouvait le faire. Il avait affronté bien pire. De quoi avait-il peur au juste ?  Oh, il le savait. Il le savait parfaitement bien.
La dernière fois qu’il avait vu Christina, c’était dans un délire hallucinatoire, à l’asile abandonné. Elle s’était trouvée à ses côtés pendant qu’il revivait la mort de Murphy, lui apparaissant sous cette forme cadavérique. Il ne pouvait plus effacer cette image horrible de la femme qu’il avait aimé lui souriant d’un air cruel en le regardant souffrir comme l'autre taré avait souffert lors de sa mort. Il ne pouvait pas effacer son rire quasi-hystérique quand Zack s’était tranché malgré lui la langue à cause des électrochocs qu’il subissait. Ce n’était pas la femme qu’il avait connu, cette Christina qui souriait à la vie, qui prenait goût à tout.
Et sa voix… Ses mots…
« Tu m’as tuée, Zack… Tu m’as abandonnée, là-bas… »
Il n’avait jamais vu une telle haine en elle.  
Sournoisement, la voix avait tracé son chemin jusqu'à sa conscience, déjà bien lourde. Il avait peur d'affronter la tombe dans laquelle il avait placé sa petite-amie. Et se retrouver à nouveau face à la manifestation de son esprit. Car qui disait que l’entité qui l'avait imitée s'était éloigné de la réalité ? Qu'est-ce qui lui disait qu'elle ne serait pas en colère contre lui ? Ne l'avait-il pas abandonnée ?
L'image de la Christina de l'asile revint le hanter et Zack se força à fermer les yeux pour chasser son horrible sourire défiguré et son regard brûlant de haine. Ainsi que la vision de ses entrailles traînant sur le sol. De nouveau, Sandy dût sentir son malaise car elle serra sa main.

- Tu sais où elle... ?

La voix de Sandy lui permit de revenir. Un peu perdu, il prit conscience qu'il se dirigeait sans vraiment savoir où il allait. Comme attirée par une force inconnue. Alors, sans dire un mot, il hocha la tête. Plus rien ne le surprenait.
Il avançait en silence, se laissant guider par l’instinct, tentant de ne pas entendre les voix des morts qui n’avaient pas trouvé le repos.  Il avait découvert qu’il pouvait non seulement capter les pensées des vivants, mais aussi des morts.  Ghost Island avait réveillé bien des choses.
Il pouvait les entendre murmurer, appeler à l’aide. Leurs cris de désespoir, leur solitude. Une petite fille réclamait sa mère, elle avait si froid. Il faisait noir là où elle était. Un homme pleurait, seul. Ils étaient là, nombreux, mais incapables de capter la présence de leur semblable. Condamnés à une éternelle solitude, à crier dans le vide.
Zack serra les dents, visage fermé.

La voix des morts l’accompagnait. Il ne pouvait pas les voir, seulement les entendre. Il toucha un moment l’espoir vain de reconnaître la voix de Christina parmi eux.  Mais heureusement, il ne captait rien. Aurait-il supporté de l’entendre appeler à l’aide sans pouvoir  l’aider ? Aurait-il supporté de l’entendre pleurer, en disant qu’il faisait noir et qu’elle avait froid ?



Sometimes I wonder why I'm here at all
A thousand faces yet I'm feeling so alone

La tombe était là. Blanche. Brillante. Des lettres d'or avaient été gravées sur le marbre. Le nom. La date de naissance. 30 avril 1986. Et la date de sa mort. Le 24 février 2010. Le creux dans sa poitrine s'agrandit encore.  Deux mois. Deux mois qui lui semblaient être des années. Des fleurs fraîches qu'il était incapable de reconnaître – mais il pouvait dire que ce ne serait pas celles qu'il aurait choisi - trônaient dans un vase turquoise. Elles avaient été déposées là récemment.
Sandy l'avait lâché et ne disait rien. Zack, lui, fixait ce morceau de marbre.
Et qu'allait-il faire maintenant ? Il avait réussi. Il se trouvait là, devant ce qu'il restait de la jeune femme dont il avait été follement amoureux. Mais...
Qu'espérait-il ? Que cela reboucherait le creux ? Non, bien sûr. Cela n'avait fait que l'agrandir davantage.
Une tempête se livrait en lui. Les émotions se succédaient tour à tour, comme un immense raz-de-marée.  L’envie d’hurler, de jeter les fleurs au sol, de partir en courant, la colère, les larmes… Pourtant, il affichait ce calme placide. Il se mit à faire plus froid d'un coup. Sandy resserra ses bras autour d'elle et tourna la tête vers Zack qui ne disait plus rien. Le vent souffla plus ardemment. Il redressa la tête vers sa meilleure amie. Silencieux et immobiles, tels des statues. Voilà ce qu'ils étaient.

Your whispers calling me
You speak my name


Il redressa la tête en entendant son nom. Il crut un instant que c'était Sandy qui l'avait appelé. Mais ce n'était pas sa voix, non, c'était celle de...
Zack fit brusquement volte-face, le cœur battant. Elle était là ? Non, il n'y avait rien. Ils étaient seuls.

- Tout va bien ? demanda Sandy, surprise.
- Oui … Je... Laisse tomber répondit Zack en secouant la tête.  Allons-nous en d'ici.

Sa voix tremblait plus qu'il ne l'aurait voulu. Il voulait juste partir. Il ne supportait plus ce cimetière, ni ce beau temps. Il voulait quitter cet endroit au plus vite. Il avait fait une erreur en revenant ici. Il tendit la main à Sandy pour qu'elle le suive. Cette dernière le fixa sans dire un mot avant de faire un pas. Et ce fut à ce moment-là que Zack la sentit.
Parmi toutes les voix qu'il entendait et qu'il avait mis en sourdine – à la longue, cela ne devenait qu'un fond sonore comme un autre – il y en avait une qui l'appelait. Une seule. Une voix chaleureuse qu'il reconnaîtrait entre mille. Elle l'appelait si fort que c'en était douloureux. Il laissa retomber le bras qu'il tendait à Sandy sans même s'en apercevoir, le regard vide.
Toute son attention était focalisée sur cette voix qui criait son nom. Comme dans un rêve, Zack tourna lentement la tête en direction de la tombe. Il avait envie de la suivre, comme on suivait le chant d'une sirène.

- Zack.

Il revint brutalement à lui en sentant Sandy le secouer. Avec une expression hébété, il regardait Sandy tout en cherchant à comprendre ce qu'il venait de se passer. Et avant qu'il ne prononce le moindre mot, elle l'attrapa par le bras pour l'éloigner de la tombe.

- Viens, on s'en va !

Mais elle s'arrêta subitement. Sans raison. Zack sentit sa main serrer son bras avec force, lui faisant mal. Les ongles de Sandy s'enfonçait dans sa peau et elle s'était figée. Surpris, il s'apprêtait à lui demander ce qui n'allait pas quand il entendit à nouveau la voix.
Sandy se retourna lentement. Il y avait quelque chose de différent. Quelque chose qui... Zack n'arrivait pas à définir ce qu'il se passait. La même torpeur qui l'avait saisi la première fois s'empara de lui.

- Reste avec moi, Johnson dit Sandy en souriant.

Le cœur de Zack s'arrêta de battre un instant. Reste avec moi, Johnson. Il reconnaissait cette phrase et cette façon de la prononcer. Il n'y avait qu'une seule personne au monde qui l'appelait par son nom de famille de cette manière. Et ce n’était pas Sandy. Elle ignorait son vrai nom. Pour elle et pour les habitants de Ghost Island, il était Zack Taylor. Seule Sandy et Scott savaient qu’il était autre chose que le mécanicien travaillant sous les ordres de James Wood et de William Cooper. Cela ne pouvait donc être que...

- Chris... souffla Zack.

« Sandy » se mit à sourire. Elle pencha la tête sur le côté, comme elle l'avait toujours fait de son vivant. Elle serrait toujours le bras de Zack, de façon à l'empêcher de reculer, même s'il le voulait vraiment.

- Je suis là. Ce n'est pas parce que tu ne me vois pas que je suis partie pour de bon, Zack.

Elle le lâcha et son sourire afficha une immense tristesse. Le jeune homme était incapable de bouger, incapable de prononcer le moindre mot. Ce n'était pas... Pas quoi ? Possible ? Bien sûr que ça l'était. Pourquoi douterait-il maintenant ?

- Je... Je...
- Ne dis rien.

Elle leva la main et la déposa doucement sur la joue de Zack, qui ferma les yeux à ce contact. Il sentait l'énergie qui se dégageait du corps de Sandy. Une énergie qui n'était pas la sienne. Mais qu'au fond de lui-même, il reconnaissait. Quelque chose de familier qu’on avait côtoyé si longtemps qu’on pouvait reconnaître sans difficulté.

- Je sais ce que tu fais, Zack. Tu te sens responsable de ce qui est arrivé. Mais tu n'y es pour rien. Tu ne dois pas cesser de vivre. Continue de te battre, fais-le pour moi, pour nous. Continue d'être ce que tu es. Je serais toujours près de toi, à tes côtés, même quand tu ne me verras pas.

Il ouvrit les yeux et dévisagea « Sandy ». Sa voix se brisait peu à peu et on pouvait apercevoir les larmes qui brillaient dans ses yeux. Elle s'approcha un peu plus de lui. Il ne bougea pas. Il la laissa faire.

- Je devrais être à ta place. Tu es morte et c'est de ma faute.

Parmi toutes les pensées qui affluaient dans sa tête à cet instant précis, ce fut la seule chose qui franchit le rempart de ses lèvres. Surprise, Sandy recula et secoua lentement la tête.

- Non... Zack... Arrête.

Il explosa.

- Comment ne peux-tu pas m'en vouloir ? C'est moi qui t'ai placé dans cette tombe !

Il haussait la voix au fur et à mesure qu'il parlait, sans s'en rendre compte. Sa vision se brouillait aussi, à cause de ses propres larmes.  Il était tellement en colère. Contre lui-même. Il se détestait. Alors pourquoi Chris lui pardonnait ? Il ne voulait pas être pardonné. Il ne voulait pas être consolé. Il aurait préféré se retrouver face à celle qu'il avait affronté à l'asile, celle qui lui crachait sa haine et sa rancœur au visage. Celle qui lui disait ce qu'il, d'une certaine manière, voulait entendre.

- J'en suis responsable. J'ai survécu et pas toi. Alors que, c'est de ma faute, bordel ! Pourquoi ? Pourquoi est-ce que c'est sur toi que c'est tombé ? Dis-le moi ? Comment je suis censé vivre après ce qui est arrivé ? Comment tu veux que je continue de vivre alors que j'ai ton sang sur mes mains ?!

Zack recula. « Sandy » baissa la tête. Il passa une main sur son visage, le creux dans sa poitrine n'ayant jamais été grand. Toute cette douleur, c'était insupportable. Et l'entendre dire qu'elle ne lui en voulait pas, c'était inimaginable. Il ne sentait plus rien d'autre. Ni le vent, ni ses larmes. Juste la souffrance et cette envie de hurler qu'il retenait depuis bien trop longtemps et qui l'étouffait en pesant de tout son poids sur son être. Il s'était mis à trembler sans pouvoir se contrôler. La douleur était plus forte et avait raison de lui.  Lentement, il mit un genoux à terre, puis un autre. Il n'arrivait plus à faire face.  Il voulait juste que tout s'arrête.
Que tout s’arrête, maintenant.
Qu’on le laisse.

Une main se posa sur épaule et une autre se posa sous son menton pour le forcer à redresser la tête. Elle était toujours là.

- Johnson. Tu n'es qu'un idiot. Je l'ai toujours dit.

Malgré les larmes, il se mit à sourire. Oui, elle l'avait toujours dit. Elle se mit à sa hauteur et l'enserra de ses bras. Son front contre le sien, Zack ferma à nouveau les yeux. Il pourrait rester ainsi pour l’éternité.

- Il ne me reste pas beaucoup de temps murmura-t-elle. Il faut que tu me promettes une chose.

Il resta immobile. Il ne voulait pas qu’elle parte.

- Zack. Tu dois me promettre de tout faire pour continuer à vivre. Reprends ta vie en main. Promets-le moi.
- Je...
- Promets-le moi.

Il redressa la tête. A travers le sourire de Sandy, il voyait celui de Christina. A travers la peau de sa meilleure amie, il sentait celle de sa petite-amie. Il prit une inspiration et hocha lentement la tête sans la quitter des yeux.

- Je te le promets.

Son sourire s’élargit.

- Je peux partir en paix, maintenant. Mais avant...

Elle se rapprocha à nouveau et posant ses mains des deux côtés du visage de Zack, elle l’embrassa. Il ferma les yeux pour profiter du dernier instant qu’ils partageaient, l’un avec l’autre. Le reste n’avait pas d’importance. Plus rien n’avait d’importance.



- Zack ?

Sandy l’appelait. Il rouvrit les yeux. Il était debout. Perdu, il jeta des regards autour de lui. Ils se trouvaient toujours devant la tombe. Ils n’étaient plus à genoux, l’un contre l’autre. Sandy se tenait à une bonne dizaine de pas de lui.

- Hey, ça va ? Qu’est-ce que tu fais ?
- Quoi ?
- Cela fait au moins trois fois que je t’appelle.


Il observa Sandy longuement, cherchant des traces de Christina. Mais c’était bien elle. Sandy Wood. Et personne d’autre.

- Tu... ne te rappelles pas ?

Sandy arqua un sourcil.

- Me rappeler de quoi ?

Avait-il rêvé de ce qu’il venait de se passer ?  Il avait pourtant toujours l’impression de sentir sur ses lèvres celles de Christina. Il porta une main à son visage, là où elle l’avait touché. Non, il ne pouvait pas avoir rêvé de ça. Ce n’était pas possible. Ses sensations étaient trop réelles pour n’avoir été qu’un rêve éveillé.

- Zack, tu es sûr que ça ?

La voix de Sandy trahissait une pointe d’inquiétude. Zack tourna la tête en direction de la tombe et laissa lentement retomber sa main. Alors... Rien n’avait été réel.
Il ne savait pas si ça allait. S’il avait rêvé... S’il n’avait pas rêvé. S’il avait véritablement parlé à Christina ou si ce n’était qu’une légère hallucination. Peut-être avait-il imaginé tout ça. Il avait imaginé cette conversation, ce baiser et les sensations que cette entrevue lui avait laissée.

Un souffle de vent. Une légère brise qui souleva quelques mèches de ses cheveux. Et à travers laquelle il sentit quelque chose de familier.
Comme une réponse.  
Zack eut un sourire triste. Non. Il n’avait pas rêvé. Elle était là. Elle le soutenait.

- Oui, ça va.

Il détourna le regard et avança en direction de Sandy.
Elle fronça un sourcil, sur le point de dire quelque chose mais sembla se raviser. Elle se contenta hocher la tête et d’attendre qu’il arrive à sa hauteur pour se remettre en marche.



- Tu ne veux pas qu’on aille manger un truc, avant de reprendre la route ? On a roulé pendant cinq heures, quand même.

Hum. Sandy avait tout à fait raison sur ce point. Cinq heures de route. Mais cinq heures qui n’avaient pas été perdue. Puisqu’à présent qu’ils s’éloignaient, laissant derrière eux la tombe blanche de Christina et de l’ancienne vie de Zack, ce dernier se sentait différent. Comme... apaisé.

- Oui, allons manger quelque chose. Je te laisse choisir l’endroit.

Ils arrivaient devant la voiture. Zack alluma une cigarette et s’adossa à la Dodge. C’était drôle comme il se sentait en paix avec lui-même à cet instant.  Le cimetière s’étendait devant ses yeux. Sandy prit place à côté de lui. Il sentit qu’elle voulait lui demander quelque chose, mais qu’elle n’osait pas.
Au bout d’un moment, c’est à dire quand Zack fut à la moitié de sa cigarette, elle prit son courage à deux mains.

- Zack ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
- Hum ?
- Je veux dire... Devant la tombe... J’ai une impression bizarre depuis tout à l’heure.


Zack expira la fumée sans regarder Sandy, en proie à un choix. Devait-il lui dire ou non ? Il pouvait tout lui raconter dans les moindres détails. Ou alors passer ceci sous silence. Il n’avait pas spécialement envie de lui avouer que le fantôme de sa petite-amie l’avait possédée. Et qu’elle l’avait embrassé à travers Sandy. Il ne regrettait absolument pas que ce soit arrivé, mais ce geste ne regardait que lui et Christina.
D’un côté, Sandy avait tout ce trajet avec lui, elle l’avait accompagné alors qu’elle avait probablement d’autres projets en tête que de venir lui tenir la main.

- Christina était là dit-il simplement. Elle m’a parlé.

Sandy eut un regard surpris dans sa direction. Zack tourna la tête vers elle. Il y lut les questions qu’elle mourrait d’envie de poser, mais que pour une raison qui ne regardait qu’elle, elle refusait de formuler.

- Je vais avoir besoin d’une cigarette, moi aussi murmura-t-elle au bout d’un moment.

Il lui tendit son paquet et son briquet. Et pendant qu’elle allumait la cigarette, il jeta la sienne. Un regard vers le cimetière avant de se figer. Il avait cru voir, l’espace d’une seconde, une silhouette familière. Une jeune femme blonde aux yeux rieurs.

Les souvenirs étaient parfois aussi douloureux que les blessures elles-mêmes, si ce n’était plus. Mais il arrivait qu’un événement appose un baume réparateur. Cet événement pouvait prendre de multiples formes mais il en résultait quelque chose de positif.  L’acceptation. Qui était le premier pas vers la guérison. Peut importe si cela prenait la forme d’un dialogue avec une morte. Zack avait accepté. Et avait laissé partir Christina.  
Quand Sandy eut terminé sa cigarette, il se redressa et avec un demi-sourire, lança :

- Allons manger. Et après... On rentre chez nous.
- Chez... nous ?
répéta Sandy, interloquée.

Zack sourit davantage et ouvrit la portière.

- Oui. A Ghost Island.





____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
 
The Ghost Of You (Zack&Sandy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kidnap the Sandy Claws }
» GHOST ISLAND
» Zack Fair.
» Kit pour Zack Sykes.
» Number Two Contender For US Champion : Zack Ryder vs Bryan Evans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Aux Alentours :: Autres Lieux :: Autres Etats-