Partagez | 
 

 Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Samuel E. Jekyll

MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Jeu 28 Fév - 12:07

Ils avaient tenté de l’exorciser pendant des heures, l’aspergeant d’eau bénite et de sel, mais rien ne marchait. Comme l’avait dit Berith, ils étaient bien trop puissants pour que ça ne leur fasse quelque chose. Il perdit connaissance à certains moments, épuisé, avant d’être ramené à la réalité par des seaux d’eau. Il avait fini par perdre la notion du temps et ignorait depuis combien d’heures il était là.

Samuel sentait qu’il était dans de sales draps. Même s’il parvenait à convaincre la plupart des chasseurs, l’ex d’Adja ne lâchera pas le morceau. Il avait trop d’influence sur les autres pour qu’ils osent s’opposer à lui. Il n’aurait pas été surpris d’apprendre qu’il avait tué bien des innocents par orgueil, refusant de revoir son jugement. Bon, cette fois il était bien tombé sur un démon, mais il avait trop peu d’indice pour en être sûr.
Il les observait qui tournaient autour de lui, cherchant probablement un moyen d’être sûr qu’il s’agissait bien d’un démon. Samuel regardait autour de lui pour trouver un moyen de s’enfuir, mais il avait du mal à bouger, probablement trop affaibli loin de Ghost Island. Il espérait que Berith aurait une meilleure idée que d’attendre désespérément une aide providentielle.

Tu as un plan pour nous sortir de là ?
Il faudrait briser le piège à démon qu’ils ont mis au dessus de nous, mais…
Trop faible.
Exact. Notre seule chance est l’idée qu’ils ne sachent pas renvoyer correctement un démon en enfer et que l’on arrive à gagner suffisamment de puissance lorsqu’ils ouvriront une brèche sur l’enfer. Et avant qu’ils ne nous démembrent.
Tu as bien dit…
Oui.

Ainsi pour renvoyer un démon, il fallait détruire son corps et renvoyer son « âme » en enfer. Charmant. Sa seule chance de survie résidait dans ce lapse de temps entre l’ouverture des enfers et son démembrement.

Il ne s’avoua toutefois pas vaincu et il allait reparler quand un des chasseurs s’approcha et le bâillonna. Il tenta de se débattre, mais la fatigue était trop grande et tout ce qu’il put faire fut de lancer des regards assassins au chasseur qui était à l’origine de sa situation. Il continuait de transpirer, et lorsque le chasseur lui toucha la peau en le bâillonnant, il se redressa perplexe.


– Il est bouillant. Sérieux Mathieu, si jamais il est vraiment malade et qu’il nous claque entre les doigts…

L’homme lui coupa la parole d’un regard et le chasseur baissa les yeux avant de reculer, visiblement soumis à son chef. Samuel regarda alors avec plus d’attention Mathieu et il sentit que Berith en faisait autant. Mais le démon ne le regardait pas en surface, il parvenait à voir son âme, et une chose était sûre : il pourrait verser le sang de tous les démons, ça ne suffirait pas à laver son âme.
Il ira pourrir directement en enfer, et je m’assurerai qu’il soit bien accueilli…
Samuel ne releva pas les paroles de Berith tant ce qu’il voyait l’écœurait. Il avait beau chasser les créatures malveillantes, il avait probablement blesser, ou tuer, autant d’innocent que ce qu’il chassait. Il voyait aussi des créatures innocentes massacrées par la folie de cet homme, car il n’y avait pas à en douter, il était aliéné. Ce dernier fixa alors celui qu’il considérait comme un rival et il s’avança vers lui.

– Bon assez perdu de temps, renvoyons le d’où il vient. Et s’il est vraiment innocent. Il ne réagira pas à l’ouverture des enfers.

Il ne servait donc plus à rien de faire semblant avec eux, mais tant qu’il aurait de la force, il continuera de se débattre. Samuel s’agita quelque peu, tentant de se défaire de ses liens quand les chasseurs commencèrent le rituel pour ouvrir la porte des enfers.

Il y eut alors un bruit qui résonna dans tout l’entrepôt, comme si une vieille porte de la baptise avait été ouverte. Perplexe, les hommes se regardèrent et Mathieu envoya un de ses sbires pour vérifier ce qui se passait.
Samuel et Berith eurent alors la même pensée quand une aura familière arriva jusqu’à eux.
Adja.
La jeune femme l’avait retrouvé. Il eut alors peur pour elle, et si jamais les chasseurs lui faisaient du mal ? Ils ne se le pardonneraient jamais. Mais à peine eurent-ils cette pensée que Berith poussa un juron. Il avait sentit, quelques secondes avant Samuel, que Adja n’était pas seule.
Elle avait visiblement appelé des renforts. Sandy et Zack étaient également présents. Samuel blêmit en pensant que trois personnes allaient peut-être être blessées s’il ne faisait rien. Berith, quant à lui, sentait la colère monter. Si jamais les chasseurs découvriraient que Sandy était sa disciple… Ils n’avaient pas le choix. Au moment où l’enfer s’ouvrirait, ils allaient devoir puiser énormément d’énergie pour pouvoir s’en sortir
.

____________________________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Ven 11 Oct - 20:45



Sandy ne lui avait rien dit de tout le trajet, à part « Il n’est pas trop tard pour que je fasse demi-tour et te ramène à Ghost Island ». Zack avait levé les yeux au ciel en se contentant d’ajouter qu’il la relaierait pour prendre le volant à mi-chemin.
S’il restait silencieux, il se demandait pourquoi Adja avait appelé en urgence. Si Samuel avait des problèmes, pourquoi avait-elle appelé Sandy. Il savait que les deux femmes se connaissaient assez bien, mais il lui semblait que Samuel se montrait plutôt froid avec Sandy. Encore un mystère à éclaircir.
Quand ce fut à son tour de conduire, Zack se concentra sur la route pour ne pas poser de question à Sandy. Elle lui dirait bien de quoi il en retournait. Son attitude était étrange. Elle n’hésitait jamais avant de l’embarquer dans des missions suicides comme la nécropole. C’était bien la première fois qu’elle refusait qu’il l’accompagne. Quelque chose qui nourrit un peu plus les soupçons du jeune homme.

Lorsqu’ils arrivèrent à Minot, c’était de nouveau Sandy au volant, qui semblait savoir où elle se dirigeait. Etait-elle déjà venue dans les parages ? Elle n’hésitait pas une seule seconde avant d’emprunter le virage à droite, chose qu’une personne connaissant les lieux faisait. Encore une question supplémentaire que Zack n’osait pas poser. Il en mourrait pourtant d’envie mais une alarme silencieuse résonnait dans sa tête. Ce n’était pas le moment.

La vision d’Adja paniquée fit prendre conscience à Zack que la situation était plus grave qu’il ne le pensait. Il laissa les deux femmes s’entretenir un bref instant avant qu’Adja ne se rende compte de sa présence. En temps normal, il se serait senti vexé, mais actuellement,  il s’en contrefichait. En revanche, la surprise qui s’afficha dans son regard ne lui échappe pas.  Mais l’heure n’était pas aux explications. Samuel avait été enlevé par son ex-petit-ami. Sérieusement ? Zack arqua un sourcil en lâchant une remarque sur l’ex en question.

Sandy resta silencieuse un moment avant de se diriger subitement vers la voiture, les invitant tous deux à monter. Zack et Adja échangèrent un regard avant d’obtempérer sans dire un mot. La tension était palpable et le jeune homme commençait à la ressentir. Il préféra se fermer à tout pour rester concentré, gardant à l’esprit qu’il pouvait perdre le contrôle de son don à tout moment. Et quand ça arrivait, c’était moche à voir. Des voix dans sa tête qui affluaient telles des fous furieux devant le dernier produit Apple qui sortait.
Beaucoup de choses ne tournaient pas rond. Sandy qui semblait savoir où elle allait. Adja qui se sentait gênée par la présence de Zack. Il se passait quoi, bordel ?!



Sandy arrêta la voiture devant un bâtiment désaffecté. Zack ne put s’empêcher de ressentir des frissons désagréables devant cette façade laissée à l’abandon. Encore un endroit hanté ? Pitié, non… Pas encore une fois. Un sentiment d’oppression s’empara de lui quand son regard bleu s’arrêta sur la porte. Une peur inexpliquée qui lui donnait envie de prendre ses jambes à son cou.
Un peu de courage, bonté divine ! Il s’agissait de Samuel !
S’il avait su qu’un jour, il prendrait part à une mission de sauvetage !

- Ton ex a emmené Samuel ici ? Il n’a pas de sérieux problèmes psychiatriques ce mec-là ?

Il ne vit pas le regard que les deux femmes s’échangèrent car déjà, il était de nouveau focalisé sur le bâtiment. Son instinct lui disait de ne pas foutre les pieds là-dedans. Mais quand il fallait y aller…
Ils sortirent de la voiture,  silencieux. Il s’agissait maintenant de ne pas se faire voir.
Enfin… S’il fallait se défendre, avaient-ils des armes ? Bien qu’il déteste ces choses, il serait infiniment plus rassuré s’ils en avaient sous la main à cet instant précis.
La porte de devant était fermée. Bien sûr, si on était en train de tuer le petit-ami de notre ex, on ne laissait pas une porte ouverte. Zack se plaça devant le battant, se pencha devant la serrure pour l’examiner et hocha la tête. Il n’aurait aucun mal à la crocheter. Sous le regard incrédule de Sandy et Adja, il se redressa, leur demanda de ne pas bouger et s’approcha des bennes se trouvant non loin de là pour les inspecter. Un simple morceau de ferraille ferait l’affaire. Il trouva son bonheur avec un vieux ressort de lit laissé à l’abandon. Ou plutôt, un morceau de ressort. Il se dirigea à nouveau vers la porte en tentant de le rendre le plus lisse possible avant de reprendre position devant la serrure pour y introduire le morceau. Après une lutte de quelques secondes, la porte s’ouvrit devant eux trois. Malheureusement, la discrétion ne fut pas assurée car elle grinça sur ses gonds. Il jura entre ses dents.
Zack se redressa silencieusement et afficha un sourire gêné. Sandy lui demanda à voix basse pourquoi il n’avait pas fait ça le fameux soir où il avait rencontré Samuel, ce à quoi Zack haussa les épaules. Quand son frère oubliait les clés de la maison constamment alors qu’ils rentraient après avoir fait le mur, on apprenait ces petits trucs.

A présent, les choses sérieuses commençaient. Il s’agissait d’arriver le plus discrètement possible, de voir combien ils étaient et de les neutraliser avant l’arrivée de la police. Zack, si naïf… C’en est presque mignon…
Des bruits de pas, attirés par le grincement de la porte les obligea à se dissimuler derrière des caisses laissée là. Un homme entra dans la pièce et de là où ils étaient, ils pouvaient tous le voir. D’autres bruits se faisaient entendre au dessus de leur tête, laissant présager qu’ils étaient plusieurs. Zack, jusque là, pensait qu’il n’y en avait qu’un seul, même si la possibilité qu’ils soient au moins deux lui avait effleuré l’esprit. Voilà qui bouleversait tous leurs plans. Il fallait agir vite.
Pendant que l’homme cherchait les intrus - difficile de faire passer pour le vent quand la porte était fermée à clé – Zack se concentra pour tenter de saisir ses pensées. Connaître les projets de l’ennemi était toujours un avantage. Il ne put saisir que quelques bribes, son don n’étant pas encore tout à fait au point. Mais ce qu’il saisit le plongea en pleine perplexité.

Exorcisme… Portail des Enfers…

Il coupa la communication avant d’avoir mal au crâne. Ce n’était pas le moment pour se choper une migraine. C’était quoi ce bordel ? Ils étaient vraiment tarés, Zack en avait la confirmation. Samuel, un démon ? Il fallait intervenir avant que ces dingues ne le tuent en faisait n’importe quoi.
Au moment même où il formulait cette pensée, une brique vola à travers la pièce et heurta le crâne du type. Zack tourna la tête vers Sandy qui s’était redressée. Il savait qu’elle était capable de faire ça, mais ça surprenait toujours… Il secoua la tête et se redressa à son tour en se jurant de ne jamais rien faire pour la rendre furieuse contre lui. En assommant l’homme, néanmoins, Sandy avait fait grand bruit. Un fracas résonna dans le bâtiment. Plus question de jouer les fantômes, il fallait y aller dès maintenant. Mais d’abord…

- Ils vont le tuer. Ils le prennent pour un démon ou je ne sais trop quoi… Pas le temps de t’expliquer, Adja, mais on doit agir dès maintenant.

Il se retint d’ajouter un « Dis-moi que tes ex ne sont pas tous comme ça… » et observa Sandy fouiller l’homme pour lui prendre son arme avant qu’ils ne se dirigent tous les trois vers l’étage.



____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adja Miara

❙ r a c e : Humain
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Mer 15 Jan - 16:13

Le démon, la belle, les amis et les chasseurs.
Moments qui font que nous sommes un



La situation devenait de plus en plus précaire. Alors que Sandy les invita, ou plutôt leur ordonna de monter dans la voiture, Adja échangea un regard avec Zack avant d'obtempérer. D'ailleurs, elle était tellement stressée qu'elle mit du temps à se rendre compte de sa présence. Ce fut seulement une fois installée, qu'elle se demanda vraiment ce qu'il faisait ici.

Estimant cependant que ce n'était pas le moment d'y penser, la jeune femme ne posa aucune question à ce sujet et se contenta de rester silencieuse.  Il fallait faire vite, Samuel et Berith étaient en danger.

Par moment, elle regardait quand même ses deux amis, se pinçant la lèvre inférieure quand ses yeux se posaient sur Zack. Avait-il la moindre idée de ce qui se passait?  Oh non, il devait surement ne rien savoir. Mais alors pourquoi Sandy l'avait-elle entrainé dans cette affaire? Pourquoi elle ne l'avait pas simplement laissé à Ghost Island avant de prendre la route? C'était du suicide.

Prenant une grande inspiration, Adja tourna la tête sur le côté.

« Faites qu'on se sorte tous indemne... Tient bon Samuel, on arrive. »

Au bout de plusieurs kilomètres parcouru, la disciple immobilisa enfin la voiture. Déjà, ce lieu respirait la mort et le néant. Vieux de plusieurs années, le bâtiment était même à deux doigts de s'effondrer.

Réprimant un frisson, l'étudiante sortit du véhicule.

- Tu n'as pas idée.... Il est dangereux Zack, surtout faites attention à vous.

Profondément inquiète, pour son aimé mais aussi pour ses amis, la jeune femme baissa les yeux. Jamais elle n'aurait crû un jour que son ex était capable d'une telle chose, encore moins qu'il soit au courant de tout depuis le début. Et s'il tuait Samuel? Et si, dans son comportement haineux et violent, il s'en prenait également à Zack et à Sandy?

Habitée par un brusque sentiment de culpabilité, Adja se mordit la lèvre.

L'intérieur de la bâtisse était aussi sale et morbide que l'extérieur. Pendant qu'ils avançaient, l'étudiante observa brièvement les alentours. C'était un endroit idéal pour torturer quelqu'un. Loin de la ville, personne ne pouvait entendre les appels au secours d'une éventuelle victime.

Soudain, tandis qu'ils titubaient dans le noir, un homme entra dans la pièce. A partir de cet instant, tout s'enchaina rapidement. D'abord, Sandy assomma l'intrus avec une brique puis, Zack mentionna le pire.

- On y va! Il n'y a pas une seconde à perdre.

Décidée à sauver coûte que coûte son aimé, la jeune femme ne réfléchit pas à deux fois avant de monter à l'étage. Celui-ci était par ailleurs beaucoup plus vaste et sombre que le rez de chaussé et les éventuels abris se comptaient sur les doigts d'une main.

- Qu'es-ce qu'on fais maintenant? Samuel doit être dans cette pièce mais avec ces deux costauds qui surveillent l'entrée.... On risque de se faire repérer.

Agenouillée derrière une caisse, Adja interrogea ses compères tout en prenant soin de ne pas parler trop fort. Il restait deux options : Soit ils fonçaient dans le tas, soit ils allaient devoir attendre le bon moment pour passer et du temps, ils n'en avaient pas.

Au bout du compte, c'est Sandy qui prit la décision. Révolver en main, elle visa l'un des chasseurs et lui tira dans la jambe puis, l'arme braquée sur le second homme, elle fit signe aux deux autres de les dépouiller.

« De toute façon, on était déjà repéré. »

Béat, l'étudiante en psychologie resta figée. Au moins, sa méthode était rapide et radicale. Reprenant ses esprits, la jeune femme brisa son immobilité et prit maladroitement le fusil du blessé.

Dorénavant, ils ne pouvaient plus revenir en arrière. Alertés par les coups de feu, les autres chasseurs allaient surement arriver d'une seconde à l'autre.

____________________________________



J'ai fais le choix de vendre mon âme à celui que j'aime
 
Parce que c'est ma destinée
 


Dernière édition par Adja Miara le Sam 11 Oct - 13:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel E. Jekyll

MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Jeu 30 Jan - 22:34

Samuel redressa la tête aux aguets, et les yeux injectés de sang par la fatigue et les coups, alors qu’il entendait les coups de feu. Ils approchaient, et ils étaient repérés. Il devait reconnaître que ce n’était pas la cavalerie qu’il espérait. Mais qui d’autres aurait-il pu espérer ? Berith avait des milliers et des milliers de soldats sous ses ordres, mais en enfer. Impossible de les faire venir sans passer par un rituel complexe. Et encore, il ne pourrait en ramener qu’une faible poignée.

Les chasseurs parlèrent entre eux, oubliant un cours instant leur otage alors que certains se dispersaient pour aller cueillir leurs nouveaux invités.
Il jeta un œil vers le leader du groupe et su qu’il se doutait qu’il s’agissait d’Adja avec des renforts. Et il était inutile d’entrer dans son esprit pour deviner ce qu’il comptait faire.
Les chasseurs se dispersèrent et Mathieu resta seul avec le démon. Mais il était hors de question de laisser Adja et les autres prendre le moindre risque.


– Adja ! Sauvez-vous tous !

Un nouveau coup vint le frapper, le faisant chavirer sur le côté. Mais le chasseur n’en avait pas fini et le releva alors que des bruits de luttes retentissaient. Ils les avaient trouvés et visiblement, ses amis avaient décidé de ne pas se laisser faire. Mais que pouvaient-ils faire face à des hommes entraînés qui avaient dû maîtriser plus d’une créature surnaturelle.

Il tenta de se débattre, de se défaire de ses liens pour leur venir en aide, mais rien n’y faisait. Il était trop faible loin de Ghost Island, et le piège à démon le maintenait pieds et poings liés. Il ne pouvait qu’attendre, les entendre se débattre, hurler. Puis le vacarme se rapprocha et quand les chasseurs revinrent dans la salle où ils se trouvaient, s’était en tenant fermement Adja, Zack et Sandy.


– Lâchez-les ! Faites ce que vous voulez de moi mais laissez-les partir ! Ils n’ont rien à voir dans tout ça !

Un nouveau coup le percuta et une vague de protestations s’éleva alors que tous se débattaient pour sa survie ainsi que celle de leurs proches. Les chasseurs voulaient les maintenir afin de les attacher et de finir l’exorcisme, les secours voulaient rentrer à Ghost Island ensembles sains et saufs.

Alors que la tension était à son comble et que les cris retentissaient, un bruit de cliquetis retentit et un silence de mort s'abattit alors que tous comprenaient ce qui était en train de se dérouler sous leurs yeux.
Samuel (et Berith) sentir la colère monter à son paroxysme alors que Mathieu pointait une arme sur lui, ou plutôt sur eux. L’adrénaline et le désir de protéger Adja, Sandy et Zack le mettaient dans un état où les deux parts de son être se rapprochaient l’une de l’autre jusqu’à la limite imposée par le sceau.

Il hurla de rage envers le chasseur alors que ce dernier le tenait en joue pendant que les autres chasseurs tenaient ceux qui étaient venus le sauver. Ce qui le rendait le plus malade, c’était de voir Adja se débattre en hurlant alors qu’on l’agrippait avec une poigne qui laisserait des marques bleuâtres. Sandy avait la lèvre supérieure de fendue suite à un coup reçu en plein visage. Zack était maintenu à terre, malmené lui aussi.

Les deux hommes se défiaient du regard, mais à aucun moment Samuel ne laissa entrevoir le démon qu’il était, gardant son regard humain.
Un sourire au coin des lèvres du chasseur ; Samuel savait à cet instant précis ce qu’il allait le faire. L’instant d’après le coup de feu retentit et la balle percuta Samuel entre les deux yeux.
La douleur fut fulgurante, intense et insupportable alors qu’il se sentait basculer en arrière. Mais il ne tomba pas, étant bien attaché sur sa chaise.

Un silence morbide se fit. Le calme avant les hurlements. Samuel était immobile, ligoté sur sa chaise, la tête ballante alors que le sang s’en écoulait. Semblable à un mort.

____________________________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Ven 6 Juin - 22:21






Moments qui font que nous sommes un.





Zack n’aimait pas du tout les armes à feu. Et le voilà qui se retrouvait avec un fusil dans les mains. En espérant qu’il n’ait pas à s’en servir.
Il ne fallut pas attendre longtemps avant de voir la cavalerie arriver. Zack prit une grande inspiration. Pas question de paniquer ou de faire n’importe quoi. Ils étaient trois, avec des flingues. Et en face aussi ils étaient trois. Et ils étaient certainement mieux entrainés qu’eux.  Ils n’étaient qu’à un mètre d’eux. Ce qui était trop près. Bien trop près.


- Rendez-vous gentiment et ça se passera sans trop de problème.

Le chasseur qui avait parlé avec la cigarette au bec. Zack comprit d’instinct que c’était de lui dont il fallait se méfier. Malgré lui, il parvint à capter ses pensées et ce qu’il percevait ne lui plaisait pas du tout. Mais alors pas du tout.
Sandy tenait toujours le mec que Zack avait désarmé en joue.

- Reculez gentiment et je ne descends pas votre pote répondit-elle.

Le chasseur à la cigarette eut un rictus. Il renforça sa prise sur l’arme.  Il avait du mal à se concentrer car il y avait comme un brouhaha dans sa tête. Mais un gros. Ce fut pour cette raison qu’il ne parvint pas à anticiper le mouvement du mec qui avait l’arme de Sandy pointé vers sa tête. Et quand Zack comprit, c’était déjà trop tard.
Impuissant, il le vit saisir l’arme de Sandy pour lui arracher des mains avant de lui porter un violent coup de coude qui eut pour effet de la projeter au sol. Zack s’apprêta à s’élancer pour prêter main forte à Sandy mais le canon qui apparut à quelques centimètres de son visage stoppa sa course. En voyant sa meilleure amie, la lèvre en sang, il eut soudain envie de meurtre.


- Sacré retournement de situation. T’as laissé cette blondasse te tirer ton flingue, Stefano ? lança le chasseur à la cigarette qui tenait Adja en joue.
- Ta gueule, Adolph répondit l’intéressé en attrapant Sandy par les cheveux pour la forcer à se relever. Posez vos flingues, vous deux.

Zack et Adja obtempèrent à contrecœur en déposant leurs armes au sol. Elles furent ramassées. Le jeune homme grimaça quand il sentit la main d’un des autres l’agripper fermement. Il s’appelait comment celui-là ? Une petite excursion rapide dans son esprit lui apprit : Gary.
Sandy lança une insulte à Stefano qui allait lui en remettre une mais qui fut arrêté par un autre chasseur.

- On ne frappe pas les dames plus que nécessaire. Elle t’a appris quoi, ta mère ?

Stefano renifla de mépris. Adolph lança sa cigarette par terre et fit signe au groupe d’avancer en poussant Adja devant lui avec le canon de son arme.
On pouvait dire que leur opération de sauvetage se soldait par un échec retentissant. Contraint d’avancer, Zack comprit que s’ils s’en sortaient tous en vie, ce serait un sacré miracle.  

Le spectacle qu’il découvrit en entrant dans la pièce le laissa muet de stupeur. Mais qui étaient ces malades ? L’état dans lequel se trouvait Samuel était effrayant. Alors, c’est lui, Mathieu ?
Zack commença à se poser des questions sur les fréquentations d’Adja. Il tenta de lire dans son esprit, histoire de savoir ce que ce dingue avait prévu, mais se heurta à un mur. Merde.
Certaines personnes arrivaient à protéger leurs esprits contre les intrusions. Comme celle-ci.
Il n’arrivait pas à capter Mathieu, mais il pouvait le faire avec les trois autres.
Sandy hurla une flopée d’insulte quand ce dernier frappa Samuel. Une nouvelle bouffée de rage envahit Zack qui tenta de se dégager. Il ne comptait pas regarder Samuel se faire tabasser sans réagir.


- Bravo, y’a de la gloire à frapper quelqu’un qui ne peut physiquement pas se défendre. C’est pour montrer que c’est toi qui a la plus grosse, c’est ça ?cracha le jeune homme.


- Ferme-la, connard rétorqua Stefano, à côté de lui. Où je t’en colle une.

Zack tourna la tête vers lui, et avec un sourire lui lança :

- Tu t’es senti visé, c’est ça ? Désolé, mon gars, y’a que la vérité qui blesse.

Stefano fit un pas dans sa direction et la seconde d’après, Zack se retrouva au sol, sonné. Il entendit Sandy crier son nom. Une douleur cuisante au niveau de la lèvre inférieure lui apprit qu’il saignait. Il frappait fort, l’enfoiré. Sa meilleure amie tenta de lui venir un aide mais le chasseur dont il ignorait le nom la tenait.

- Je t’ai dit de la fermer !

Oh, tu as une grossière erreur, mon gars. J’ai survécu à des trucs bien pire que toi. Des trucs dont tu n’as même pas idée.
Zack, ne le provoque pas davantage, s’il te plait !
C’était Sandy. Qui lui parlait en direct de son esprit. La ligne directe la plus efficace. Le ton paniqué qu’elle avait employé contraint Zack à fermer son grand bec pendant que Stefano l’empoignait pour le redresser. Il entendait Adja implorer Mathieu de laisser tout le monde partir et voyait Sandy se débattre pour l’aider.
Gary arrêta le bras de son acolyte à quelques centimètres du visage du jeune homme qui pour le coup ne put pas lui en vouloir.

- Arrête.
- Te mêle pas de ça, Gary, c’est entre lui et moi.
- Ouais, Gary, laisse Stefano compenser en jouant les gros bras.


Stefano poussa violemment Zack au sol et se jeta sur lui  avec un cri de rage dans l’intention de lui faire passer un sale quart d’heure.  Un cliquetis stoppa ses mouvements, alors qu’il avait le poing en l’air, son autre main maintenant Zack. Tous tournèrent la tête vers Mathieu qui pointait son arme vers Samuel.
Et au vu de la réaction des autres, ce n’était pas du tout prévu, ça.

- Merde, Mathieu, qu’est-ce que tu fous ? s’exclama Gary.

L’intéressé ne prit pas la peine de répondre. Zack, les yeux écarquillés, était tétanisé.
Il ne va pas le faire, si ?
Le cri de rage de Samuel lui fit froid dans le dos. Mathieu avait belle et bien l’intention de le faire. Ah non, pas moyen. Ils n’avaient pas fait tout ça pour échouer lamentablement.
Adja hurla tentant de se débattre, ainsi que Sandy qui faisait son possible pour se dégager. Zack profita de l’effet de surprise que la décision de Mathieu avait eu sur Stefano pour le virer d’au-dessus de lui. Il s’écrasa juste à côté mais eut le réflexe de se redresser subitement pour rattraper Zack avant qu’il ne se relève.

La détonation fut suivie d’un grand silence. Il avait tiré. Cet enfoiré avait tiré.
Sous le choc, Zack ne pouvait plus bouger. L’horreur à l’état pur. Assister, impuissant, au meurtre d’un des ses amis.
Quelques secondes plus tard, les cris. Sandy et Adja. Zack sentit Stefano le redresser à nouveau et se laissa faire, totalement ailleurs. Il avait déjà vécu ça. Et ne pensait pas qu’il aurait à revivre une telle expérience à nouveau.

- On a un compte à régler, toi et moi.

Zack ne répondit pas, portant un regard vers le c… vers Samuel. Ce n’était pas possible. C’était un rêve ou une connerie dans le genre. Ça ne pouvait pas se passer ainsi. Zack allait se réveiller et tout serait comme avant.
Le coup porté par Stefano le rappela à la réalité. Non, tout ceci était bien réel. Le jeune homme ne résista pas. Le choc avait enlevé toute combattivité.
Sans comprendre comment et à vrai dire, il s’en fichait, il se retrouva poing lié, contre le mur avec Adja et Sandy. Il assistait à la scène sans vraiment voir ce qu’il se passait, toute son attention étant focalisé sur Samuel. Si Mathieu n’avait pas hésité à tirer sur lui, qu’allait-il advenir d’eux trois ? La réponse était simple… Ils avaient tout vu. Ils étaient des témoins. Pas besoin de faire un dessin.

Il observait, comme un simple spectateur, sans émotion ce qui se passait autour de lui. Tout simplement déconnecté. Gary aidait Mathieu à s’affairer autour du corps sans vie de Samuel. Zack, toujours dans cet état catatonique, les vit entailler le poignet de Samuel pour recueillir du sang dans une sorte d’écuelle.
Même mort, ces enfoirés ne lui laissaient aucun répit. A ses côtés, il entendit Adja et Sandy criaient des mots qu'il ne parvenait pas à comprendre. Peu importe ce qui allait se passer maintenant. Ils étaient tous foutus.



____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adja Miara

❙ r a c e : Humain
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Sam 11 Oct - 13:35

Le démon, la belle, les amis et les chasseurs.
Moments qui font que nous sommes un



- Mathieu, arrête... Arrête je t'en pris!

Les yeux larmoyants, Adja était au bord de l'hystérie. Pendant que son ex petit-ami, mettait en joue Samuel.

- Je t'en supplie, laisse le....ne fais pas ça.

A cet instant, elle avait vraiment l'impression d'être dans un cauchemars. Et ses cris, de plus en plus aigus, commençaient à se perdre dans sa gorge irritée.

Il devait bien avoir un moyen de le sauver, Mathieu n'allait peut-être pas tirer. Oui, il avait beau être un pur salop, il ne pouvait pas être un assassin. C'était tout bonnement impossible.

Mais alors qu'elle essayait de s'en convaincre, celui-ci lui prouva cependant le contraire. Et d'une simple détonation, tira dans la tête de son aimé sous le regard effarés, des trois autres victimes.

- Non.... Non!!

Autour d'elle, tout devenait flou, et ses oreilles bourdonnaient maintenant d'un sifflement incessant.

Choquée, Adja n'entendait même plus les cris de Sandy, ni la voix de Stefano qui pourtant menaçait Zack. Là, juste à ses côtés. Non, tout ce qu'elle voyait, c'était le corps de Samuel. Et la satisfaction sur le visage du chasseur quand celui-ci, aidé par l'un de ses collègues, prélevait à présent le sang du démon.

- Salop.... Espèce de Salop! Berith réveille toi. Je sais que tu es là, je sais que tu m'entends. Fait revenir Samuel. Revenez, on a besoin de vous, on a besoin de toi.

"La ferme Adja."

L'écuelle entre les mains, Mathieu se tourna vers la jeune femme. Pendant que celle-ci, la tête légèrement levée, le défiait à présent du regard.

- Non je me la fermerai pas.... pas cette fois. Car je sais qu'il n'est pas mort. Et quelque que soit ta fierté mal placée, ne soit pas si sûr d'avoir gagné.

Rare était les fois où elle se montrait en colère et agressive. Mais devant le corps de son aimé, elle était comme poussée à réagir. Animée en effet par une rage qui pourtant de loin, ne lui ressemblait pas.

"Je t'ai dis de la fermer!"

Touché dans son égo, le chasseur brisa soudain son immobilité. Et après avoir remis l'écuelle à Gary, se dirigea ensuite vers Adja pour lui administrer une claque retentissante.

"Ton cher petit démon est mort, crevé et tes amis ne vont pas tarder à suivre si tu continue à me manquer de respect. D'ailleurs, vous n'aurez jamais dû nous suivre. Aucun de vous."

Tenant toujours son flingue, Mathieu jeta alors un regard sur Sandy, puis sur Zack. Avant de reporter ses prunelles sur la jeune femme qui, recroquevillée, tremblait à présent d'effroi.

____________________________________



J'ai fais le choix de vendre mon âme à celui que j'aime
 
Parce que c'est ma destinée
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel E. Jekyll

MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Mar 28 Oct - 23:23








Moments qui font que nous sommes un.



Le bruit de la détonation retentissait toujours à ses oreilles comme un bruit strident qui lui vrillait les tympans. Il hurlait de douleur sous le feu de la blessure. Il sentait sa tête avec ce trou béant au travers de son cerveau. Il sentait le sang qui coulait alors qu’il hurlait encore. Puis la douleur disparut brutalement et Samuel ouvrit enfin les yeux.

Le bruit des vagues. Comment était-ce possible ? Il se redressa et vit ce bord de mer qu’il voyait à chaque fois dans ses rêves.
Comment était-ce possible ? Ce n’était pas l’au-delà, il le savait. C’était l’endroit serein dans son subconscient où il se retrouvait avec Berith pendant leur sommeil. Avant il y était seul, mais depuis qu’il acceptait sa condition, ils y étaient tous deux.
Il entendit un hurlement plus loin, terrifiant, mais également plein de souffrance. Puis un juron vint à lui.


– Berith ! Il faut se réveiller !

Ils devaient allez les sauver au plus vite. Il se précipita vers Berith afin de l’aider à se relever, mais il se sentit subitement attiré vers le sol, épuisé. Et Berith, à quelques mètres de lui, avait l’air de souffrir plus encore.
Ils les entendaient… Ils hurlaient eux aussi, se battaient. La voix d’Adja leur parvenait et Samuel hurla de tristesse. Berith aussi criait, mais de rage.

Prendre une balle entre les deux yeux quand on était un démon affaiblit et divisé comme eux... Il leur faudrait quelques minutes pour récupérer. Mais ils tinrent bon et Berith fut le premier à se relever. Il avança vers Samuel, non sans difficulté, et lui tendit la main.


– On va les sauver. Mais pour cela, tu dois me faire confiance.

Il haletait et souffrait autant que Samuel, mais au moins ils étaient vivants. Ils entendaient toujours Adja les appeler quand il y eut subitement un bruit sourd.
Cet enfoiré venait de poser la main sur elle. La rage qu’ils avaient ressentit plus tôt revint brusquement, effaçant la douleur alors que Samuel attrapa la main de Berith et se releva. Tous deux avaient le même regard déterminé et assassin alors que le chasseur hurlait sur Adja, la menaçant.
Il était déjà mort... Il était mort depuis qu'il avait posé la main sur elle. Ils l’étaient tous, sauf qu'ils ne le savaient pas encore...


****
Alors qu’intérieurement, le démon se battait pour revenir, les chasseurs s’activaient à faire le rituel. Le sang du pécheur avait été récolté et à présent, Mathieu continuait de terroriser Adja, Zack et Sandy pendant que Gary faisait le rituel.
Mais il fit une erreur. Une erreur qui fit trembler l’endroit où ils se trouvaient alors que l’énergie de la porte des enfers venait envelopper le démon. Elle n’apparaissait pas encore, mais ce serait pour bientôt. En attendant, au lieu d’envoyer l’énergie du démon en enfer, le chasseur qui récitait mal le latin faisait tout l’inverse.

Les tremblements s’arrêtèrent brusquement et une aura rougeoyante enveloppa l’atmosphère de la pièce, rendant l’air subitement lourd.
Un bruit métallique retentit alors que la balle qui était logée entre les deux yeux du démon tombait au sol. Le sang cessa de couler alors que la plaie cicatrisait. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’un ricanement s’échappait de sa gorge. Mais ce ricanement n’avait rien à voir avec celui de Berith, il était différent mais tout aussi inquiétant. Au contact des enfers, l’effet du sceau perdait de son effet et le démon était entier. L’effet disparaîtrait dès l’instant où les enfers se retireraient mais pour l’instant, ce que les humains avaient face à eux n’avait rien à voir avec Samuel ou Berith.

La tête toujours penchée, il serra les accoudoirs de la chaise alors qu’un grognement à peine audible mais tout aussi menaçant sortait de sa gorge. Le bois de la chaise craqua subitement alors qu’il y enfonçait ses ongles qui devinrent peu à peu des griffes. L’enfer se faisait également plus pressant alors qu’il donnait de la force à son enfant pour survivre.
La transformation commençait. Il le sentait alors que sa puissance revenait. Il se leva alors, révélant son regard d’un noir profond avec des reflets rougeoyants. Le piège à démon était toujours en place à ses pieds, mais d’un coup sec sur le sol, il le fit éclater en morceau et sortit du cercle.

Son regard était fixé sur le chasseur qui était à l’origine de sa colère. D’un geste de la main, il envoya les autres chasseurs contre les mur, les immobilisant. Il semblait alors plus grand que d’ordinaire tandis qu’il prenait peu à peu sa véritable apparence. Sa peau semblait changer alors que quelques écailles rouges apparaissaient sur quelques zones de son visage. Et on pouvait voir certains de ses os bouger sous sa peau, telle que sa colonne vertébrale. Signe du changement qui s’opérait. Bientôt le démon aurait sa forme originelle et serait au sommet de sa puissance.

Ne faisant fi des humains autres que les chasseurs, il défia celui qu’il voulait voir mort. Sortie alors de sa bouche une voix grave qu’on ne lui connaissait pas. Quelqu’un qui le connaissait parviendrait à reconnaître les intonations de Samuel dernière cette voix glaçante qui semblait provenir des enfers même.


– Tu veux ma mort, chasseur ? Très bien. Je te laisse dix minutes pour essayer de me tuer. Ensuite, je cesserai de jouer. Si tu tiens cinq minutes, tes copains auront le droit de jouer.

Dans dix minutes, il aurait achevé sa transformation. Dans dix minutes, ils seraient tous morts pour avoir osé le provoquer. Seuls survivront ses humains auxquels il attachait de l’importance. Eux seuls auraient le droit de sortir vivant de cet endroit parce qu’ils étaient ce qui se rapprochait le plus pour lui d’une famille.




____________________________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Dim 25 Jan - 20:57








- Ne la touches pas, connard…

Le geste de Mathieu avait sorti Zack de sa torpeur. Il le fixait à présent avec une expression glaçiale. Cela ne lui suffisait pas d’avoir tué leur ami sous leurs yeux, visiblement. Il fallait encore qu’il lève la main sur Adja.  Il le vit se préparer à dire quelque chose et avant même qu’il n’ouvre la bouche, Zack reprit, sans prendre la peine de dissimuler tout le mépris que ce type lui inspirait :

- Quoi ? Qu’est-ce que tu vas faire ? Me coller une balle dans la tête ? Te gènes pas surtout.

Mais qu’est-ce que tu fous ? T’es si pressé de mourir ?
C’était Sandy, qui lui parlait dans son esprit.
Zack ne prit pas la peine de répondre. Et même s’il avait voulu, quelque chose l’en empêcha. La terre se mit à trembler. Rien de mieux pour calmer les esprits.
Zack… Y’a un truc avec Samuel. Il est vivant.
Il tourna la tête vers Sandy, alors que Mathieu se retournait pour voir ce qu’il se passait. Comment elle pouvait le savoir ? On ne survivait pas à une balle dans le crâne. Ou alors si, on pouvait survivre, mais on n’en sortait pas indemne. Dans la logique des choses en tout cas.
Quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire par « il est vivant » ? Ils viennent de…

- Les gars ! Y’a truc qui va pas !

Un chasseur avait presque hurlé en se reculant précipitamment. Zack et Sandy tournèrent la tête en même temps vers l’endroit où se tenait Samuel. A présent, un rire résonnait. Un rire qui donnait la chair de poule. Zack ne voulait pas, non, il ne voulait pas croire une seule seconde que ça s’échappait de la bouche de Samuel. Il était mort. Il ne pouvait pas se mettre à rire comme ça. Ce n’était pas… normal.
Parce que ça, c’est normal, peut-être ? lui souffla sa petite voix. Tu penses vraiment qu’il y a quelque chose de normal ici ?

Sans pouvoir détourner les yeux de la scène, il vit avec stupeur la balle ressortir du crâne pour tomber au sol. Puis vint le grognement. Là encore, l’esprit de Zack buta. Non, ce n’était pas possible. Pour quelqu’un qui avait plus de choses étranges en quelques semaines qu’en toute une vie, cela pouvait être marrant de rester bloqué sur cette rengaine. Mais c’était ça ou il devenait taré sur le champ.

La scène qui se déroulait sous ses yeux semblait tout droit sorti d’un bouquin de Stephen King. Comment on était censé réagir quand on voyait l’un de ses amis se relever après avoir pris une balle dans la tête ? En l’entendant rire et grogner de la sorte ?
Puis Zack perçut quelque chose. Il pouvait entendre les pensées de chaque personne dans la pièce. Pas comme lorsqu’il avait découvert son don. Mais de façon plus intense encore. Un tel brouhaha qui lui donnait l’impression de se trouver dans la tête de toutes les personnes qui se trouvaient là.
Et il sentait quelque chose d’étrange à l’intérieur de lui. Sans savoir ce que c’était. Mais il s’imaginait très bien se jeter sur Mathieu à cet instant et le tuer sans le moindre remord par exemple.

La voix qui s’échappait de la bouche de Samuel n’avait rien d’humain. Et ça eut pour effet de calmer Zack sur le champ. Les écailles rouges qui recouvraient sa peau aussi. Tous les regards étaient tournés vers Samuel qui n’était plus vraiment Samuel.




____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adja Miara

❙ r a c e : Humain
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Jeu 26 Fév - 11:51

Le démon, la belle, les amis et les chasseurs.
Moments qui font que nous sommes un



En une fraction de seconde, tout avait changé. Alors qu'ils croyaient tous à la mort de Samuel, celui-ci poussa soudain un grognement, et se leva de sa chaise sous l’œil désormais horrifié des chasseurs, qui reculaient à présent à chaque fois qu'il avançait.

« Qu'es-ce que... Non, ce n'est pas possible. Pourquoi tu n'es pas crevé sale démon ?! »

A la fois surpris et terrorisé par ce changement brutal de situation, Mathieu leva subitement son revolver et d'une main tremblante, tira dans sa direction pendant que les otages, toujours attachés, assistaient eux aussi à la scène sans comprendre non plus ce qui venait de se passer.

- Samuel ?

Recroquevillée sur le sol, une marque bien distincte sur la joue, Adja leva alors la tête. Et d'un regard, chercha son aimé tandis que celui-ci semblait à présent être une toute personne.

- Berith ?

Car c'était la première fois qu'elle le voyait ainsi, aussi dangereux et en colère, prêt à tuer ses proies dans un élan de sadisme et de perversion.

Par ailleurs, sa voix était différente, la manière dont il se déplaçait l'était tout autant, et tandis que Mathieu continuait de tirer, aveuglé soit par la haine ou par la peur, la jeune femme comprit aussitôt que la mort, même en retrait, flottait déjà comme une épée de Damoclès perchée au dessus de sa tête.

C'est pourquoi, elle resta immobile, la respiration haletante pendant que le chasseur, incapable de raisonner correctement, sortait à présent de sa poche une dague, pour la brandir sous le nez de Samuel.

« Alors vient me chercher. Je suis curieux de savoir qui de nous deux va mourir le premier. »


____________________________________



J'ai fais le choix de vendre mon âme à celui que j'aime
 
Parce que c'est ma destinée
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel E. Jekyll

MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Dim 22 Mar - 19:53








Moments qui font que nous sommes un.



La réaction du chasseur aux provocations du démon ne se fit pas attendre. Il dégaina et commença à tirer. Mais les balles ne lui firent rien. Avec cette brèche donnant un accès direct sur les enfers, rien ne pouvait l’atteindre, ou presque. Et à ce moment précis, le chasseur ne réfléchissait plus, se laissant visiblement aveugler par la colère.
C’était amusant de constater que la colère rendait le chasseur stupide tandis qu’elle rendait le démon encore plus dangereux. Mais très vite, l’humain commença à l’ennuyer, il se serait attendu à un peu plus de jugeote venant d’un chasseur soit disant expérimenté. après s’être fait tirer dessus pour la troisième fois, il décida que s’en était assez.
Il s’avança vers Mathieu et agrippa le canon du revolver. Ce dernier devint aussitôt brumant, forçant Mathieu à lâcher prise. Satisfait, la créature observa l’arme entre ses mains qui étaient à présents plus grandes et entièrement recouvertes d’écailles. Les griffes qui s’y trouvaient ne laissaient aucun doute sur leur dangerosité. Entre ses mains puissantes, l’arme fut broyée avant d’être jetée nonchalamment à terre.

L’humain voulut le frapper, mais là encore, c’était peine perdue. D’un geste qui sembla ne lui demander aucune effort, le démon stoppa net le geste avant de l’envoyer à l’autre bout de la pièce d’un geste désinvolte. Il resta un instant à le regarder et dévoila un sourire crassier avec des dents plus grandes que celles d’un humain, et aussi tranchante que celles d’un grand fauve. Il était tenté de le dévorer, mais les dix minutes n’étaient pas écoulées. Il n’y avait même pas eu cinq minutes. Il avait promis de s’amuser un peu avec eux. Et puis, le tuer trop rapidement ne le satisferait pas. Il avait osé touché Adja, il lui avait fait du mal. Adja... A cette pensée, il se tourna vers la jeune femme. Elle était recroquevillée, terrorisée par la situation. Maintenant ça lui revenait. Elle l’avait appelé juste avant la provocation de Mathieu. Elle avait besoin de lui.

Bien que la métamorphose continuait, son attitude changea alors qu’il la regardait en s’avançant vers elle. Il avait toujours cette apparence effrayante ; il ne restait presque plus de peau qui n’avait pas été recouverte d’écailles vermeilles. Ses cornes étaient également visibles, elles avaient transpercé sa peau et grandissaient alors que les secondes passaient. En trois minutes, il avait perdu en grande partie son apparence humaine, mais sa puissance n’était pas encore à son maximum, toute son énergie se focalisait sur la métamorphose.

Avec précaution, il s’approcha d’Adja, craignant de l’effrayer. Mais elle ne recula pas. Il ne tourna pas son regard vers Zack et Sandy, il se doutait qu’il ne trouverait que des visages décomposés par la terreur. C’est pourquoi il se focalisa sur elle.


– Je suis là... Tu n’as plus rien à craindre.

Dans un geste tendre, il lui caressa sa joue meurtrie dans l’espoir de la soulager. La voir avec cette marque le rendait fou. Mais il s’efforça de ne pas paraître menaçant. Il lui aurait bien sourit, mais les humains n’étaient jamais rassurés lorsqu’il voyait une bouche remplie de crocs qui pouvait aisément déchiqueter une gorge.
Un cri furieux rugit derrière lui et quand il se redressa, un autre chasseur avait décidé d’intervenir et fonçait vers lui alors que Mathieu semblait être inconscient.

Tout se passa alors à une rapidité telle que personne ne put voir la scène qu’une fois finie. Le démon se tenait à présent derrière le chasseur alors que celui-ci tombait à genou. Un trait rougeâtre se dessina le long de son cou. Le sang se libéra et la tête se détacha du reste du corps. elle roula à terre et le reste de la dépouille tomba.
Jusque là personne n’avait vu que son apparence avait encore changée et qu’à présent la démon avait un prolongement de sa colonne vertébrale, semblable à une queue. Elle pouvait faire penser à celle d’un dragon, couverte d’écailles rouges qui la rendait tranchante alors que du sang à peine visible y perlait.


– J’avais dit cinq minutes. Quelqu’un d’autre ne veut pas respecter les règles du jeu ?

Il sentait la peur monter d’un cran alors que les chasseurs comprenait qu’il n’avait pas affaire à un démon lambda mais bien à un démon supérieur.
Le leader des chasseurs se redressa alors et marqua un temps devant la dépouille. Satisfait, le démon ramassa la tête de sa victime et la jeta aux pieds de son adversaire. Peut-être allait-il enfin devenir sérieux, qu’il s’amuse un peu.

A cet instant, la porte des enfers devint subitement visible et un hurlement s’en échappa. Le démon ne put s’empêcher de sourire en l’entendant. Il le reconnaissait entre mille. Un fumée noire sortie alors de la bouche des enfers et se matérialisa pour laisser place à un animal redoutable qui ressemblait à un immense loup noire à la carrure aussi musclée que celle d’un molosse. Ses dents étaient semblables à celle d’un tigre et ses griffes s’enfonçait dans le bois du plancher. Tout chez cet animal semblait avoir été conçu pour tuer.


– Hera. Ne laisse passer personne à part celui-là avant mon accord.

La chienne des enfers vint se poster, majestueuse, entre son maître et ses ennemis. Mathieu était isolé du reste du groupe, là où il s’était relevé un instant plus tôt. Le démon le toisa, l’invitant à reprendre leur affrontement.

— Cette fois, j’espère que tu seras un peu plus sérieux.




____________________________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Johnson

❙ r a c e : Humain...normalement.
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Mar 21 Juil - 23:19







Le spectacle qui se déroulait sous ses yeux était digne d’un cauchemar sacrément tordu et particulièrement intense. C’était d’ailleurs tout bonnement tentant de penser que tout ce qui se passait n’était réel. Et pourtant… ça l’était.
Il y avait tellement de puissance malveillante dans cette pièce qu’il était impossible de ne pas la sentir. Elle était si lourde que Zack avait l’impression qu’elle allait le broyer sans la moindre difficulté. Elle l’empêchait de bouger ou même de détourner les yeux.

L’apparence monstrueuse de Samuel – si c’était vraiment lui – sa voix, les tirs et les hurlements de rage de Mathieu et pour terminer en beauté cette liste… la décapitation d’un chasseur.
Sans compter l’ouverture à présent béante et la forme noire qui venait de la traverser.
C’était juste… terrifiant.
Leur virée à l’asile avec Sandy était jusque-là leur pire expérience et il n’avait pas pensé ressentir de terreur plus forte que celle qui l’avait accompagné là-bas.
Il s’était planté en beauté sur ce coup.
Car l’asile, à côté de ça, ce n’était rien.

Même s’il avait été capable de bouger, il ne l’aurait pas fait. Pas tant que le jeu entre « Samuel » et Mathieu n’était terminé. Une partie de lui refusait d’émettre ne serait-ce qu’un geste et une autre, enfouie entre plusieurs couches de stupeur, de terreur et d’incompréhension, une petit partie que Zack parvenait tout de même à entendre, voulait connaître l’issue du combat. En penchant bien entendu pour une victoire de Samuel.

Et le pire, le pire était probablement que cette petite part allait prendre un plaisir malsain à voir la vie quitter Mathieu. Tout comme elle avait manifesté sa joie et son amusement devant la décapitation rapide de l’autre chasseur dont la tête ornait à présent le sol comme un jouet qu’un enfant aurait laissé pour s’intéresser à un autre.




____________________________________




I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need you help.
I can't fight this forever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Adja Miara

❙ r a c e : Humain
MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  Ven 11 Sep - 9:53

Le démon, la belle, les amis et les chasseurs.
Moments qui font que nous sommes un



Sous le regard de Samuel, Adja essaya de reprendre son souffle, de ne surtout pas écouter cette peur irraisonnée qui pourtant, lui tiraillait les entrailles sans qu’elle en comprenne la raison.Car son aimé était vivant, différent certes mais vivant, et c’était tout ce qui lui importait.

C’est pourquoi, quand il lui murmura de ne plus avoir peur, la jeune femme inspira longuement, et hocha doucement la tête pour lui signifier qu’elle avait confiance, qu’elle ne voulait pas le perdre une seconde fois et qu’elle le soutiendrait jusqu’au bout dans cette bataille, qui finalement était joué d’avance.
- Fais attention à toi....

Tandis que le démon reprenait le combat, après qu’un chasseur ai voulu le prendre en traître, l’étudiante murmura ces quelques mots, et jeta ensuite un regard vers Zack et Sandy, qui semblait eux aussi suivre la scène de près. Silencieux et immobile devant ce spectacle d’une effroyable violence. D’ailleurs, s’ils n’avaient pas les mains liées, Adja aurait sûrement cherché un contact mais tout ce qu’elle pouvait faire en étant prisonnière, c’était de chercher leur regard pour se soutenir mutuellement.

Pendant ce temps, au cœur du conflit, seul et la respiration haletante, Mathieu était en proie à la peur. Ses mains cherchaient une arme mais elles tremblaient de plus en plus, incapable de se calmer alors qu’il faisait face à un danger auquel il n’avait jamais été confronté auparavant. Face à héra, face à ce monstre qui se tenait devant lui, il ne savait plus très bien ce qu’il devait faire, ni quelle technique adopter alors que rien ne semblait l’atteindre, pas même leurs balles qui pourtant, étaient façonné pour abattre ce genre de chose.

C’est pourquoi, devant l’invitation de l’ennemi, il resta tout d’abord immobile, les yeux à présent fixé sur la créature qui le narguait maintenant d’un air hautain, prêt à l’abattre, comme il venait d’abattre son collègue dont la tête reposait encore à ses pieds.
« T’inquiète. Et cette fois, je ne vais pas te louper.»

Dépassant la peur pour n’en ressortir que la colère, Mathieu serra alors dents et poings, et se mit en position d’attaque pendant que son adversaire, tout sourire, attendait patiemment sa prochaine offensive.

D’ailleurs comment allait-il pouvoir l’atteindre? Quelle arme le surprendrait, lui mais aussi son foutu chien de l’enfer? Il devait bien y avoir une solution, une arme à porté de main capable de le blesser, et si possible le tuer. Indécis mais prêt à l’affronter, le chasseur se pencha alors très légèrement, et arqua un sourcils tandis qu’une vague idée lui traversait soudain l’esprit.

Il avait bien une dernière arme coincée dans le bas de son jean, un poignard spécifique qui permettait d’atteindre  les ombres pour les détruire définitivement. La manœuvre était cependant très délicate. Car pour que ça marche, il devait impérativement touché le cœur et faire ainsi preuve d’une grande précision mais devant le manque de temps et surtout, le manque de solution, il devait tenter sa chance, quitte à rater et à finir comme Gary.  

Ni une, ni deux, Mathieu sauta alors sur l’occasion, et fonça droit sur Samuel l’arme à la main, dans l’espoir de voir son objectif se réaliser.

____________________________________



J'ai fais le choix de vendre mon âme à celui que j'aime
 
Parce que c'est ma destinée
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Moments qui font que nous sommes un. [pv Adja, Samuel/Berith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» Nous sommes complet pour le tirage
» Nous sommes tous devenus des fous au service de Dieu ♛ Calixte [VALIDEE]
» Nous sommes sept...
» Siméon Alvaro - Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents [A.Damasio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOST ISLAND || don't fall asleep... :: Aux Alentours :: Autres Lieux :: Autres Etats-